mercredi 10 décembre 2008

ALLO LA GAUCHE? Y'A QUELQU'UN? ON NE VEUT PAS PAYER LEUR CRISE!


Adresse aux "partis de gauche" : NOUS NE VOULONS PAS PAYER LEUR CRISE!

Le "peuple" (ces "masses" que vous "les partis de la gauche" prétendez connaître mieux que quiconque) n’est manifestement pas disposé à rester silencieux et courbé partout en Europe...

REGARDEZ.

Bien que nos médias (qui ne reçoivent pas notre soutien dans leurs "luttes" actuelles pour la bonne et simple raison que leurs luttes sont corporatistes et que leurs actions de "résistance" sont timorées et inappropriées ce que nous vivons), bien que nos médias donc, s’assoient de plus en plus nombreux sur le couvercle de l’information des citoyens et des travailleurs (comme eux), pour éviter que ça pète dans tous les sens, l’information internationale réelle commence à filtrer et pas toujours comme le Pouvoir le voudrait.

L’Islande est au bord de la révolution, l’Italie ne connaît quasiment plus une semaine, voire, une journée, sans manifestation plus ou moins importante, l’Espagne s’est embrasée il y a quelques semaines, et la Grèce aujourd’hui semble prendre le relai de toutes ces révoltes à la puissance mille...

En France, où nous avons un des gouvernements d’Europe les plus répressifs et les plus policiers (il faut dire que, mise à part la Russie et V. Poutine ex du KGB, nous sommes les seuls à avoir un gouvernement dirigé par celui qui fut premier flic de France pendant des années), tout a été soigneusement verrouillé et depuis longtemps : médias, police, justice...

Ok, nous le savons, nous avons toutes et tous (presque) manqué de vigilance et de perspicacité quand il le fallait (et je ne parle évidemment pas de mai 2007).

Les directions syndicales, frileuses, ne sont pas assez secouées par une "base" qui se clairsème , qui n’est pas ou mal représentée dans les PME, et qui est souvent mal informée sur la situation réelle du pays, à l’échelle locale, européenne ou mondiale.

Aucun mouvement ne pousse, et lorsqu’il pousse, nul besoin de l’étouffer il est insuffisant, presque impuissant, faute de dynamique unitaire. Et puisque les luttes corporatistes et sectorielles sont encore préférées par de nombreux salariés, ça ne peut pas changer pour l’instant.

Vous les "partis dits de gauche" êtes TOUS totalement condamnables dans votre inaction, dans votre indécision, tout occupés que vous êtes à vos Congrès, AG, "guéguerres" intestines, ou entre eux, ne pensant qu’aux "élections européennes" et encastrés, justement à la fois dans l’Etat bourgeois français ET européen...

S’il avaient eu besoin de ce type d’argument pour se mettre en branle et remplir leur rôle, il faut signaler peut être que "la crise du capitalisme" a commencé il y a bientôt 2 mois et demi.

Que chaque jour apporte son lot de nouvelles désespérantes et révoltantes, directement ou indirectement liées à cette crise : chômage, partiel ou total, délocalisation, précarisation, et toutes les conséquences sociales, humaines, matérielles.

Qu’il ne se passe pas un jour sans que Sarkozy et ses potes ne torpillent l’édifice du Conseil National de la Résistance.

Pas un jour sans qu’il soit fait de plus en plus de cadeaux aux banques (encore 10 milliards ce matin !)...aux plus riches, aux plus protégés...

MERDE ! POURQUOI RIEN NE BOUGE " à gauche"?

Pourquoi vous , les politiques, les élus, les "sommités patentées" soi disant de notre côté, soi disant élus pour NOUS représenter, vous nous laissez, nous, les syndicalistes, les étudiants, les salariés, les associatifs... SEUL-E-S face à tout ce MERDIER? !

Mmes MM Buffet, Besancenot, Aubry, Royal, Dufflot, Mélenchon, Dolez, Laguillier, Thibault, Chérèque et cie...

NOUS, ce fameux "peuple de gauche", VOUS DEMANDONS, à vous qui prétendez incarner "LA GAUCHE" dans son ensemble, de mettre URGEMMENT à la disposition de notre révolte, de notre colère, de notre courroux, les moyens de partis et syndicats qui sont ou furent les nôtres, que nous avons CONTRIBUE à construire, avec nos cotisations, avec notre temps passé, au prix parfois de nos vies...

Que celles et ceux qui peuvent se mettre d’accord le fassent - les autres seront sanctionnés comme il se doit.

Nous sommes des milliers, et peut être déjà des dizaines de milliers, à vous le demander avec de plus en plus d’insistance "dedans" et "dehors" :

Nous devons nous unir contre le capitalisme international, et notamment contre ses représentants en France, dont certains sont ni plus ni moins que des "anciens" d’extrême droite !

Comment traitez vous la présence de gens comme MM Novelli ou Devedjian au gouvernement?

Aucun d’entre vous n’a dit un mot sur les anciennes relations de ces personnes (Occident, Ordre Nouveau etc...) C’est quoi, pour vous, "une erreur de jeunesse"?

Vous avez l’impression de respecter la démocratie et de défendre la république en vous taisant ainsi?

Vous marchez sur toutes celles et ceux qui se sont mobilisés contre ce qu’incarnait Jean Marie Le Pen en 2002 et qui ont même voté, souvent contre leur gré, pour un Chirac , pour s’éviter l’extrême droite au pouvoir.

Aujourd’hui, que dites vous à nous toutes et tous qui avons rejeté avec force cette idée de la France?

Vous ne nous dites rien. Vous ne faites rien. Et même quand vous faites, vous faites "chacun pour soi" , chacun dans son coin.

Les rafles d’étrangers qui vont chercher les enfants jusque dans les écoles, pour Hortefeux et cie, ce sont aussi des "erreurs de jeunesse"? A plus de 45 ans, il n’est pas un peu âgé, le Minsitre de la désintégration, pour faire des "erreurs de jeunesse"?

La destruction des acquis sociaux et des services publics, qui accroit la paupérisation des habitants de notre pays, quelle que soit leur nationalité ou leur couleur, vous la dénoncez à la télé et vous participez le cas échéant à une ou deux manifestations, mais A PART ÇA?

Oui vous "parlez". Mais Où êtes vous, " les partis de la gauche"? Où êtes vous, que faites vous?

La pauvreté qui galope, les pauvres, les misèreux qu’on laisse claquer de froid, crever de faim, on fait quoi ? Une petite manif’ de 1500 personnes ici ou là?

DES MILLIERS de salarié-e-s au chômage total ou partiel, déjà sous payés, qui "casquent" pour les jeux de Bonneto des quelques milliers de milliardaires dans le monde, des "manipulations" de capitaux et de profits qui jettent des familles entières presque à la rue, dans la précarité, l’exclusion sociale ici , oui ,mais partout dans le monde en fait?

Des catégories de notre société stigmatisées (étrangers, jeunes, banlieusards, grévistes etc) pour entretenir un climat social délétère qui crée des "mouvances terroristes d’ultra gauche" qui justifieront encore davantage la police, les drones, l’armée...

Les libertés publiques, individuelles et collectives, chaque jour BAFOUEES. Le délit d’opinion réhabilité, et avec lui, l’embastillement, les lettres de cachet ; l’outrage abusivement manié à tour de bras, la diffamation dépénalisée pour être plus sévèrement appliquée et quoi d’autre encore? !

Que faut-il qu’il se passe pour que vous bougiez et que vous unifiez les luttes populaires et prolétaires?

Vos dissensions et vos calculs en vue de telle ou telle échéance électorale ne nous intéressent plus, ou de moins en moins -

REGARDEZ NOUS, ECOUTEZ NOUS : nous allons de moins en moins voter , même les mêmes militants des partis se démobilisent en pleins congrès. POURQUOI?

Parce qu’aujourd’hui NOUS AVONS TOUTES ET TOUS BESOIN DE VOUS, DE CE QUE NOUS AVONS CRÉÉ ENSEMBLE DEPUIS DES DÉCENNIES ET QUE VOUS N’ÊTES PAS LA.

Accessoirement, dois-je vous rappeler qu’une partie importante d’entre vous bénéficie de subventions publiques qui sont payées par nos impôts et qu’il faudrait songer à justifier à nouveau ces sommes par un vrai travail d’opposition?

ALORS ALLEZ Y, ALLONS-Y - AVANTI !

NOËL NE DOIT PLUS ÊTRE LA "TRÊVE DES CONFISEURS", non, CETTE ANNÉE, NOËL DOIT ÊTRE "LA GRÈVE DES TRAVAILLEURS"

"NOUS NE VOULONS PAS PAYER LEUR CRISE" - le capitalisme a assez tué, assez ravagé, assez exploité, assez dévasté le monde et la majorité des êtres humains pour que nous puissions dire

STOP !

5 commentaires:

Anonyme a dit…

Salut la Louve,

Les partis de « gauche » ne sont-ils pas devenus, pour reprendre une expression d'Althusser, des Appareils Idéologiques d'État, castrateurs de toute initiative et de toute lutte ?

J'aurai tendance à le croire, a fortiori quand ils ne se dévouent qu'aux stratégies d'alliances entre partis, c'est-à-dire en oubliant l'essentiel...

Michel
(PCF)

Anonyme a dit…

Michel,il faut garder à l'esprit que ce qui fait un parti ce sont ses militants.Atous ceux qui rouspètent sans arret apres tel ou tel parti de gauche j'ai une réponse qui peut paraitre simpliste je leur dis adhérez investissez vous si tout cela se fait en masse il y a des chance que les choses changent non?
Alors sinon on abandonne,on suit le discours: les partis de gauches trahissent ne sont passez ou sont trop ,on baliverne pendant des plombes on laisse faire se faire massacrer et embastiller pleins de jeunes qui ont eux la fougue de leur vingt ans beau courage politique camarade.j'affiche un certain nombre d'heures de militantisme au compteur,et j'avoue que quand on est la "base" il est drolement difficile de se faire entendre en ce moment.
En tout cas comme je l'ai ecris ailleurs c'est à nous de faire prendre consciences a ceux qui sont censés nous representer,qu'ils doivent abandonner le confort feutré des assemblées pour venir se frotter à la réalité du quotidien,et en cela je rejoins tout à fait l'appel d'Elodie.
Allez c'etait pour faire gonfler les stats de visite du blog ou du fin fond de midi pyrénées on continue a lutter chaque jour contre vents et marées (oui bon je sais c'est une image)

François a dit…

Salut Elodie,

"faites ce que je dis,pas ce que je fais" La Louve

Oui Elodie c'est bien toi ,quand tu dis sur Bellaciao à un camarade"faut pas se rendre malade,ne vous claquez pas la tête contre les murs"...Et que dans le même temps tu fais cet article.Article qui est parfait mais ne changera pas "l'immobilisme"de ceux à qui tu t'en prends.Les dirigeants syndicaux et politiques savent très bien ce qu'il faudrait qu'ils fassent pour stopper Sarko..Mais ils ne le feront pas!!

Leur souci est le maintien de la "paix sociale" AVANT TOUT,ensuite leur carrière.Les intérêts de la classe ouvrière ils s'en tamponnent!!! Il faut bien arriver à l'admettre,à l'entendre,même si ça fait mal.

Je ne suis pas en train de te dire que tes idées ne sont pas bonnes,au contraire mais cesse de t'acharner sur ce que tu voudrais,à juste raison,que les dirigeants fassent,tu ne les changeras pas.

Quand tu pousses un coup de gueule au sujet de la loi scélérate votée au Sénat pour supprimer la demi-part fiscale aux personnes qui élèvent seuls leurs enfants,tu as raison,bien-sûr.Mais ne crois-tu pas que les MGB,Thibault,Aubry et la suite ne le savent pas?

Tu sais ,tu n'es pas la seule à avoir les boules et à être enragée par tout ce qui se passe depuis l'arrivée de l'innommable.Nous sommes un sacré paquet dans ce cas,à attendre la goutte de trop pour que ça pète.

Regarde en ce moment les lycées,les maternelles,bref les écoles sont dans la rue.Les élèves et,des fois, des parents d'élèves occupent à certains endroits leurs écoles,c'est formidable!!!Et pourtant où sont les partis de gauche?Les syndicats ouvriers?Ils sont absents...Ils laissent les mômes aller au casse pipe sans leur filer un coup de main alors qu'à plusieurs endroits les flics les "délogent",c'est honteux mais bon,faut faire sans eux.

Je t'ai lue qque part où tu parlais de faire,je crois, des comités de résistance ou de base.Là je suis d'accord car cela risque d'être très difficile mais au moins ça ferait peut-être bouger un peu les choses.

Mais de toutes les façons ça va finir par bouger,la "crise"va nous aider à n'en pas douter,mais quand?

En attendant reste cool,ne te rend pas malade,reste efficace.

En ce moment tu traverses une mauvaise passe après être partie du PCF mais,crois-moi ,ne dramatise pas ,ça ne vaut pas le coup.

Tout ça sans "paternalisme"ou "flagornerie"mais simplement avec sincérité,comme je le pense.

Fraternellement à toi et à toustes.

François.

Patrice Hénin a dit…

Que je la comprends ta colère !

Mais (oui, il y un mais).

A titre personnel, je m'amuse !
Je suis directement attaqué par la police, la justice, aux plus haute instances, et au lieu de me taire COMME ME LE CONSEILLENT LES MILITANTS DU PS, je raconte tout avec humour dans un blog. Ce qui m'empêche d'ailleurs de développer mes propres thèmes.
Et je me bat vraiment seul.

Quand ta colère sera tombée, dis-moi ce que je dois faire, à titre perso.
Exactement ce que je fais, seul, handicapé, et sans fric.

A titre collectif, je participe à des réunions, des collages d'affiche, je diffuse des tracts alors que mon toubib m'a interdit de risquer d'attraper la crève.
Politiquement, j'évolue du PS vers le PG, j'ai fait mon discours d'adieu hier en AG. Je leur ai expliqué pourquoi je quitte le PS pour aller militer, encore et toujours, chez Mélenchon.

Que dois-je faire de plus ?
Recommencer mai 68 ? J'avais 19 ans, il n'y avait pas de blogs, il fallait descendre dans la rue, et de toute façon, rien n'avait été planifié. C'est arrivé tout d'un coup, et on ne crevait même pas de faim.

A t'entendre engueuler tout le monde, je le prends mal parce que je me bat et débat en même temps, tout en sachant que tu ne cherchera même pas à savoir de quoi je parle, comme tout le monde. Ça fout en colère, je suis vraiment découragé.

Si on interdit ton blog, que feras-tu ? Moi, j'en ai fait un autre.

A titre associatif, j'ai participé à une réunion d "Tous ensemble", cela a tourné court.

Que dois-je faire ?

Ta colère légitime et parfaitement justifiée, utile, même, heurte les pauvres glandus qui sont harcelés directos par sarkozy, pour faire plaisir à Bouygues.

Tu parles de Stasi ?
Comment s'appelle l'organe administratif qui a bousillé mon Windows XP pour m'obliger à utiliser Linux ?

Oh, et puis m. !

J'attends tes instructions pour me dire ce que je dois faire pour abattre sarko dans les 5 minutes.

Je continue à militer pour le PG.
Je t'ordonnes de demander au plus de personnes possibles de s'abonner au bulletin de mon blog.

Pour me faire de la pub ?

Parce que je suis le seul en France qui emmerde vraiment sarko, quand on lit ce que je raconte.
Même les chinois l'ont compris, ils ont tout photocopié. Comme par hasard, sarko fait tout ce qu'ils demandent depuis (6 juin 2008), et personne ne comprend pourquoi.

Mais je raconte des conneries.

MOI, je suis en colère.
Pas contre toi, contre tous ceux qui n'ont même pas compris que le nombre d'abonnés est mon seul soutien, et ne coûte rien.
De temps en temps, un "bon courage".
Au fait, mon égo, je m'en fous.

Tous les blogueurs veulent des abonnés.
Mais je suis le seul qui s'en serait bien passé.

Mais je l'entend d'ici se marrer, Sarko, en nous lisant.

Tu te mets à ma place, après avoir lu, et tu me dis ce que je dois faire pour que tu ne sois plus en colère.

En attendant tes instructions, je continue mon combat, à mains nues.
Je sais que les gens ont peur de s'inscrire à un blog sulfureux.

Je continue à participer à des manifs, en toussant et crachant, tout en me faisant moquer par ceux qui pensent que je me donne bonne conscience, ou que je fais de la récup. Je ne suis candidat à rien. Je veux être libre de ne pas être hospitalisé en psy pour être obligé de fermer ma gueule.

Je ne fais pas de pub, je me serais bien passé de ça, ce combat de cons dans lequel je me débats.

Excuse ma colère, et je ne dois pas participer à des petites manifs de rien du tout ? Mais je te bénis, j'ai enfin un prétexte pour faire ce que le médecin m'a ordonné "ne bougez plus, vous ête déjà essoufflé en marchant". Restez allongé 2 + 2 heures par jour.

Mais je ne peux pas, vu ce qui m'arrive.

Ta colère est vraiment contagieuse.

Patrice Hénin a dit…

J'ai un peu honte en relisant mon commentaire. Parce que je ne parle que de moi et mes ennuis "Bouygueux".

Alors qu'il y a tellement d'autres cas qui démontrent la corruption généralisée de la police, de la magistrature, et l'égoïsme des médias (quand Vittorio de P. va au dépôt, alors là, ça gueule).

Il suffit d'aller sur des sites comme http://denonciation.com/ ou http://www.victime-ripou.com/

J'étais en colère.

Je commente surtout pour souligner la justesse de Anonyme (2), quant il parle d'adhérer en masse pour faire bouger les choses de l'intérieur.

C'est la seule solution que les jeunes ont trouvé lorsque j'ai poussé une gueulante lors de la première réunion du Parti de Gauche de Paris XII. "Je propose que untel et untel soient responsable de ceci et cela.

Untel et untel ? Déjà parachuté de je ne sais où ?
Alors, il a été décidé de voter, la prochaine fois.
Et j'ai reçu des SMS, après la réunion, "ne lâche rien, il faut faire des adhésions, pour noyer les parachutés !".

Cela m'a mis du baume au coeur.


Il faut adhérer au PG, dernier espoir sinon, c'est la révolution qu'il faudra.
Et une révolution, comme mai 68, cela arrive tout seul.
Mais il faut beaucoup souffrir avant, pendant et après.
Pour le "avant", c'est pratiquement fait.