samedi 3 avril 2010

Rappel : avec les Conti à Compiège le 7 Avril


Aux côtés des salariés de Continental
Manifestation mercredi 7 avril
à 12 h30 Gare de Compiègne

Pas de vengeance financière de l’Etat
contre les travailleurs en lutte

L’intersyndicale et le Comité de lutte des travailleurs de Continental-Clairoix appellent les travailleurs, la population, les organisations syndicales et politiques à se joindre à la manifestation organisée mercredi 7 avril à 12h30 à la gare de Compiégne en vue de se rendre au tribunal où sont convoqués six travailleurs de l’usine. En effet, la Cour d’appel d’Amiens a, le 5 février, annulé les peines de prison prononcées en septembre dernier par le tribunal de Compiègne, en les transformant en simple amendes. Cela dit l’Etat, c’est à dire le gouvernement, a maintenu à l’encontre de ces six salariés, des demandes de remboursements de sommes qui pourraient être totalement démesurées.

C’est à dire qu’après avoir reçu un désaveu politique de la part de la Cour d’appel, qui a reconnu comme fondés les mouvements entrepris par les travailleurs de Continental menacés de licenciements, tout laisse à penser que les représentants du gouvernment voudraient avoir leur revanche en faisant tomber sur les travailleurs pris en otage, et derrière eux les 1120 autres, de lourdes condamnations financières.

C’est minable, sordide et indigne, mais c’est à l’image de ce qu’ont a subir tous les travailleurs. Le pouvoir, au service des grands groupes industriels, voudrait décourager les travailleurs de se défendre. Il n’y arrivera pas. Les travailleurs de Continental qui ont fait bloc avec leurs camarades poursuivis, et tous ceux qui sont venus leur apporter leur soutien, ont montré que la solidarité ouvrière n’était pas un vain mot.

Le combat continue pour demander l’arrêt de ce processus. L’Etat, qui distribue à qui mieux-mieux des milliards par centaines à tous les grands groupes et aux banques, doit retirer sa partie civile, et renoncer à toute vengeance financière.

Tous mercredi 7 avril à Compiègne

2 commentaires:

François a dit…

Salut Elodie,

Complètement d'accord avec ton article.Bien évidemment les Conti ne doivent pas être condamnés à verser ne serait-ce qu'un seul centime.

Cette vengeance par le fric est absolument abjecte et inacceptable.NON,NON ET NON !!

Je me souviens ,sur BC, en réponse à un article sur les Contis "vainqueurs"à la sortie du tribunal, je disais que les gars n'avaient pas gagné mais que cela (le jugement)était plutôt une défaite,que je comprenais qu'ils soient contents de ne pas faire de prison mais que c'était une défaite quand même compte tenu des amendes qu'ils allaient avoir (ou risquaient d'avoir).

A cela X.Mathieu m'avait répondu que c'était une victoire , qu'ils s'en sortaient sans peine de cabane etc...

Je n'ai pas donné tort à Xavier (je ne vois pas de quel droit je l'aurai fait)mais je pense qu'ils n'avaient (les Conti)pas mesuré les risques encourus.Car sinon il n'auraient,selon moi,pas relâché la "pression".

Aujourd'hui les patrons et la justice bourgeoise compte bien que le mouvement soit essoufflé et même totalement foutu de manière à pouvoir mettre le paquet et,de cette façon,dire à toute la classe ouvrière :"si vous n'acceptez pas les plans sociaux tels qu'ont vous les présente...et bien voilà...vous êtes prévenus!!"

Il faut bien sûr soutenir à fond et en masse les Conti et ,de cette façon ,montrer à la bourgeoisie que la classe ouvrière n'est pas démobilisée et ,qu'au contraire,nous sommes toutes et tous prêt(e)s à agir.

Nous devons aller jusqu'au bout,avec nos camarades qui doivent,purement et simplement, être RELAXES.

SOUTIEN INCONDITIONNEL !!!

François

paul a dit…

ça fait genre inspectrice de l'éducation nationale, la photo là...
genre qui demande à un instit de s'expliquer...