mercredi 19 décembre 2007

RESPECTEZ LA SOUVERAINETE DU PEUPLE! NON A LA RATIFICATION PAR LE CONGRES!



http://www.tousaversaillesle4fevrier2008.fr/

RESPECTEZ LA SOUVERAINETE DU PEUPLE
NON A LA RATIFICATION DU TRAITE EUROPEEN PAR LE CONGRES FRANCAIS! OUI AU REFERENDUM!

Le Président de la République a manifestement décidé de fouler aux pieds les principes républicains qui servent de base à notre démocratie depuis 1789.

En imposant un Traité européen « Bis », puis, en en le soumettant au Congrès, et non au référendum, il viole la souveraineté du peuple français, notre souveraineté, à deux reprises.

Il parachève ainsi ce qui est plus qu'un « coup de force » : un véritable coup d'Etat.

D'abord, il fait revenir « par la fenêtre » un traité européen libéral furieusement semblable à celui que les Français avaient sorti « par la porte » le 29 mai 2005.

Sur le fond, sur les objectifs et sur les moyens (toujours plus d'Europe libérale, toujours plus de puissance aux marchés et aux multinationales, toujours moins de droits et de pouvoirs pour l'Humain et les travailleurs…) ce Traité, improprement qualifié de « mini Traité », est exactement le même que celui que les Français et les Hollandais ont rejeté en 2005.

Ensuite, il compte faire adopter ce texte, jumeau en tous points, non en le soumettant à nouveau aux citoyens par la voie du référendum, mais en le soumettant aux sénateurs et aux députés assemblés en Congrès à Versailles le 4 février 2008.

En d'autres termes, il entend opposer à une décision adoptée selon le principe de la démocratie directe (qu'y a –t-il de plus direct que la loi issue du référendum ?), une décision qui sera adoptée par la voie de la démocratie représentative, et donc, indirecte.

Son élection au suffrage universel ne lui donne pas ce droit, contrairement à ce qu'il avance.

Le 6 mai 2007, les Français ont voté, dans le cadre d'une Constitution (celle du 4 octobre 1958 fondant la Vème République) pour élire un Président de la République, et non pour un tyran qui cumulerait tous les pouvoirs en sa main !

Son élection, même au suffrage universel, ne change pas sa nature ni ses pouvoirs : le Président de la République est le chef de l'Exécutif (qu'il partage avec le Gouvernement) et doit donc « exécuter ».

Le pouvoir Législatif fondamental reste entre nos mains et entre celles de l'Assemblée et du Sénat.

Ensuite, en démocratie, on ne peut pas mépriser la minorité, surtout lorsque celle ci représente quand même au bas mot 47 % des votants, les ¾ des régions et plus d'un tiers des assemblées.

Même Jacques Chirac, également candidat UMP, avait compris cela et appliqué, en 2005, les principes républicains !

Or, la plupart des sénateurs et députés français, pour des raisons diverses, bonnes ou mauvaises, ont, à de rares exceptions , accepté de se faire les complices de ce double viol et l'ont déjà annoncé publiquement.

C'est une chose que nous ne pouvons admettre.

Les élus français sont l'émanation de la Nation. C'est la Nation qui les constitue et non l'inverse. La Nation, c'est NOUS.

Oui, les élus viennent et tiennent leurs pouvoirs et leurs droits de NOUS, les petits citoyens, uniquement parce que le nombre nous a obligés à leur déléguer, temporairement et sous conditions, notre souveraineté.

Alors que la plupart des députés et des sénateurs s'apprête à nous traiter comme des enfants inconsistant et volages,

Alors qu'ils prétendent nous dire , une fois de plus, ce qui est « bon » pour nous, même si nous n'en voulons pas,

Alors qu'ils s'apprêtent à substituer sans honte leurs désirs à notre volonté,

il s'agit pour les citoyens, les républicains, les sans culotte que nous sommes, de rappeler fermement à nos délégués, que c'est à Versailles qu'on aboli la monarchie et qu'on fit naître la République.

De notre position ferme et inflexible sur la défense de nos droits fondamentaux et de nos libertés publiques ce 4 février 2008 découlera tout ce que nous pourrons faire ou ne pas faire ensuite, en terme de combats sociaux, politiques, juridiques, humanitaires et ce, quels que soient nos engagements partisans !

Ce ne sont pas que des mots, ce sont des réalités.

Si nous cédons ici sans dire un mot , c'en est fait de nous et de l'avenir de nos enfants pour un certain temps.

Un peuple qui se laisse violer de la sorte sans protester est au bord des fers.

Si nous cédons ici sans dire un mot, nous ne serons plus cette force redoutable qui sait se faire respecter quand il le faut, mais un vulgaire troupeau que n'importe quelles mains dirigeront selon leur bon vouloir.

Nous sommes assez adultes pour travailler, payer des impôts, élire des représentants, respecter les lois… ?

Et bien, nous le sommes aussi assez pour savoir que le 29 mai 2005, nous n'avons pas pris notre décision à la légère, mais en conscience, au terme d'une intense campagne d'information et de nombreux débats publics.

Nous sommes assez responsables pour savoir que nul corps constitué, ni Président de la République, ni député, ni ministre, ne peut prétendre nous disputer notre Pouvoir.

Le 29 mai 2005 nous avons déjà voté « NON » à l'Europe libérale.

Nous devons défendre ce « NON » et rappeler à nos représentants que la vie d'une loi ne s'arrête pas avec les élections qui changent les majorités.

Députés, Sénateurs, RESPECTEZ NOTRE « NON ».

Ce que nous avons décidé et voté alors, nous le déciderons et nous le voterons à nouveau.

Le Président de la République ayant cru utile de signer ce Traité en compagnie de ses 26 autres collègues européens, il faut maintenant le ratifier.

Aussi,

- Nous exigeons du Congrès qu'il remette ce pouvoir de ratification entre nos seules mains.

- Nous exigeons que cette ratification ne puisse avoir lieu, le cas échéant, qu'à l'issue d'un référendum, au terme d'une véritable campagne d'information citoyenne, comme en 2005.

C'est pour cela que nous vous appelons, amis, citoyens, camarades, à manifester à Versailles le 4 février 2008, au moment où le Congrès sera réuni, pour faire entendre nos voix unies.

Attention, il n'y aura pas de « second coup ». L'Histoire ne repasse pas les plats.


« Nous sommes les sans culotte et la racaille » !


TOUTES ET TOUS A VERSAILLES LE 4 FEVRIER 2008


http://www.tousaversaillesle4fevrier2008.fr/

6 commentaires:

SAd___ a dit…

Un mot, ou deux ... super bien !
Maintenant on ne croise pas les doigts, ...on se jette dedans
et à Versaille nous serons plus nombreux encore

monica a dit…

belle initiative, attendue depuis longtemps, donc merci de mettre le peuple en marche (moi, je ne savais pas comment mobiliser !)
toutefois, le 4 février, cette manifestation ne portera-t-elle que sur le referendum, ou seront associés d'autres revendications : pouvoir d'achat, principalement (smic, petites retraites, ...??
Il y a tellement de sujet de révoltes : non indépendance de la presse, casse du code du travail, "franchises" médicales, casse des tribunaux et notamment des prud'hommes, divorce chez notaire, non rspect des droits de l'homme ......
pouvez-vous me répondre sur mon adresse mail ? Merci

Osemy a dit…

Bonjour Monica!

Oui c'est une belle initiative, un combat très important (même s'il semble moins "urgent" que de se mobiliser pour les salaires, la santé etc... c'est le combat "de base" dans une République comme la notre où tout est fait pour que nous soyons rabaissés au rang d'exécutant passifs, et pour rogner nos libertés publiques.)
C'est donc fondamental que nous soyons très nombreux/ses ce Lundi 4 février 2008.
a priori il n' y a pas spécialement de "mots d'ordre" autres que celui ci : respectez nos droits, respectez notre souveraineté.

Je crois qu'il faut faire "sobre" pour faire efficace.

Chaque chose en son temps (ne t'inquiète pas, après les "êtes" les grandes mobilisations vont venir ,je n'ai aucun doute).
Si la raison revient aux députés et sénateurs PS, gaullistes etc, ensuite on va se battre pour le FOND du sujet c 'est à dire, à nouveau NON et NON à l'Europe libérale capitaliste.

Voilà j'espère avoir répondu à ta question et au plaisir de te lire!

La Louve

paco batali a dit…

Merci,

Un seul objectif fédérateur pour le 4 février 2008. Récupérer notre droit de vote.

J'espère que des délégations de tous les pays européens nous rejoindront, le 4 février. (contact positif avec le site http://x09.eu/ animé par des députés européens.)

No pasaran

Paco

Maguy a dit…

Oui Elodie.
ça fait du bien de faire bouger les choses. La meilleure façon de ne pas déprimer est de sortir du cadre des charognards capitalistes.
Ce serait bien que cela donne des idées au reste de l'europe.
A-t-on les moyens de faire connaitre ce beau projet qui prend corps dès maintenant aux autres pays de l'Union européenne ?
Car ce serait vraiment l'europe des peuples que nous voulons, si d'autres peuples organisaient aussi la même protestation et la même exigence.

C'est bien de ça qu'ils ont peur les marchands du temple n'est-ce pas ?
Il faudra bien, face à la coalition de ces rapaces minoritaires aux abois (malgrè les apparences), que la protestation et l'action s'organisent dans l'ensemble des peuples européens. Je m'étonne même que cela tarde tant à se faire.
Que font les syndicats ? les partis notamment communistes ? les organisations anti libérales diverses ?

Je me suis inscrite sur le site plutôt pour une participation financière au bénéfice de plus vaillant(e) que moi qui n'aurait pas les moyens.

Ce serait bien que le site donne déjà le prix du voyage BUS (selon la ville ou région) pour ceux qui feraient comme moi et les autres.

Bon courage et prenez soin de vous!!

Maguy

gaspard91 a dit…

en parallèle avec la mobilisation générale nécessaire le 4 février pour ne pas laisser les Versaillais sévir impunément,

je pense que l'exigence d'un référendum a besoin cette fois-ci pour aboutir de réunir 2 conditions:

1/ Que les pétitions et la campagne qui la portent aient une dimension européenne, à laquelle puisse s'associer tous les mouvements et les citoyens des pays de l'union qui attendent aujourd'hui ce référendum.
En l'absence à ma connaissance d'initiative organisationelle (par exemple de la part du parti de la gauche européenne ou bien du groupe GUE-GNV au parlement européen) en ce sens, il me semblait utile de proposer une version adaptée de la pétition du CNR qui puisse être traduite, relayée dans les différents pays (voir proposition en pièce -jointe).
Mais le plus simple, compte tenu de l'urgence est de rejoindre, relayer et populariser l'initiative de députés européens des différents groupes politiques, autour Jens Peter Bonde qui a créer un site qui a le mérite de décliner dans toutes les langues des 27 pays de l'union une pétition sur une requète simple et fédératrice:
:"Je veux que tout nouveau traité européen soit soumis à un Referendum"
site accessible par le lien suivant :
http://x09.eu/fr/sign/

on peut relever au passage sur ce site,( cf les statistiques de signatures par pays) que nous français, si facilement tentés de faire les malins et jouer les caïds sur le registre de la défense de la démocratie, nous sommes plutôt à la traîne comparativement aux autres pays pour appuyer cette initiative unitaire....
Saluons le fait que, sur sur la page d'accueil de ce site européen polyglotte et unitaire, c'est le site du CNR qui est proposé en lien pour la France, comme référence de la campagne pour un référendum.
Serait-il possible en contrepartie de relayer et d'encourager cette démarche européenne sur le site du CNR avec au minimum un lien pour y accéder et inviter à associer signature de la pétition nationale et de la pétition européenne ?



2/ Que l'exigence d'un référendum et la campagne pour rejeter le traité dit simplifié s'accompagnent de revendications plus claires, plus mobilisatrices pour faire prévaloir une autre Europe.
Après la salutaire opération de dévoilement et de récusation de l'essence libérale de l'europe actuelle que les référendum français et néerlandais ont constitué, il apparait difficile de mobiliser sur un objectif de simple répétition de cet évènement , difficile d'en rester à un objectif de blocage du rouleau-compresseur du libéralisme, si une visée alternative n'est pas proposée dans le même mouvement . (Parmi les points sur lesquels Marx reste non-contredit
figure l'incipit du "18 brumaire, de louis bonaparte" (vrai père spirituel de notre piteux NK): les grand évènements se répètent pour ainsi dire 2 fois , la première fois comme tragédie, la seconde comme farce)

3 pistes pour contribuer à associer cette fois refus et propositions :

- le dossier du groupe GUE/ NGL du parlement européen, "rompre avec le libéralisme, une alternative à la stratégie de Lisbonne", dont il faut souligner et saluer la qualité synthétique comme moyen de dessiner et crédibiliser un autre projet, un autre sens pour l'union européenne, en le complétant de propositions institutionnelles.
Ce projet me semble une base solide et donc motivante; se battre sur ce projet aurait aussi l'avantage de lier campagne pour le référendum partout en europe , campagne pour le rejet du traité simplifié et lancement sans plus tarder d'une campagne unitaire coordonnée dans le plus grand nombre de pays pour que les prochaines élections au parlement européen donnent aux forces de gauche véritables un rôle renforcé et moteur au sein du parlement.
Vous pouvez le téléchargez sur le site du groupe gue : http://www.no-fortress-europe.eu/upload/Lisbon_FR_LR.pdf
ou le commander gratuitement en un ou plusieurs exemplaires au groupe: en envoyant un mail à
guengl.communications@europarl.europa.eu en indiquant votre adresse postale.


- La charte des principes pour une autre europe
cette charte est un travail de nombreux réseaux du Forum Social Européen (FSE) qui a duré plus de 2 ans. Il comptait aussi avec la participation des acteurs politiques qui ont participé à la conférence de Paris en juin 2005 qui s´est produite tout de suite après le”non” français le 28 mai 2005.

Bien que lors de la rédaction des multiples contradictions ont pu être dépassées au sein du mouvement social européen, cela reste encore un « chantier en construction » qui ne reflète qu´une étape dans un processus de discussion qui a fait consensus parmi ceux qui ont participé dans sa rédaction.

Le prochain objectif de ce travail est de dépasser le cadre des organisations impliquées dans les forums sociaux et de populariser le plus largement possible cette Charte - comme cela s'est déjà fait en Italie.

Cette Charte veut favoriser les débats, les luttes et donner au mouvement progressiste les moyens d'articuler des propositions pour opposer à l'Europe ultralibérale que l'on cherche à nous imposer

Elle est accessible en version française par le lien: http://www.europe4all.org/franse/franzusisch/index.php



- le site d'Etienne Chouard, dont la contribution personnelle dans la campagne pour le non en 2005 a joué un rôle important dans son succès, n'est s'est pas endormi sur ses lauriers et son site a continué à soutenir l'idée (certes ambitieuse) d'une rédaction citoyenne collective alternative au projet de constitution libérale rejeté. N'hésitez pas à y faire un tour et à vous joindre à cette réflexion collective :
http://etienne.chouard.free.fr/Europe/

remarque subsidiaire: si les démarches en cours pour reconstruire une gauche transformatrice opérationnelle en france apparaissent aujourd'hui aussi incertaines et laborieuses, n'est-ce pas que leur confinement dans le microcosme des rancoeurs, défiances, étiquetages franco-français n'est plus d'actualité et qu'un brassage et un enrichissement mutuel d'expériences et références nationales diverses est le moyen du ressourcement nécessaire


Avec tous mes encouragements
Cordialement