dimanche 30 décembre 2007

L'année 2007 se termine, 2008 va débuter... Bonne année?




Faut-il se réjouir de ce que 2007 prenne fin?

Rien n'est moins sûr. Mon petit doigt me dit même que si nous ratons cette année décisive (qui va consister à nous débarrasser des exploiteurs de tous poils, marchands du temple politiques et autres, ici et là) , nous ferons un sacré bond en arrière. Sauf que parfois il faut faire ce bond en arrière pour en faire un conséquent en avant...

Mais 2008 est, de toute manière , inéluctable!

Autant en prendre son parti donc, et c'est l'occasion pour moi de vous souhaiter, à vous, à vos proches, à celles et ceux que nous aimons, même sans les connaitre, une année 2008 qui réponde à vos besoins et à vos souhaits.

Je nous souhaite de la fermeté et de la droiture dans les combats, de la constance dans les luttes, de la fraternité et de la solidarité aussi, beaucoup.

Pas seulement matériellement, même si c'est extrêmement important en ces temps où les riches sont de plus en plus riches et les pauvres de plus en plus pauvres , mais humainement et affectivement aussi.

Nous avons devant nous un travail colossal car il se joue sur plusieurs tableaux et demande une énergie redoutable: celui de la réflexion et de l'action, impliquant à la fois rapidité de décision et prise de recul nécessaire à l'élaboration d'une pensée, d'un projet et d'une stratégie à long terme.

Nous devons nous former, intellectuellement, syndicalement, socialement, et nous entraider les unes et les autres dans cette formation, en continuant de discuter ici ou là, de confronter les points de vue,sur des sujets de fond très concrets.

Notre premier devoir est de nous abstraire à toute force des calculs politiciens et électoralistes qui gangrènent jusqu'au PCF.

Nous devons aussi faire le lien incessant entre théorie et pratique, pratique et théorie, pour que nos échanges ici ou là ne tournent pas au simple salon littéraire.

J'en profite ici pour dire deux mots du très bon article de Mouton Noir publié il y a quelques jours ("Riposte ou Révolution"?) et notamment, son passage sur les SCOP. C'est un vrai sujet, il faut y travailler concrètement.

Et puis nous devons agir aussi, chacune et chacun à notre mesure, pour, comme disait Clara Zetkin, être l'infime goutte qui, peut être, fera déborder la coupe révolutionnaire!

Nous sommes confrontés à une période vraiment terrible, réactionnaire, douloureuse,d'une violence morale assez effrayante où même les âmes les mieux trempées peuvent faiblir.

Il est difficile de garder espoir, de conserver des forces, de ne pas nous laisser abattre, tant il est vrai que l'Histoire a des répercussions sur les histoires, nos petites histoires de vie, qu'elle peut nous broyer, nous défaire, nous assommer...

Elle peut aussi nous réunir, nous réchauffer, nous reconstruire. Nous ne sommes pas des pantins ni des pions et il y a des manières de se ré-approprier le sens de sa vie même au plus fort de la tourmente, pour transformer le négatif en positif.

Mes chers camarades et amis donc, pour 2008, je NOUS souhaite, à toutes et à tous, un cœur vaillant, une conscience marxiste et révolutionnaire, la foi dans nos frères humains et de pouvoir défendre notre dignité au-delà des couleurs et des frontières.

Oserai-je formuler le vœu que nous progressions sur la voie du combat contre le capitalisme?

Et bien oui, je le fais, et quoi que convaincue de la difficulté de notre époque, j'ai aussi la certitude que ce n'est pas pour nous que le glas sonnera en premier, car le communisme c'est la vie et l'amour, alors que le capitalisme, c'est la mort et la solitude.

Vive 2008, vive le communisme et à bientôt

La Louve

7 commentaires:

Nicolas Maury a dit…

Bonne Année a toi et tout tes proches

fraternellement

paul a dit…

Bon alors
bien que je m'étais promis de fermer ma gueule à laquelle personne ne répond de toute façon autre chose de me faire savoir que je suis un déguisé faussement de gauche aux apparences fleurs bleues cachant un coeur glacé de pierre et d'acier totalement méprisant pour le peuple qui n'est bon qu'à se faire manipuler par des minorités agissantes ambitieuses, dominatrices magalomaniaques, ben si on m'a dit ça à plusieurs reprises dernièrement et même que ça expliquerait pourquoi le patronat de toutes tailles ne veut pas de moi depuis toujours... donc bref

avant tout je relève qu'Elodie emploie comme beaucoup les vocables de combat de lutte etc donc en fait nous somme en guerre. et cette guerre est voulu par ces minorités agissantes qui ne se valorisent que dans l'affrontement, le combat et la lutte, l'adversité et les tensions de destruction.

Moi Je d'abord

voudrais dire ensuite dans mon innommable misanthropie mégalomaniaque

que je ne veux plus parler de combat, de lutte, de rivalité, de concurrence, de respect de l'adversaire : parce que l'adversaire veut mon malheur je pense qu'il faut que je le fuis si je ne peux pas l'anéantir. Le respect c'est comme la non-violence des mensonges inventés par d'habiles manipullateurs des foules pour mieux les asservir.

donc à propos de tout ça d'abord ne plus parler de combat, ne plus avoir d'attitude militaire ou militante.

mais parler de construir, de parer, d'éviter, de faire sans, de produit de remplacement, de société et d'économies parallèles fonctionnant en réseau de connaissance sur l'ouverture à la nouveauté et à l'inconnu, sur l'échange et le mélange de compétence, de savoir faire et surtout de sensibilité.

Elodie dit que le capitalisme c'est la mort et la solitude et je suis bien placé pour le savoir vivant seul depuis très longtemps sans ni amour ni réseau ni espoir de quoi que ce soit d'ailleurs.

Elodie dit que le communisme c'est la vie et l'amour... ben je sais pas si c'est très humain ça parce que l'observation de cette espèce animale dans son histoire m'apprend surtout son don pour la jalousie qui la pousse à détruire ce qu'elle craint par sa rivalité, son instinct de domination motivé par son angoisse du lendemain, sa méfiance radicale de l'inconnu, sa vanité qui lui fait toujours imaginer les pires imbécilités abstraites pour nier la simplicité complexe de la réalité et de la merde qu'elle a dans l'oeil.

Je ne cesse de voyager de groupe en groupe, d'association en pseudo tribu à la recherche de coeurs libres de rivalité, de corps serains et fiers de leur beauté animale... il en est toujours pour me dire que mon ouverture n'est qu'une façade d'intolérance hautaine et d'exigence délirante.

ce qui me fait encore mettre un pieds devant l'autre n'est pas l'angoisse de lendemains misérables et solitaires, mais l'ennui d'un présent isolé et inutile puisque que je ne suis pas assez "ce qu'il faut" pour être exploité par un patron !

ne m'a-t-on d'ailleurs pas dit "monsieur, quand on en a, à votre âge avec vos diplômes, on est patron et on ne cherche plus de travail"... autrement dit même dans la croyance populaire, surtout dans la croyance populaire, la connaissance et le savoir faire, le travail, ce n'est pas aussi important que les couilles qui font la dignité de l'homme ! et le travail en fait c'est méprisable, c'est juste bon pour les esclaves, ceux qui ferment leur guelle en trimant de peur de même pas avoir leur paie à la fin !

Ce n'est pas simplement le capitalisme qu'il faut nier dans sa sûreté à mentir ou à faire le monde à sa convenance divine, c'est la culture ordinaire de l'homme comme tout le monde, ces tombereaux de croyances aussi méchantes qu'aveugles à la réalité interdépendante du monde. C'est le mécanisme de reproduction culturelle par ressemblance et mimétisme, par approximation analogique et projection de volonté de puissance, par hiérarchisation de valeurs égoïstes et biodéterminées... tout ce qui fait le commun de base des croyances obscurantistes, c'est à dire infondées sur une pratique analytique du rapport à la sensation, à l'action, dans la réalité.

Alors d'abord en finir avec ces voeux de nouvel an stupides de desespoirs inavoués et d'espérances naïves d'impuissances crédules (rassurez-vous c'est juste des mots pour faire snob les uns derrière les autres).

Moi ce que je souhaite est interdit d'expression tant c'est radical : la nature y pourvoit dans la mesure de ses possibilités de développements bactériens et viraux que les techniques d'antibiotiques n'ont fait que renforcer comme bonne leçon d'humilité à cette espèce expansionniste et orgueilleuse n'acceptant pas les filtres démographiques naturels à sa régulation éco-économique.

La décroissance c'est d'abord une décroissance nataliste.

Mais bon : j'ai bien prévenu que je suis indéracinablement un salaud intolérant, malade délirant au coeur de béton armé bouffé par la haine.

la preuve.

Christine RS21 a dit…

Bonne Année à toi avec toutes les victoires que nous espérons !
Amitiés

François a dit…

Salut Elodie,je viens de re-lire ton texte de voeux.Il est parfait et moi aussi je te souhaite tout ce dont tu parles.

Mais dis donc t'es sacrément remontée là,non ? Prête à faire la révolution,sans aucun doute.Toi tu as réveillonné avec Besancenot et Arlette,hein ? C'est bien ça? J'en étais sûr!!!

Tu as raison cette année 2008 on va jouer gros et on a intérêt à se souder très sérieusement les coudes.
L'espoir que j'ai c'est la perte de crédit de plus en plus forte de Sarko. et de sa bande.

Les gens risquent(peut-être)d'en avoir marre de la descente permanente de leur pouvoir d'achat,de leurs risques pour le prix de la santé,l'augmentation des retraites de 1,1%etc...etc..

Comme je le dis à Mouton Noir:ça bouge,pas dans le bon sens mais ça bouge.Aussi à nous d'exploiter cela au maximum pour fédérer les luttes de toutes et tous.Nous devons unir nos forces en faisant abstraction de nos divergences.Nous devons contruire(ou RE-construire)le Parti communiste qui fera triompher les classes laborieuses.

Tu vas penser que pour construire un Parti il y a trop de "Chapelles". Et tu auras sûrement raison mais l'urgence doit l'emporter sur les divergences.Dans les différents Partis d'extrème gauche il y a plein de gens honnêtes et c'est avec eux qu'il nous faut compter.Ainsi qu'avec tous les décus des partis et syndicats.

Il suffirait de remettre au goût du jour les revendications pour lesquelles les syndicats sont en train de nous mettre la carotte :refus des franchises,retour au 37,5 annuités pour tous ,fonctionnaires ou privés,pas de travail le dimanche,pas touche au code du travail,taxation des transactions financières,pas de loi d'autonomie pour les FACS et lycées,pas touche aux tribunaux,augmentation de tous les minima sociaux de 300€ immédiatement,SMIG à 1500€ net...et j'en oublie !!

Là je suis sûr que TOUS les camarades dont je parle plus haut seraient d'accord quoi qu'en disent les directions de me...qui ne nous représentent plus.

Profitons du modernisme,pour nous rassembler, préparer des actions etc...servons-nous d'internet.Et faisons le très,très VITE.

De toutes façons cela sera ou nous ,ou eux.Et,si c'est eux c'est l'installation vite bien fait, tout de suite après les municipales,d'un état militaro-policier.Et il est sûrement plus facile d'empêcher une dictature de se mettre en place que de la combattre une fois bien en place.

A toutes et tous j'adresse mes meilleurs voeux de santé,de bonheur, de luttes salvatrices.

Fraternellement à toutes et à tous.
François.

PS:A toutes je fais une bise.Elle commence bien pour vous mesdames et demoiselles l'année 2008 !!!

papillon rouge a dit…

Censuré depuis des mois sur Bellaciao,je souhaite continuer à pouvoir confronter mes idées à celles de "la louve".En particulier sur l'absolu danger pour un communiste de se réclamer de la dictature du prolétariat.R.Luxembourg,Clara Zetkin,l'avait déjà dit il y a 100 ans.Alors bonne année anti-dictature et Liberté pour les candidats socialo-communistes!

en liberté a dit…

même sur un blog,la censure de la dictature du prolétariat règne.Alors que K.Marx ne savait pas ce qu'il mettait derrière ce concept,fort opportunément vous nous rappeler par vos méthodes de censures,ce qu'est une dictature.
Pourtant,il y a 32 ans le PCF puis la LCR ont abandonné ce comcept mortifère,bolchévik et anti-communiste.En 2008 je rejoindrai le PS,puisque même vous,faites l'amalgame entre le communisme et la dictature.Bonne année aux an-dictature du prolétatriat qui ne sont plus au PCF.

François a dit…

Salut Paul,j'avoue ne pas te comprendre ,et pour tout dire ,je plane complètement en ce qui te concerne.Rassure moi,t'es toujours de gauche?

Jusqu'à présent je pensais que tu étais communiste "calme".Au sens où tu n'aimais pas ou avais peur de la violence.Donc, en gros que tu étais réformiste.

Après le lecture de ton texte je ne te situe plus du tout.Je crois ,sans vouloir te vexer, que tu extrapoles tes problèmes personels et les mélange avec tes idées.Ce qui fait que de situations réelles ,mais isolées, tu fais des généralités.

Il faut se servir de son expérience perso mais en faisant la part des choses.Autrement on tombe dans des caricatures,des syllogismes dangereux du genre :j'aime la merde;la merde c'est bon.C'est trop sérieux la politique pour qu'on la réduise à des phrases toutes faites,des aphorismes qui réduisent,présurisent les idéologies et,de cette façon les bloquent,donc les empêchent de se développer et de vivre tout simplement.

Personnellement je suis persuadé que l'on n'obtiendra rien sans luttes.Et quand je dis luttes je pense luttes idéologiques mais aussi physiques.Car ,qu'on le veuille ou non, la théorie au bout d'un moment se concrétise(ou elle ne sert à rien)

Inutile de revenir sur le gouvernement actuel,on est d'accord.Mais ce gouvernement crois-tu qu'il nous suffira de lui dire qu'on est pas d'accord pour qu'il foutte le camp,non,bien-sûr?

Donc,nous devons nous apprêter à des luttes sérieuses et de MASSES pour arriver à quelque chose.

Une révolution n'est jamais meurtrière c'est la contre- révolution qui l'est!Et là on touche au problème du nombre car plus on sera et moins on prendra de risques,c'est l'évidence.

Donc oui, tous ensemble dans la préparation des luttes et dans les luttes elles-mêmes !!!


Au camarade Liberté,c'est faut la LCR n'a pas laissé tomber le concept de :dictature du prolétariat.Seul le PCF il y a plus de 30 ans l'a fait.Et,comme il y avait déjà à cette époque d'anciens camarades du PC arrivés à la ligue il y a eu une certaine confusion.Cela n'a d'ailleurs pas duré mais toutes la fausse gauche en a fait ses choux gras.

Dans le Manifeste du PC K.Marx dit:"C'est bien parce que vous (1%)avez tout que nous n'avons rien" Implicitement il parle de la dictature du prolétariat.Sa phrase peut se lire" nous les 99% qui n'avons rien voulons tout"!En quelque sorte la dictature du prolétariat c'est le rétablissement de la distribution des richesses.

Et même si R.Luxemboug (pour qui j'ai une admiration sans borne)a dit qu'elle était contre,cela ne prouve en rien qu'elle avait forcément raison.Attention au culte de la personnalité.

La dictature du prolétariat c'est l'obligation par le nombre du partage équitable des richesses entre TOUS!!!

Evidemment cela ne se fera pas sans heurts,cela va de soit.On est déjà dans la révolution.

Fraternellement à toutes et à tous.

François