lundi 17 décembre 2007

CONTRE LE TRAITE EUROPEEN MODIFIE, TOUT LES REPUBLICAINS A VERSAILLES LE 4 FEVRIER




J'EN SUIS ET JE TROUVE QUE C'EST ENFIN UNE EXCELLENTE INITIATIVE REPUBLICAINE.

BRAVO A XAVIER MARCHAND ET A SON COLLECTIF.
UNISSONS NOUS!

TOUTES ET TOUS A VERSAILLES LE 4 FEVRIER 2008 POUR EXIGER DES PARLEMENTAIRES, NOS DELEGUES, GARANTS DES PRINCIPES REPUBLICAINS DE FAIRE RESPECTER NOTRE VOLONTE SOUVERAINE.

LA LOUVE

----

"Je m'engage à monter à Versailles le 4 février pour défendre la république contre un grave déni de démocratie et à y rester jusqu'à ce que nos représentants aient obtenu un référendum sur le Traité de Lisbonne."

Pour nous rejoindre, vous pouvez laisser votre nom et votre adresse mail en commentaire (l'adresse mail n'est pas publiée) :-)


- Les arguments pour faire tourner et convaincre les autres...

Toutes et tous un bonnet phrygien sur la tête et on devance le 4 août de 6 mois ;-)

On se montre...

C’est fait. Le Traité de Lisbonne est signé. Le 4 février 2008, la constitution française sera modifiée, et Sarkozy le fera ratifier par les deux chambres dans la foulée entre le 4 et le 8 février date de début des vacances parlementaires...

On a argumenté. On a pétitionné. On a protesté. On a résisté.

Comme des lions. Et la bataille n’est pas finie pour tous...

Mais avons nous pensé à nous montrer ce jour-là? Le 4 février.


Mettons une idée en débat. Les idées, par les temps qui courent, ça ne coûte rien.


Pourquoi ne pas monter tous à Versailles ce jour-là, pour montrer que nous appuyons les parlementaires qui livreront bataille pour que la majorité des 3/5 ne soit pas atteinte et que la modification ne puisse se faire, rendant ainsi inéluctable un nouveau referendum?

A combien estimez vous le nombre de personnes qu’il faudrait mobiliser autour du château du Roi Soleil pour que l’on dise que le Peuple, au moins ne s’est pas laissé déposséder de sa souveraineté sans se montrer. Simplement se montrer...

Pourquoi des cars venus de la France entière ne se dirigeraient-ils pas sur Paris durant la nuit du 3 au 4 février? Partis un dimanche, à la veille d’un lundi où quelques syndicats joueurs auraient déposé un préavis de grève permettant à ceux qui travaillent de venir pique niquer sur les pelouses de Versailles?

Que risquerions nous?

L’echec d’une faible mobilisation? On y est déjà. Une grosse fatigue et une gueule de bois? On l’aura au lendemain de la ratification quand le texte sera ratifié par les deux chambres à la majorité simple de l’UMP...

La ratification a été officiellement annoncée avant les vacances parlementaires du 8 février!!!

Si des milliers de gens annonçaient leur intention de monter ce jour-là, peut-être que leur volonté serait relayée par les organisations qui n’osent pas aujourd’hui prendre la responsabilité d’un tel appel. Pourtant, on connait la gravité de la situation. Pas besoin de refaire le procès de ce traité simplifié qui n’est que le TCE affublé d’un faux nez pitoyable...

Qui sait alors ce qui pourrait arriver si le PCF, la LCR, Attac, Sud, La CGT, PRS et toutes les autres forces de l’arc du 29 mai demandaient, sous la pression de leur adhérants que le peuple simplement vienne assister à cette bataille entre ceux qui voudront faire respecter le NON et le NOM du peuple et ceux qui voudront passer outre sa volonté dans une farce cynique.

On a peut-être beaucoup à perdre à ne pas tenter une telle chose... En avons nous le droit? Que risquons nous à prendre Bus et RER pour Versailles? C’est facile à organiser.

Alors? On se montre ou pas?

A 100 000 (choisissez selon vôtre capacité à résister à l’optimisme le nombre de zéros à retrancher ou ajouter), dans les jardins de Versailles, le 4 février prochain, on va peser, ou pas?

Qu’en pensez-vous?

Et si on diffusait sur la Toile cette proposition pour voir le nombre de partants?

Amicalement,

Xavier MARCHAND


Ici:http://www.cualdemeze.fr/post/2007/12/15/Respect-Allons-exiger-un-referendum-a-Versailles-le-4-fevrier

(Inscriptions via le site pour le moment du cual de meze)

Raisons pour monter à Paris

Retour en arrière: et si on le faisait à l'ancienne?


Paris: une ressource humaine à portée de RER.

Les orgas: Jusqu' à quel niveau de mobilisation peuvent elles ignorer une telle proposition? Mouiller les orgas par leur base. Si la mobilisation monte jusqu'à leur ligne de flottaison, elles flottent.Si une flotte, leur autres débarquent.

Peut-on prendre le risque de passer à côté de ce qui serait un événement majeur dans la vie politique française, même en cas d'échec.? Il y en aura de toute façon un car on a rarement vu un tel coup de force politique.

Quel est le risque politique que nous prenons en cas d'échec? (de toutes les façons nous aurons mal aux cheveux le lendemain quand les deux chambres voteront).

Un préavis de grève ce jour-là pour couvrir ceux qui travaillent (on devrait facilement pouvoir trouver un syndicat pour déposer un préavis de grève).

Le 4 février est un lundi. On voyage le dimanche. Plus nous sommes nombreux, plus le trajet est bon marché.

C'est un projet facile à monter.

Si nous ne tentons pas ce coup-là, aurons nous vraiment tout tenté?

Si ça rate, mais sil y a une bonne mobilisation, l'avertissement pour Sarko sera net.

Si c'est sans coup ferir que ça se passe en France qu'en sera-t-il ailleurs? Que faisons nous de l'héritage de la nuit du 4 août?

------

Je rajoute ceci, d'une autre organisation
Amitiés,
La Louve:

"Pétition mise à la disposition des Républicains de toutes sensibilités politiques
par le PRCF

A l’adresse des honorables parlementaires de (circonscription, département :………………).

Seul le peuple est souverain !

Non à la ratification parlementaire à la sauvette de la constitution européenne bis !

Respectez le vote souverain du 29 mai 2005. Il faut pour le moins un nouveau référendum précédé d’un large débat pluraliste !

Le 29 mai 2005, 55% des Français ont refusé la constitution européenne alors qu’une écrasante majorité de parlementaires venait de l’approuver en adoptant l’additif constitutionnel proposé par J. Chirac…

Pourtant, N. Sarkozy prétend faire ratifier la constitution européenne bis à la sauvette par les parlementaires réunis en congrès, et cela dès décembre 2007 !

Craignant le verdict des urnes N. Sarkozy veut court-circuiter le débat citoyen à propos d’un texte décisif dont les dispositions primeraient à jamais sur la constitution française ; à défaut de respecter le vote des Français, N. Sarkozy veut contenter la Commission de Bruxelles et le Baron Seillière, le président du syndicat patronal européen Businesseurope qui milite contre tout nouveau référendum en Europe !

Il est impensable que la constitution européenne bis, qui dénature le « contrat social » censé lier les Français, soit adoptée sans que les citoyens aient eu le temps et la possibilité matérielle de lire et d’étudier ce prétendu « traité simplifié » (des juristes ont mis 8 heures pour lire ce « mini traité » de 138 pages !).

Les arguments invoqués par N. Sarkozy pour refuser un nouveau référendum sont irrecevables :

-en quoi les 53% des citoyens qui ont voté Sarkozy devraient-ils compter davantage que les 55% qui ont voté Non en 2005 ? En quoi le second tour de la présidentielle annule-t-il le choix émis par les Français au 1er tour de la présidentielle sur cette question décisive (à l’exception de N. Sarkozy, tous les candidats du 1er tour, représentant 69% des exprimés, rejetaient l’idée d’une ratification parlementaire !).

-en quoi l’élection d’un président l’autorise-t-elle à modifier le « contrat social » sans consulter le peuple souverain ? Comme l’a montré Rousseau, l’élection d’un individu dépend toujours en démocratie du « Contrat social », et non l’inverse ! C’est le peuple qui investit (et qui destitue) ses élus et non les élus qui « constituent » le peuple !

-sauf à défendre une conception totalitaire de la présidence, en votant Sarkozy, 53% des Français n’ont pas pour autant avalisé d’avance et aveuglément la totalité de ses propositions, sans quoi pourquoi un parlement, des partis, des syndicats et un débat politique ? Les enquêtes d’opinion prouvent d’ailleurs que notre peuple, comme tous ses voisins, veut pouvoir se prononcer par référendum sur la constitution bis ;

-en outre N. Sarkozy tient ses promesses « européennes » de manière très… sélective ! il applique sa promesse de faire voter le traité bis au Parlement, mais il viole allègrement son autre engagement électoral « européen » : celui de proposer un nouveau texte « consensuel » éliminant les dispositions néo-libérales de la partie III du TCE : car le traité bis préparé par A. Merkel reprend, parfois littéralement, les dispositions de l’euro-constititution ; comme la précédente constitution, le traité bis interdit à l’U.E. et à chaque pays membre d’engager une politique sociale avec « l’économie de marché ouverte sur le monde » stipulée par Maastricht ! En fait, la constitution bis institutionnalise la supranationalité et la politique néo-libérale unique.

A défaut d’oser le demander aux citoyens, il s’agit pour N. Sarkozy d’obtenir des élus qu’ils démettent notre peuple de son droit inaliénable à disposer de lui-même et à changer de politique si bon lui semble ! Quel que soit leur jugement sur le traité bis, il est exorbitant que les parlementaires s’arrogent le « droit » de démettre notre peuple de sa souveraineté conquise en 1789 !

C’est pourquoi les signataires adjurent les parlementaires qui se réclament de Charles De Gaulle, de Jean Jaurès, de Jean Moulin et/ou de Guy Môquet de s’engager à voter NON lors de la ratification parlementaire de manière à forcer N. Sarkozy à organiser un référendum.

Cette exigence ne s’adresse pas seulement aux parlementaires qui ont voté Non en mai 2005, mais à tous les élus respectueux de leur peuple car un mandat électoral n’est pas un chèque en blanc permettant de violer impunément la volonté générale exprimée par le peuple lui-même (« là où le représenté paraît, le représentant se tait », disait Robespierre).

Nous demandons notamment aux élus PS de déclarer qu’ils voteront Non lors du scrutin parlementaire : n’aidez pas N. Sarkozy à violer le peuple souverain ; respectez la promesse de S. Royal de convoquer un nouveau référendum pour ratifier tout nouveau traité.

S’aligner sur N. Sarkozy sur un point aussi fondamental signerait l’arrêt de mort du PS !

Adopter la constitution bis au parlement en violant le choix souverain de mai 2005 serait pure félonie.

Un tel acte serait nul et non avenu et les citoyens seraient tenus de combattre ce texte et de lui désobéir.

Quant aux parlementaires qui collaboreraient à cette forfaiture, ils se déshonoreraient tout autant que les liquidateurs de la République qui votèrent les pleins pouvoirs à Pétain en 1940.

Nom – prénom Qualité Adresse postale et / ou électronique signature souscrit

------

Et également ceci, une intiative purement juridique mais néanmoisn intéressante à ne pas perdre de vue voire à soutenir, à développer, à "enrichir":


"Des citoyens se mobilisent et s’organisent en ce moment grâce à Internet pour porter plainte individuellement contre l’Etat français pour déni de démocratie. Cette plainte se fait auprès la Cour Européenne des Droits de l’Homme siégeant à Strasbourg .

Le site de cette résistance est : http://www.29mai.eu/

Dans un premier temps l’idée avait été de centraliser les plaintes chez un avocat qui était d’accord au début et qui s’est désisté brutalement.

Les animateurs du site ont alors proposé à chaque volontaire d’envoyer chacun une requête directement à la Cour.

Le texte de cette requête est proposée en téléchargement sur le site, 22 pages à imprimer (nécessité de présenter une requête oblige, mais seules les 1ère page et dernière page sont à personnaliser).

La Convention européenne des droits de l’homme, dans l’article 3 de son protocole 1, garantit aux citoyens des élections libres, dans des conditions qui assurent la libre expression de l’opinion du peuple dans le choix du corps législatif.

L’auteur de la requête démontre brillamment que « le corps législatif » n’est plus l’Assemblée nationale, mais bien principalement des organes non élus (voir à partir de la page 9 de la requête).

Cette expression "corps législatif" est l’objet du débat.

La Cour européenne des droits de l’homme permet à un homme seul d’attaquer un Etat. Nous avons là une occasion inespérée de joindre nos voix individuelles à celle de l’auteur de la requête, qui a fait un travail extraordinaire.

Chaque volontaire signale au site qu’il a envoyé sa requête, ultérieurement il sera possible de s’organiser pour avoir un avocat commun, car pour le début de la procédure un avocat n’est pas obligatoire, ultérieurement seuls les frais d’avocat seront à notre charge mais si nous sommes très nombreux le coût sera très faible. Ces renseignements concernant l’imputation de frais sont sur le site de la Cour :

http://www.echr.coe.int/ECHR

Voir la rubrique de ce site : « requérants » sous forme de questions-réponses :

Espérons que nous serons les plus nombreux possible à exiger en France et par suite en Europe une réelle démocratie."

-----
Aparté:

Enfin, on me demande pourquoi je ne soutiens pas aussi fermement l'initiative débutée à Japy par le (à mon avis injustement nommé "CNR") Comité National pour un Référendum - on me prête alors toutes sortes de positions ahurissantes ( agent du Modem, agent du PS, agent de la LCR, Stalinienne, etc etc...)!

Pourquoi aller chercher si loin? Mon argument est pourtant simple...

Actuellement, mon Parti n'a toujours pas adopté LA position qui me permette de soutenir son initiative avec la même ferveur que d'autres initiatives .

En effet, il manque, hélas, un discours de "base" , c à d , républicain (surtout quand on se prétend peu ou prou héritier du premier CNR, pas celui de 2005 bien sûr, mais "l'autre", le seul...).

En outre, la posture du Parti est contredite par un acte d'alliance au niveau national pour les municipales avec le PS.

Ce qui, vu l'importance de l'enjeu du Traité, du Congrès , ne me va pas du tout.

Tout cela pour, notamment, ne pas trop froisser les "grands alliés" de demain ,et paraît-il, M. Mélenchon, qui , si j'ai bien compris , ne voulait pas qu'on égratigne trop son parti et ses collègues...

On se contente de dire que ce traité est "inacceptable" (un peu "mou" comme argument...), l'on hésite manifestement à qualifier ce que fait Sarkozy de "coup d'Etat" (alors que ce n'est rien d'autre, avec l'aide du PS, comme pour Louis Napoléon Bonaparte), et on préfère le terme (impropre) de "coup de force" , pour s'éviter de tirer les conclusions POLITIQUES qui s'imposent...

Bref, moi je ne suis pas du tout "raccord" avec la FACON dont cette initiative est "troussée" (et puis, qui aime bien châtie bien, et j'attends plus, en effet, de mon Parti, le parti des communistes, que de PRS, PRG etc donc...), sachant que, en outre, le Parti n'a pas besoin de moi!

A bon entendeur :)

4 commentaires:

Osemy a dit…

J'avais également publié ceci, entre autres:

- Le 29 novembre 2007
« La sensibilité qui gémit presque exclusivement pour les ennemis de la liberté m'est suspecte. »

"Comment est-ce possible?"

Vraie-fausse question....

Mais ...

Comment est-ce possible qu'aujourd'hui, on fasse encore listes communes et dès le premier tour, avec un parti qui s'apprête à trahir la base des idéaux républicains et des idéaux "de gauche", en permettant à Sarkozy de passer outre la voix souveraine du peuple de France sur le Traité européen?

Non, je ne considère pas que la campagne actuelle pour "demander" un nouveau référendum soit satisfaisante.

Non, vraiment pas. Elle est tout à fait insuffisante, et très en dessous du degré de gravité de la situation.

Le problème de fond aujourd'hui, au-delà même de la question de cette Europe libérale et capitaliste qu'on veut nous faire rentrer par la fenêtre alors que nous l'avons sortie par la porte en 2005, le problème de fond, c'est le VIOL de la république ,le mépris de la démocratie.

Le fascisme commence comme cela.

Celles et ceux que nos cris de rage amusent ou agacent seront les premiers ravis de nous retrouver quand il sera trop tard et qu'ils voudront sauver leurs tristes libertés de petits-bourgeois.

Un peuple qui ne fait pas respecter sa voix souveraine est un peuple au bord des fers.

http://osemy.blogspot.com/2007/11/comment-est-ce-possible.html
----
- "Chers camarades et amis,

Vous trouverez ci joint le texte du courrier que j'adresse ce jour à nos directions et à nos élus relativement au respect de notre "NON" de 2005.

Salutations fraternelles et respectueuses

La Louve (...)
http://osemy.blogspot.com/2007/10/respectez-notre-non-mon-courrier-la.html
Le 26 octobre 2007

Etc...
----
J'ai également adressé , le 29 novembre dernier, une lettre ouverte au député PS Arnaud Montebourg, ancien camarade du PS et à l'époque tenant du "NON" au TCE, que je vous mets ici...

"Cher Arnaud,

Nous avons bataillé ensemble pour le NON au TCE et j'ai voté NON au référendum constitutionnel des 28 et 29 mai 2005, comme tant d'autres militants, sympathisants, citoyens de gauche.

Comme nous le savons toutes et tous, c'est le « NON » qui l'a emporté avec plus de 53 % des suffrages exprimés.

Nous, le peuple de France, avons alors refusé, non seulement un projet de constitution formelle mais également une Europe libérale.

Aujourd'hui, j'aimerais adresser à ce parti qui fut le mien à une époque, à travers toi, dont je connais la valeur, les combats républicains, et l'attachement à certains principes, une mise en garde fraternelle et amicale.

Cette mise en garde concerne la violation des principes fondamentaux de la République que Sarkozy est en train d'accomplir au sujet des traités européens.

Cette violation est une violation de l'esprit même de la Constitution et au-delà, de la souveraineté du peuple et de la nation de France.

C'est une première dans l'histoire de la France républicaine depuis les heures sombres de Vichy et de l'Occupation.

Le "mini-traité", (improprement qualifié ainsi pour le faire paraître inoffensif), est, nous le savons, en substance et en grande partie exactement le même que le "TCE" qui a été rejeté massivement par nos concitoyens et électeurs lors du référendum des 28 et 29 mai 2005.

En s'exprimant par la voie référendaire contre une constitution libérale pour l'Europe, le peuple de France, rejoint en cela par le peuple hollandais, a pourtant fait entendre sa voix souveraine.

Cette voix est celle qui passe au-dessus de toutes les têtes, qu'elles soient couronnées ou non, depuis 1789. Cette voix est le fondement de la démocratie et de la république.

Si cette voix est étouffée, négligée, ignorée, alors nous devons redouter de terribles heures pour notre pays et pour les gens dont vous avez la charge et la responsabilité, en tant qu'élu-e-s de gauche.

En nous faisant croire aujourd'hui que ce traité est différent de celui qui a été repoussé une première fois en 2005, Nicolas Sarkozy légitime une phase avancée de ce qui ressemble de plus en plus à un "coup d'Etat institutionnel" et choisit de fouler aux pieds l'expression ultime de la souveraineté française, celle du peuple s'exprimant directement par référendum.

Nous savons que le PS a voté à presque 60 % en faveur du TCE en 2005.

Cependant, cet avis majoritaire en interne n'a pas été suivi sur le plan national.

Vous pouvez le déplorer mais vous ne pouvez pas emboîter le pas à Nicolas Sarkozy comme certains d'entre vous l'ont déjà fait jusqu'à présent et comme la décision du Bureau National l'a confirmé récemment !

Les citoyens ont conduit Ségolène Royal au second tour de l'élection présidentielle en lui confiant un score honorable parce qu'elle s'est présentée comme une femme de gauche, républicaine, soucieuse de garantir certaines valeurs que PS et PCF ont en commun, parce qu'elle a été vue comme une alternative crédible à l'horizon "bleu blanc rage" de Sarkozy.

Aujourd'hui, nous entendons avec stupéfaction et effroi la plupart des dirigeants et responsables de votre Parti expliquer que , pour sauvegarder le fond d'un Traité qui convient à leurs aspirations européennes, ils vont au mieux s'abstenir, au pire voter pour la révision de la Constitution qui permettra la ratification de ce Traité.

En d'autres termes, pour obtenir ce traité sur le fond, certains d'entre vous admettent publiquement qu'ils sont prêts à renoncer à leurs obligations de mandataires du peuple, qu'ils sont prêts à ne pas défendre la légitimité républicaine, qu'ils sont prêts à laisser Nicolas Sarkozy et l'UMP violer la VOIX du PEUPLE et la SOUVERAINETE DE LA NATION.

Cela n'est PAS admissible et cela ne peut PAS être.

Lorsqu'on est l'héritier du PS qui a aboli la peine de mort, le PS qui a promu tant de libertés sociales , individuelles, l'héritier du PS qui a choisi la fraternité dans la réconciliation franco-allemande, l'héritier du PS des grandes heures de l'après-Giscard, de l'après-Pompidou, celui qui incarna certaines valeurs de nos combats de Mai 68, lorsqu'on est héritier du PS qui a voté et fait voter Chirac en 2002 contre la Haine du FN, lorsqu'on est héritier de ce PS-là, ON NE PEUT PAS, ON NE DOIT PAS laisser l'esprit de la Constitution être ainsi méprisé, on ne doit pas laisser la voix du peuple bâillonnée.

Cher camarade, ces principes républicains, issus de combats sanglants, de moments glorieux, gravés en nos cœurs et en nos mémoires à gauche, inexorablement, ces principes républicains de respect de la souveraineté du peuple, de respect des normes fondamentales, ce sont les principes au cœur même de notre démocratie !

Si vous laissez Sarkozy les violer impunément aujourd'hui vous serez les premiers punis, songes-y, l'histoire l'enseigne : la gauche n'a jamais rien gagné à se compromettre ainsi avec les sbires du capitalisme mondial.

Nous n'avons pas les moyens, sans votre appui, de nous opposer valablement , au Parlement, aux projets liberticides de Nicolas Sarkozy.

La forme lui donne peut être raison - et encore cela-est-il très discutable- mais sur le fond ,sur la légitimité, il a tort et vous le savez, car ce texte est le même que celui de 2005 et les Français ont DEJA tranché !

Nous vous appelons donc, à l'aube de nouveaux combats républicains pour la gauche, à la rescousse de la bataille qu'il faut mener pour que notre pays ne sombre pas dans un pouvoir qui, s'il aura la couleur de la légalité, n'aura plus le goût de la légitimité, ni de la justice, si nous ne faisons pas respecter la voix du peuple MAINTENANT.

Cette bataille contre la volonté hégémonique et omnipotente de Nicolas Sarkozy est DECISIVE.

Il va tester ici jusqu'où il va pouvoir aller dans sa percée contre la gauche, contre nos valeurs, et au-delà de nous, contre le peuple de France.

Il va tester si nous savons passer outre des divergences idéologiques , certes importantes, pour résister ensemble à sa tentation d'exercer un pouvoir en solitaire.

Cher Arnaud, nous devons résister ensemble et nous vous appelons solennellement à rejoindre ce combat contre la modification de la Constitution, contre la ratification du nouveau Traité européen.

Je te demande, fraternellement, de manifester dès à présent et publiquement ton refus de l'Etat que veut nous imposer la droite.

Un Etat qui viole la voix de son peuple quand ça l'arrange. Un Etat qui fait les règles qui l'arrangent.

Un Etat-Léviathan, monstrueux, inhumain. Signez avec les parlementaires républicains une adresse solennelle et publique des Chambres au Président de la République pour lui dire :

« Monsieur le Président,

Les Français ont déjà voté le 28 et le 29 mai 2005 .

Ils ont voté NON à ce projet libéral.

Respectez leur NON, au nom de la République , des principes constitutionnels et de la Déclaration des Droits de l'Homme de 1789. »


J'espère que mon courrier ne restera pas lettre morte pour toi Arnaud. Je me souviens de tes combats, c'est ta personnalité républicaine qui m'avait séduite et fait rejoindre NPS à l'époque où je militais au PS.

Je ne peux pas croire que tout cela a disparu et que toi, le Lauréat de la Conférence du stage, l'avocat, le défenseur des libertés, celui qui voulait traduire Chirac en justice, toi, tu vas participer à cet assassinat politique de notre démocratie.

Je te salue bien fraternellement et amicalement, en souvenirs de nos batailles au sein du PS.

ETuaillon"

paul a dit…

ah bon

j'ai encore dis quelque chose qui fallait pas

c'était si nul à chier que ça mon commentaire ?

bon ben salut alors

bonne bourre

François a dit…

Salut Elodie,la lettre que tu as envoyée à Montebourg est parfaite.Mais cela dit ,A.M.sait tout cela parfaitement et sa décision est prise et irréversible.C'est un type qui a,et continue, de faire dans la démagogie la plus totale.Il n'y a rien à en tirer ,c'est un traître,très embougeoisé qui se fout du code de déontologie comme de sa première chemise.Il s'est servi de Chirac pour faire parler de lui,c'est tout.En réalité que Chirac soit jugé ou pas il n'en a rien à foutre.

Il ne faut plus perdre de temps avec ces gens du PS qui sont ,sans l'avouer,dans le sillon Sarkosien.

A part G.Filoche,peut-être,tous les autres ne valent plus rien.Mais on-t-ils été sincères un jour?Je n'en sais rien et cela m'étonnerait.

Ne comptons plus le PS parmi les partis de gauche,cela nous évitera des désillusions et de perdre notre temps.

Construisons le Parti Communiste qui manque tant et, du même coup,accueillons tous les déçus de ce PS(à la base) qui eux veulent sincérement se battre.

Faisons des propositions,ayons des actions qui correspondent à leurs attentes et ils nous rejoindront.

C'est aussi de cette façon que nous construirons le Grand Parti des Travailleurs.Seul Parti qui pourra faire face au facisme et délivrera la classe ouvrière du joug de plus en plus pesant de la bourgeoisie.

A n'en pas douter le traité dit "simplifié" passera sans que le PS ne lève le petit doigt pour l'en empêcher.Même si certains d'entre-eux feront semblant de gueuler(pas trop fort)à l'assemblée.

Seul un grand Parti pourra faire faire marche arrière à tous ceux qui aujourd'hui nous trahissent et,du même coup,piétinent la démocratie.

Bises fraternelles à la bloggeuse et fraternellement à toutes et à tous.
François.

maguy a dit…

Moi je suis assez d'accord avec la démarche d'Elodie qui s'adresse à un ancien camarade parmi les moins béniouioui, même si je comprends François.
C'est pas mal aussi de mettre les socialistes qui prennent des positions critiques les plus à gauche du PS en se montrant quelques fois proches de nos aspirations afin d'interpeler leur conscience de républicain.
Je ne prends pas ça pour de la naïveté mais pour l'un des multiples aspects de la lutte idéologique et l'aspect le plus positif et humaniste qui soit, sachant qu'Elodie connaît A.deM. mieux que nous et qu'elle est la première à mettre en garde contre des alliances purement électoralistes de principe et tout azimut avec le courant social démocrate.

On devrait même le faire plus souvent je trouve pour les mettre en face d'eux-mêmes et des aspirations légitimes du peuple.

Bonnes fêtes à tous et bonne année 2008 de résistance, de luttes intelligentes et inventives et de reconquêtes du peuple.

Maguy