mercredi 5 septembre 2007

OUVRONS LE DEBAT !

Après la contribution de notre camarade JAcques Franck, voici celle de MAx Weinstein.
Salutations fraternelles
Elodie

"Je commencerai par une question : le PCF est-il encore un parti révolutionnaire ? au bon sens de ce terme, celui qui a dicté l’action du parti durant des décennies même s’il semble oublié depuis de nombreuses années.

Les mots « révolution » et « révolutionnaire » ne figurent pas dans les textes des questions soumises à notre réflexion (même s’il y est question de révolution informationnelle et de marxisme).

Il ne s’agit pas de nostalgie pour ce qui a été. Dans notre cellule, nous avons déploré l’absence de référence au caractère révolutionnaire qui devrait être celui de notre parti, au caractère révolutionnaire de notre temps, c’est-à-dire celui du XXI°siècle, au fait que les militants n’avaient plus d’orientations claires sur la politique que se doit de mener un parti révolutionnaire. Pas seulement dans les mots, mais dans la vie de tous les jours.

On a privilégié l’action sociale, qu’il ne fallait pas négliger bien sûr, en oubliant les orientations révolutionnaires fondamentales qui ont fait défaut dans les textes adoptés par la direction du parti depuis plusieurs décennies.

Avons-nous fait preuve d’opportunisme politique avec nos alliances électorales, avec la mise en avant de personnes dont l’anticommunisme s’est révélé après que nous leur ayons favorisé une place parfois éminente dans les organismes régionaux, avec la volonté de préserver les élus au détriment parfois de la rigueur politique nécessaire. N’avons-nous pas fait preuve de faiblesse, en permettant à certains camarades de se dissocier publiquement de décisions prises par le Conseil National, abandon de la rigueur qui doit animer un parti tel que le nôtre.

Trop de centralisme peut nuire à la vitalité de notre parti, mais l’abandon de tout centralisme a permis l’émergence de pratiques qui ont nui, en particulier dans la dernière période, avec l’épisode des collectifs.

On avait parfois l’impression, à voir ce qui s’est passé dans certains départements, d’un navire en perdition, sans parler de l’attitude oppositionnelle marquée de certains camarades élus communistes.


Max Weinstein
Vétéran du parti

4 commentaires:

Anonyme a dit…

Pour ma part, le PCF n'est plus (et depuis bien longtemps) ni un parti révolutionnaire ni même marxiste.

Mais je ne désespère pas qu'il le redevienne un jour...

Michel
(PCF)

paul a dit…

Bonjour tout le monde...

Bon il me vient une idée un peu délirante comme d'habitude...

Puisque l'actuelle gouvernement des adorateurs du veau d'or détruit l'état progressivement, pourquoi ne pas unir les deux grandes tendances militantes que sont la lcr et le pcf dans un projet de refondation des éléments de base de protection sociale par l'état ?

Je veux dire que nous pourrions organiser d'abord un réseau d'entraide sur les besoins de premières nécessités solidaires comme la santé et le logement, puis progressivement monter en parallèle des structures administratives de nos partis des mutuelles santé retraite logement etc

gérer par nous mêmes à partir de nos réseaux militants de terrain, donc créant des emplois dans le cadre de mutuelles et de scops affiliées etc

Tout ça est un peu brûmeux comme ça bien sûr, mais l'idée c'est de faire progressivement une concurrance aux firmes privées avant de reprendre progressivement un pouvoir politique à partir de réalisations de terrain propres à prouver nos intentions et nos capacités à agir, à éduquer les masses bêtifiées par les média néolibéraux etc réapprendre la solidarité et le rôle de redistribution des moyens de vie...

Sur le même genre de schémats créer des entreprises et des emplois etc

Un exemple de nouvelle économie parallèle est proposée dans l'oeuvre de Kim Stanley Robinson la trilogie de Mars, Mars la rouge, Mars la verte, Mars la bleue.

Vous trouverez aussi quelques inspirations chez le même auteur avec ce qu'il décrit de "l'écotage" comme méthode d'opposition de terrain aux destructions écologiques par les grandes firmes, et comme voie nouvelle d'économie de vie avec l'exemple qu'il invente des "naturels" dans son roman, SOS Antartica.

Je pourrais citer d'autres romans de science fiction typiques de ce que propose une certaine contre culture américaine et le mettant parfois en pratique dans l'isolement et l'ignorance générale.

Mais cet auteur m'a marqué plus que les autres en grande partie parce que l'économie parallèle et contestataire et la refondation d'états sur un mode non capitaliste ressemblant beaucoup au communisme sont son propos véritable plus que l'idée d'adaptation à des environnements extrèmes et la terraformation de mars.

Bonne lecture

Anonyme a dit…

Maguy a dit ...

Paul,

Pour ma part je pense depuis longtemps que le PCF devrait réfléchir aussi sur des stratégies et des pratiques comme celles dont tu parles, à savoir :
réseaux d'entraide, réseaux militants de terrain, scops mutuelles, réseaux parallèles etc.
Cette façon de sortir du cadre aliénant qui nous est imposé serait sûrement intéressante à observer dans sa pratique et ses effets sur les gens et sur le système, parallèlement à des stratégies plus classiques de lutte. Ce serait l'attaquer par tous les bouts(le système).
J'y vois un intérêt d'apprentissage de créativité et d'autogestion d'une part, et celui de destabiliser et affaiblir cette société-pieuvre assez monstrueuse dans ses structures comme dans sa façon insidieuse de gagner les esprits et les âmes à son idéologie de promotion de l'avidité et de l'égoïsme, car sa survie repose sur l'adhésion complice ou forcée à ce type de société et sur l'esprit moutonnier jusqu'à l'abattoir et il ne s'attend pas à ce qu'on fasse autre chose sauf exception qui confirme la règle, comme une soupape de sécurité.

D'autres diront que l'ordre capitaliste ne laisserait pas faire mais il faudrait l'essayer avant d'être tous fichés.

C'est vrai que ça paraît délirant, mais c'est juste parceque ce sont des idées qui ne ce sont encore jamais (ou très peu) réalisées concrètement à part dans les romans d'anticipation.

Jules Verne et Léonard de Vinci étaient délirants avec leurs machines à leur époque et pourtant cela a fini par se réaliser.

amicalement

maguy

paul a dit…

Bonjour Maguy

Je découvre avec joie très tardivement ton commentaire.

Bon alors y'a un truc auquel je pense tout de suite là

c'est que pour commencer à faire nous même des trucs en réseau d'entraîde, des scops et autres structures économiques, de la résistance parallèle comme j'appelle ça, il faudrait pouvoir échanger autrement que de façon trop anonyme par l'intermédiaire des commentaires de blogs.

Bref moi je laisse toujours les adresses de sites auxquels on peut me lire et trouver mes coordonnées, y compris géographique

bref je prends le risque de perdre l'anonymat

faut dire que depuis 6 années je suis très obligé de faire des efforts pour sortir de l'anonymat et trouver des réseaux : je suis chômeur de longue durée, très longue même et la quarantaine passée...

je te lis souvent s'il s'agit de la même Maguy sur d'autres sites comme bellaciao.

laisse tes coordonnées et échangeons sur des idées de structures actives à monter.

c'est valable pour tout le monde ce que je dis
paulriluma@club-internet.fr