vendredi 23 février 2007

LA GAZELLE ETAIT BIEN UNE ELEPHANTE...

Salut et Fraternité.

Quand Nicole-(22)- Avril encense la Royale Ma(l)donne... Ou Heureux les simples d’esprit, le royaume des cieux leur appartient. La Présidence de la France peut-être pas.

Ségolène Royal est une bête de politique , c’est certain ou presque. Ecole Mitterrand/Attali. Autant dire, pas des « petits joueurs » ; plutôt de bons stratèges. Elle est loin, très loin, d’être la bécasse – Bécassine, ou la débutante (en robe blanche) qu’on se plait à croire (et qu’elle essaie aussi de nous faire croire sur le thème du : « je suis nouvelle en ‘poulitique’, je ne suis pas corrompue à la pratique du pouvoir, d’ailleurs je vous le montre, je fais de la ‘poulitique’ AUTREMENT »…).

Elle a un physique effectivement avantageux en termes "marketing". Sur lequel elle a beaucoup travaillé. Ce qui n’est pas dommage dans une société de l’image comme la notre. De bons slogans aussi.

Elle a une volonté peut-être sincère de faire de la politique "autrement" (ce qui n’empêche que, même faite autrement, la politique reste la politique et qu’elle serait bien en peine d’expliquer en quoi elle fait différemment) ; je ne veux pas lui faire de procès d’intention en doutant de la sincérité de se sentir une "mission" pour la France, parce que je n’aime pas les procès d’intention - ma nature s’y oppose.

C’est vrai aussi que c’est extrêmement difficile pour une femme de faire de la politique, encore aujourd’hui, pour diverses raisons. Elle est méritante - mais comme bien d’autres.

Sur la personne Royal donc, la personne Avril dit quelques choses justes.

Ensuite ? Et bien ensuite, comme moi, si je n’écoute pas mon instinct, quand on lit ce que la femme journaliste écrit de la femme politique, on patine…

Car lorsqu’on regarde ce portrait de Royal il y a deux erreurs énormes dans son cheminement actuel qui sautent aux yeux, et c’est là que pour moi, les cartes se brouillent, quelque chose "m’échappe" (ce qui est toujours très bon…) :

1ère erreur - le reniement de la gauche et de ses valeurs, le reniement du peuple, à un point que le PS n’avait jamais atteint jusqu’à présent. Un reniement qui va la priver d’un "réservoir de voix" qu’elle ne rattrapera dans les conditions actuelles, quoi qu’en disent les sondages. Le coup du "vote utile" ne passera pas cette fois (comptez sur nous…). Entendons-nous bien ; il est clair que le PS n’est pas un parti de gauche ; mais il y a des époques où il s’en est plus approché qu’aujourd’hui. Que Royal ait une conscience de gauche assez limitée, voire totalement inexistante, comme la majorité actuelle du PS, social-libérale, soit - mais que, fine tacticienne comme elle est, elle ne fasse pas le bon calcul, ça, ça m’étonne. On sait bien que la droite ne partage pas ses voix avec la « gauche », surtout le PS (qui sont, décidément, traîtres aux deux « camps ») !

2ème erreur - l’erreur stratégique de n’avoir pas "assassiné" complètement DSK et de l’avoir pris (pressions ou pas) dans son équipe... On va me dire : « oui mais DSK c’est 20 % de voix au PS » – soit. Mais combien cet épouvantail social libéral et archi- sioniste en fait-il perdre au plan national ? On peut croire qu’on est mieux avec son ennemi à côté de soi plutôt que dans son dos, certes. Mais, à ce niveau, on sait, ou on devrait savoir, qu’en politique, quand on rive son clou à quelqu’un comme lui, il faut absolument le "tuer" définitivement, car le pardon n’est pas la qualité première de l’homme politique...L’Histoire est pleine de ces rancoeurs qui ont changé le cours d’un règne ou d’un gouvernement. Pourtant DSK a été aux côtés de Royal dès son "adoubement".

Alors, que se passe-t-il au Parti socialiste? Et que se passe-t-il dans la tête de Royal?

Le "hold up" de Ségolène Royal était-il un vrai-faux braquage?

Ne serait- elle pas, en réalité, une éléphante déguisée en gazelle?

C’est ce que j’ai pensé intuitivement dès le lendemain de sa désignation et c’est ce qui a achevé de me décider à quitter le PS. Dont acte. Immédiatement.

J’ai eu ensuite une période de flottement, parce que cela flottait, sur la question de la conduite à tenir vis-à-vis du PS et de Royal, que j’ai soupçonnée un temps de pouvoir virer « à gauche », par pur calcul - ce que, je pense, elle aurait fini par faire, si les sondages n’étaient pas "miraculeusement" remontés au lendemain d’une prestation télévisée encensée par la presse mais absolument nulle et dramatique en réalité (d’ailleurs, moi, je ne croise aucun « vrai gen » qui me dise que Ségolène était ‘super’ – étrange non ?)

Aujourd’hui, je me reprends fortement à penser cela, à retourner à mon intuition première qui m’a fait prendre les jambes à mon cou pour me sauver du PS (au sens strict de « salut »).

Ce qui me fait donc revenir sur ce que je disais plus haut.

Royal ne peut pas faire des "erreurs" pareilles.

Non pas qu’elle soit infaillible, mais quand on fait de la politique comme elle depuis 25 ans, on connaît ses gammes. (Tant pis pour ceux et celles que tout cela agace ou qui s’en désintéressent – mais cela fait partie du « jeu » et mieux vaut le savoir. Il y a des techniques, des stratégies, des choses quasi mathématiques dans la conquête du pouvoir politique ; il y aussi une part d’irrationnel et de non maitrisable à prendre en compte comme tel).

C’est donc que les positions adoptées par Royal ne sont pas des erreurs

Ce sont sans doute des choix délibérés et assumés.

Les choix d’une éléphante qui ne peut pas bouger dans un magasin de porcelaine.

A preuve ? Elle remanie son équipe de campagne et va faire appel ...aux éléphants. C’est ce que l’on peut appeler un tropisme éléphantesque. Chassez le naturel, il revient au galop.

Je finirai sur cette parabole bouddhiste...

"Quatre aveugles s’assemblèrent un jour pour examiner un éléphant.

Le premier toucha la jambe de l’animal et dit : "L’éléphant est comme un pilier." Le second palpa la trompe et dit : "L’éléphant est comme une massue." Le troisième aveugle tâta le ventre et déclara : "L’éléphant est comme une grosse jarre." Le quatrième enfin, fit bouger une oreille de l’animal et dit à son tour : "L’éléphant est comme un grand éventail." Puis ils se mirent à se disputer sur ce sujet.

Un passant leur demanda la raison de leur querelle ; ils la lui exposèrent et le prirent comme arbitre. L’homme déclara : "Aucun de vous n’a bien vu l’éléphant. Il n’a pas l’air d’un pilier mais ses jambes sont des piliers ; il n’a pas l’air d’un éventail, mais ses oreilles éventent ; il n’a pas l’aspect d’une jarre, c’est son ventre qui y ressemble ; il n’est pas une massue, c’est sa trompe qui est semblable à une massue. L’éléphant est une combinaison de tout cela : jambes, oreilles, trompe et ventre."

Ainsi se querellent ceux qui n’ont vu que l’un des aspects de la Divinité."

Aucun des militant-e-s qui l’ont élue, n’a BIEN VU l’éléphant(e).

DSK et Fabius étaient manifestes. Evidents avec leurs trompes (et qu’est-ce qu’ils trompent…), leurs grandes oreilles et leurs défenses. On ne pouvait pas les louper. Ministres de l’Economie et des Finances tous les deux.

Elle, elle était déguisée (en « gazelle » a dit la presse, pourquoi pas…) et a été élue, d’ailleurs, avec d’une part des voix de "néophytes" en politique et en "pratiques de parti" et d’autre part, de militants qui ne pouvaient plus encadrer ni Fabius ni DSK.

Morale de la fable :

L’éléphante va nous refaire le coup, classique, des éléphants, mais en plus grave, parce que les éléphants d’aujourd’hui ne sont pas ceux d’hier : nous piétiner, sans dire pardon, parce qu’elle ne nous voit pas et ne nous entend pas.

Elle ne nous voit pas parce que pour elle, nous n’existons pas.

Nous n’existons pas parce que, du haut de son mépris, tout mitterrandien, elle a oublié que le peuple de gauche et la gauche existent.

Nous sommes pour elles des abstractions qui ne déclenchent que des réflexes pavloviens (nous caresser la tête, nous dire merci d’être là, agiter ses cheveux, faire un sourire…) et qui sont complètement dénués de fondement et de réflexion.

Que les militants de gauche du PS, et il y en a, j’en connais, viennent nous rejoindre, même officieusement, mais au moins dans leurs consicences, car ces mots de Hamlet « Il y a quelque chose de pourri au Royaume du Danemark » peuvent être les leurs aujourd’hui.

En conclusion : PAS DE PITIE. PAS D’ILLUSION. Sus aux éléphants du PS.

LA GAUCHE POPULAIRE ET ANTILIBERALE UNIE VOTEZ MARIE GEORGE BUFFET




De : OSEMY
jeudi 22 février 2007

3 commentaires:

Osemy a dit…

(suite à certains commentaires parus sur Bellaciao -)

Chers lecteurs et chères lectrices.

Deux précisions sur deux commentaires :

La première sur le jugement péremptoire (sinon diffamatoire) d’un lecteur/d’une lectrice qui me traite d’antisémite de manière à peine voilée ("A moins que ce soit le fait qu’il soit Juif qui suffise à vous faire fuire? ça ne m’étonnerait qu’à peine"), et qui prend d’ailleurs la partie pour le tout , puisque l’article n’est pas sur DSK et Israel mais sur Royal et le PS, et accessoirement sur Royal et DSK :

je pointe l’engagement sans nuance de DSK en faveur d’Israel comme un repoussoir pour une bonne partie de l’électorat de gauche (engagement que je n’invente pas et qui n’est un mystère pour personne puisque, par exemple, DSK organise et participe aux meetings donnés en France pour le soutien de Tsahal , qu’il dit à qui veut l’entendre qu’il se demande chaque matin, ce qu’il peut faire,en tant qu’homme politique français juif, pour Israel) et donc, je suis antisémite, et tous les autres " de ma trempe" (sic) avec moi ! Avec un raccourci magnifique sur le fait qu’être opposée à la politique israélienne serait vouloir, en réalité, la fin de l’Etat d’Israel, en faisant en plus semblant de ne pas comprendre ce que signifie aujourd’hui le terme "sioniste". Et donc, je veux la fin des juifs, évidemment? C’est d’ailleurs surtout et uniquement parce que DSK est juif que je formule ces propos? N’est-ce-pas? C’est ce qu’on appelle un sophisme ou je ne m’y connais pas. (Mais, sophisme pour sophisme, et sauf à ce que DSK soit le seul homme politique juif en France, c’est à se demander pourquoi cela "tombe" sur LUI et pas un-e autre?... Une explication?)

En réponse, cher-e ami-e, une question : être favorable au traitement scandaleux et inhumain réservé par Israel au peuple palestinien, même par abstention, ne pas être révolté, que l’on soit juif, musulman, catho, par le déplacement de ces centaines de milliers de personnes dans des camps insalubres et dangereux hors de chez eux, ne pas être outré par la manipulation constante, (à laquelle l’Etat israélien participe), du Hizbollah et du Hamas pour exciter davantage ces poignées de gens martyrisés à adopter des comportements suicidaires, ne pas être meurtri dans sa conscience humaine des conditions de sécurité, de salubrité... honteuses , indignes de tout pays civilisé dans lesquelles vivent aujourd’hui les palestiniens , c’est donc ça, "être de gauche"? .... C’est une sacrée nouvelle.

La seconde, bien plus constructive, sur le choix Ps/ droite... TOMTOM (et d’autres), je ne prétends pas avoir raison mais je pense que la question se pose sérieusement. Je pense surtout qu’il FAUT absolument se la poser, en termes clairs et dénués de "pathos" , sans drame, mais avec quelques certitudes. Il faut se poser la question de manière dépassionnée, mais sans faire la politique de l’autruche non plus (ça va finir par être une vraie ménagerie sinon :-))

Maintenant, qui joue à se faire peur? Vous, qui pensez que ne pas élire Sarkozy maintenant c’est se débarrasser de lui et de la droite dure définitivement, et que l’enjeu de cette élection est immédiat et que c’est juste "ne pas élire Sarkozy"? Ou nous, les quelques "ultras" qui pensons que, si ce n’est pas Sarko maintenant, ce sera Sarko dans 5 ans, ou pire que Sarko, parce que les socialistes ne feront pas de politique de courage ni d’engagement et maintiendront la France dans le "ni ni" (ni socialisme ni libéralisme) mortifère, surtout pour les classes populaires ,laborieuses, ouvrières, prolétaires, appelle cela comme tu le veux? Et que si la gauche (PCf principalement puisque aux dernières nouvelles LCr et Lo refusent tjs et systématiquement la compromission) s’allie encore une fois, à de mauvaises conditions avec le Ps, elle portera la coresponsabilité de tout cela? Et que nous aurons contribué à la désillusion, à la déception, à l’amertume, génératrices de haine et de discordes sociales? Et que donc ,la vraie gauche de gouvernement qui subsiste en France ( le PCF, que ça te plaise ou non) sera pour le coup en voie d’extinction?

Je n’ia pas la réponse pour les autres TOMTOM (mais pour moi j’en ai une petite idée), mais je me pose au moins la question et je crois que je ne suis pas la seule. Si au final dans l’isoloir, on est seul, il est sans doute préférable que nous ayons débattu de tout cela les uns avec les autres AVANT le 22 avril.

Donc, TOMTOM s’il te plait, dis moi ce qui te fait penser que dans 5 ans, si S Royal est élue le 22 avril, tout ira mieux pour nous la "France d’en-bas", et nous aurons évité la droite pour longtemps? Fraternellement

La Louve

Mauvaise langue a dit…

Il fallait un regard de femme pour déshabiller une femme sans avoir l'air d'y chercher autre chose.

La Ma(l)donne est dangereuse car elle n'a pas été choisie sur ce qu'elle disait mais sur ce qu'elle ne disait pas, tentant de faire oublier que pas plus que Sarkozy elle n'est une nouvelle venue, vierge de tout bilan foireux.

Quant à ceux qui ne comprennent pas qu'antisionisme et antisémitisme sont deux notions bien différentes, qui peuvent se croiser mais ne se recouvrent pas (il existe nécessairement des antisémites antisionistes, comme il existe des Arabes israéliens, ce qui ne signifie nullement que tous les Israéliens sont arabes), il serait temps de leur rappeler que le sionisme est avant tout une doctrine nationaliste et sécuritaire.

Comment des républicains laïcs modernes peuvent-ils ne pas s'émouvoir de la légitimité d'un Etat colonial basé sur l'appartenance religieuse ?

filaplomb a dit…

Je n'ai pas du tout la même analyse que toi.
Sur le ralliement des éléphants, il se fait en ordre derrière elle et quand on se souvient du bordel qu'était le PS avec ses vieux courants à la con (un peu comme les Guignols se moquent des Verts : Socialisme et Utopie, Socialisme et Obésité, …), ça montre déjà la capacité à diriger qui est la sienne.
D'autre part, sur énormément de sujet elle est bien sur une ligne de gauche…

Bon, je ne vais pas te convaincre de toute façon !

Juste une remarque : pour moi, toutes les voix sont les bienvenues pour remplir la mission numéro 1 : virer l'UMP du pouvoir !

:-)