lundi 8 juin 2009

FRONT DE GAUCHE/ NPA: ZERO PARTOUT... BALLE AU CENTRE?




Ces élections européennes,pour le NPA/Front de Gauche, c'est un peu Nadal et Federer à Roland Garros cette année. Nadal n'est pas allé en finale. Federer a ENFIN gagné, mais pas contre Nadal.

Du point de vue des communistes, plusieurs choses ressortent de ce scrutin du 7 juin 2009.

1 ° L' Union Européenne, en tout cas, son soi disant "parlement", est vécue et perçue comme une arnaque capitaliste, en tout cas, disons au moins, une construction profondément anti-sociale, non démocratique, tout juste bonne à s'occuper d'écologie (et encore faut-il entendre ce que l'on appelle "écologie" dans le contexte actuel).

2° Une bonne part des abstentionnistes est, à l'évidence, constituée de citoyens qui refusent cette construction-là, qui méprisent la classe politique actuelle dans son ensemble, classe politique qui se tutoie sur les plateaux de télé alors qu'elle est supposée être composée de gens qui défendent des projets de société différents, voire, opposés. Classe politique qui a un point commun, à de très rares exceptions, vouloir imposer par les faits ce que certains disent même rejeter en paroles, se mettre, en tout cas, d'accord, pour continuer à cautionner la fausse démocratie bourgeoise et pour empêcher toute alternative d'une véritable perspective révolutionnaire et d'une démocratie prolétarienne.

Oui, l'abstention est à la fois le signe d'un profond mépris et d'un refus obstiné. Certes, l'abstention en général n'est pas "plus de droite que de gauche" par essence, mais elle l'est plus ou moins en fonction des enjeux et des scrutins. Et l'Union Européenne, normalement, et si ma mémoire ne me joue pas des tours, ça fait voter , depuis toujours, les gens de droite qui ont compris, eux, depuis belle lurette, ce qu'était l"euro-impérialisme et quels avantages ils avaient à la bichonner.

3° Les communistes qui se travestissent prennent immanquablement des gifles. Le Front de Gauche, s'il a officiellement vu la victoire de 4 de ses candidats, dont Mélenchon (qui devient ainsi momentanément un bon "cumulard), est EN RÉALITÉ un échec pour le PCF, par rapport à 2004, car si on fait correctement les comptes, le PCF "soi-même" ne gagne rien mais fait la courte échelle à une transfuge du PS "militante féministe" - qui me semble plutôt "mélenchoniste" que communiste.

4° Les forces anticapitalistes qui ne savent pas être unitaires et ouvertes aux autres le paient aussi assez chèrement. C'est sans doute une des raisons du score mitigé du NPA, qui est resté très tourné vers lui-même pendant la campagne et n'a présenté quasiment que des militants NPA sur une ligne "100 % NPA".

NPA comme Front de Gauche ont affiché tous deux, chacun à leur manière, une volonté hégémonique, ou disons, une conception de la politique toujours "verticale", pensée en termes de "leadership", qui n'est plus en phase avec l'air du temps, puisque le temps semble venir enfin de la sortie de l'enfance politique réclamant une tutelle, la délégation de pouvoir, et un "homme providentiel".

5° Les restes de la vieille sociale-démocratie sont en train de disparaître définitivement. Le PS a pris la veste méritée après s'être essuyé les pieds sur le dos de notre vote "NON" de 2005, lorsque par abstention, il a collaboré avec l'UMP le 4 février 2008 pour faire passer le Traité de Lisbonne. C'est le moment de faire le ménage. Nous avons fait le ménage. Nous le ferons encore.

En d'autres termes, le score, tous partis confondus, de ce qui se revendique (à tort ou à raison) de "la gauche de gauche", compte tenu de l'abstention, est à peine satisfaisant.

Et c'est la conjonction de plusieurs "maladies", dont chaque partie, chaque "Nomenklatura" a sa part. Il n'y a pas plus de victoire du Front de gauche que de victoire (ou de défaite) du NPA. A peine le Front de Gauche est-il un peu moins démuni que le NPA puisqu'il emporte donc "4 élus" - mais si on doit se contenter de cela pour crier "hourra" on est mal barrés....

Il me semble que l'électorat communiste ( qui existe encore, on en a la preuve ici et ailleurs tous les jours) a simplement renvoyé dos à dos, ENCORE UNE FOIS, tous les succédanés de communisme qu'on lui présente sans discontinuer depuis des années: "collectifs unitaires anti-libéraux", "gauche populaire et anti-libérale", "front de gauche", "anti-capitalisme"...et a critiqué, encore une fois, l'absence de possibilité unitaire réellement radicale.

Cela témoigne en revanche d'une (très) bonne santé mentale de l'électorat communiste ou sympathisant communiste, socialiste révolutionnaire, qui, lui, et contrairement à ses soi disant "leaders médiatiques", n'a pas perdu complètement sa boussole ni certaines de ses valeurs fondamentales.

Mais partant du juste principe que "la pourriture est le laboratoire de la vie", à condition que toutes et tous nous nous retroussions les manches pour remonter la maison communiste sur des fondations solides, avec ou sans le PCF, avec ou sans le NPA, (avec tout le monde, ce serait mieux) tout n'est pas perdu et loin s'en faut.

Il faut être optimiste. Ne serait-ce que parce que, en ce 7 juin 2009, malgré tout ce que les médias menteurs nous diront, l'UMP et Sarkozy ont pris leur vraie première claque depuis mai 2007.

Nous avons, je pense, des raisons de l'être, optimistes.

Moi je le suis en tout cas. Pas par la méthode Coué, ni parce que j'ai abusé de ma moquette, mais parce que l'analyse des résultats "électoraux" doit nous incliner à être optimistes, SI, si nous savons à nouveau penser sur le long terme, de façon à la fois pragmatique, visionnaire, et radicale, si nous savons reprendre le contrepied exact de la pensée dominante, dans l'objectif unique de construire un projet politique révolutionnaire anti-capitaliste ( et ça, ça s'appelle donc un projet communiste, désolée...)

Nous, communistes, où que nous soyons, sommes une force. Une force éparpillée, une force en convalescence (ces 20 dernières années ont été tellement dures pour nous toutes et tous, depuis la chute du mur de Berlin, en gros), une force renaissante, mais une force réelle quand même.

Nous sommes confrontés à un éveil des consciences politiques chez nos semblables, dans notre classe, que nous devons absolument saisir.

Non pas pour nous rendre plus "sexy" en nous camouflant, non pas en essayant de coller à ce que les médias bourgeois nous tendent comme miroir aux alouettes. Non pas en allant faire des danses du ventre pour "remplacer" le PS.

Le Front de Gauche seul ne sera rien, pour des raisons de fond, tenant strictement à ce qu'il propose comme "vision du monde" (une énième resucée de la vieille social-démocratie, sans aucune perspective révolutionnaire).

Le NPA seul ne sera rien non plus, pour des raisons de stratégie, tenant principalement à ses relations avec le mouvement en général et les communistes dans le mouvement en particulier (une sorte de "grande LCR" donc).

C'est comme cela, je pense, qu'on peut analyser le résultat Front de Gauche/NPA : pour des raisons différentes, les électeurs "de gauche de gauche" ont renvoyé les deux formations plus ou moins dos à dos.

L'équation ne sera pas résolue en faisant simplement l'addition, factice, "Front de gauche + NPA". Certainement pas.

Pour être tout à fait complets, il est évident aussi que la galaxie communiste "activiste", principalement issue de l'éclatement progressif du PCF, est éparpillée sur toute la France, de façon très groupusculaire, sans parvenir à dépasser cela, ni à se fédérer, sans qu'aucune formation ne puisse prétendre à elle seule , remporter "le leadership", et c'est TANT MIEUX.

On ne sortira de ce cercle vicieux qu'en s'y collant toutes et tous, en reconstruisant un mouvement COMMUNISTE, où la liberté et le respect de l'autre seront la règle fondamentale, et dont l'objectif sera la mise au point, dans un travail collectif (et tant pis si nous sommes une addition de 150 "groupuscules"), d'un projet politique révolutionnaire susceptible de donner force et courage à tous les lutteurs en France, qui se battent contre le capitalisme.

On s'en sortira si on arrête de penser d'abord et exclusivement "parti" ou "formation", et qu'on recommence, majoritairement, enfin, à penser d'abord et avant tout "classe". PROLÉTARIAT. Alliés objectifs du prolétariat.

On ne s'en sortira, on n'avancera, nous, prolétaires, - dont les communistes doivent être, en effet, un "fer de lance" - , qu'en faisant, pour certains, acte d'humilité (au moins les pendules sont définitivement remises à l'heure ou presque, à part quelques obstinés, plus aucune formation communiste ou se réclamant du socialisme ne peut se prétendre plus "fine" ou plus "maligne" que les autres), pour d'autres, en abandonnant certaines vieilles lunes ("faire renaître le PCF" par exemple, ou "reconstruire le PS" ou "l'union de la gauche"), en acceptant ENFIN que le communisme n'est pas monolithique, qu'il n'est pas d'un bloc, que de ce point de vue il faut faire l'effort de sortir d'un point de vue théorique, du mauvais héritage de la IIIème Internationale.

Que, au contraire, le communisme connaît de nombreux courants, mais sur des bases communes intangibles (validité de l'analyse marxiste, combat contre le capitalisme, la bourgeoisie, leurs instruments de toute nature, perspective révolutionnaire n'excluant pas certaines réformes d'envergure, primat de la politique sur "l'économisme"...) et que, néanmoins, en toute logique, si nous ne sommes pas devenus toutes et tous complètement siphonnés, ce qui nous rassemble est bien plus fort que ce qui nous divise.

Pour conclure donc, commençons par rassembler tous les communistes et sympathisants communistes en France, dans un projet enthousiasmant, celui de la construction d'une perspective politique révolutionnaire.

Je ne me joindrai plus à un mouvement qui prétendrait "reconstruire le PCF", même si je comprends les camarades qui en font encore leur cheval de bataille. En revanche, et comme tant d'autres, je participerai avec grand plaisir à des débats qui auront pour but cette refondation nécessaire, cette construction, non pas d'un "sujet politique" mais d'un PROJET POLITIQUE pour le communisme au 21ème siècle.

DU PASSE, FAISONS TABLE RASE!

10 commentaires:

souklaye.sylvain a dit…

Les bavures à répétition des faiseurs de frontières remettent en question la véracité de la théorie du chef du village national
– stop -
L’interdépendance abusive ou non entre les territoires demeure leur fond de commerce, mais elle est la seule garante de l’unicité de leur l’identité
– stop –
Entre une majorité omnipotente et une opposition fonctionnaire, les extrêmes font office de modérateurs –
- stop –
Quand on consomme des subventions sans acheter la technocratie, on finit par fantasmer le régime des autres
– stop –
À force de nous vendre une Europe humaniste et paradisiaque, on en oublierait qu’aujourd’hui elle est plus une nécessité qu’un choix
– stop –
Entre les accusations dignes d’une cour de récréation et les invectives feutrées, on pourrait croire que la nature du débat est la diversion commune
– stop –
Les élections européennes s’adaptent au buzz anthropophage et au culte de l’immédiateté sans memoires
– stop –
À la croisée de chemins handicapés par un passif, plus qu’un passé, les options de mutation offertes sont restreintes
– fin -
la suite ici
http://tiny.cc/9MNfi

Protop a dit…

Tout a fait d accord sur le fait que l heritage de la IIIe est une catastrophe. Neanmoins, et d apres certains de tes texte je me demande quel projet pourrait reunir les communistes marxistes (allez soyons large dedans je mets tous ceux qui voient la dictature du proletarieat comme une fin en soit), et les socialistes revolutionnaires ou anarchistes. Des l AIT la separation etait effective (et je ne jette la pierre a personne meme si notre ami Marx avait fait preuve de beaucoup trop de pragmatisme a mon gout).
Precisons, je suis tout a fait pour une union de la gauche sous un "programme commun", mais malheureusement je ne vois pas comment discuter des modalites d un programme revolutionnaire avec des socialistes parlementaires (PC), ou des troskystes ultra orthodoxes (NPA)!!! Ne parlons pas des soc-dem deguises en communistes (FdG)... Et pourtant je me considere comme etant socialiste revolutionnaire...

Pingouin094 a dit…

Tu fais une longue analyse, très détaillées, mais pourtant, tu passes à côté de l'essentiel.

Tu refuses d'imaginer, ne serait-ce qu'un instant, que les choses puisse changer. Tu refuses d'imaginer, ne serait-ce que fugitivement, que le Front de Gauche puisse être autre chose que le PCF "maquillé".

Moi, je sors de trois mois de campagne au sein du Front de Gauche. Et je peux te jurer, en tant que militant de base, que ce Front de Gauche, ce n'est pas un "nouvel appareil", une "nouvelle nomenklatura".

Opposer Front de Gauche et NPA est stupide. Car le Front de Gauche est et se veut être une union.
Il ne tient qu'au NPA de dire "oui, je viens avc vous", non pas pour faire une union "Front de Gauche plus NPA", mais bien de faire un Front de Gauche qui soit l'union du NPA, du PCF, du PG. Et si LO veut venir, LO est la bienvenue et idem pour les différents groupuscules qui gravitent dans l'anticapitalisme.

Il y'a aujourd'hui un outil, le Front de Gauche. Son existence a démontré une chose : l'idée du NPA qu'un seul parti puisse devenir hégémonique dans la gauche anticapitaliste est caduque.
La seule solution, c'est l'union.

Le Front de Gauche, ce n'est pas une nouvelle structure, une nouvelle nomenklatura. C'est le nom de l'union des forces anticapitalistes que nous appelons tous de nos voeux.

enzo d'aviolo a dit…

Elodie,
je ne vois pas en quoi le front de gauche l'aurait joué perso, c'est même tout l'inverse puis que le regroupement de sensibilités bien différentes!
je vois surtout que si le NPA n'avait pas eu cette attitude, le score de l'autre gauche aurait été un séisme dans le monde politique et en outre aurait attiré par l'unité présentée, des électeurs qui ne se sont pas déplacés.

par contre optimiste je le suis aussi car si aux futures élections, cela se reproduit, c'est le P(s) qui va exploser et ce serait la meilleure nouvelle qui soit pour la vraie gauche.

Osemy a dit…

Salut Enzo -

Je ne vais pas ré-expliquer ce que j'ai déjà expliqué mille fois - je préfère attendre pour voir comment tourne l'histoire qui je pense, comme souvent dernièrement , me donnera raison - je connais trop l'appareil du PC, Mélenchon et aussi une partie de l'ex LCR, et puis de tte façon c'est jms contre les militants de base dont la plupart peuvent être très sincères ou qu'ils se trouvent mais bien plutôt contre les dirigeants.

Il faut être aveugle our ne pas voir que M2lenchon a tout fait pour pousser uen frange du PCf dans sce que'elle a de plsu néo stalinien parce que cela l'arrange

Pour moi Mélenchon, en bon lambertiste est l'homme qui aura une fois de plus empêché l'union des courants communistes du NPA et du PCF.

Il roule et roulera tjs pour la socia ldémocratie et je peux te dire que lui n'a AUCUNE envie que le PS explose tout au contraire même s'il dit vouloir en être indépendant i la depuis fort longtemps admis que cette indépendance devrait se limiter aux premiers tours des élections.. alors... bonne route sur le chemin de la déception mais avec Mélenchon et les néo stals de la direction du PC t'as pas fini de regretter.

De tte façon, ce "front de gauche" ne tiendra pas longtemps , car il n'y a aucun projet politique commun travaillé avec leurs bases susceptible de freiner leurs appétits électoralistes... alors.. Regarde Perpignan!

Perso la seule alliance sérieuse que je vois pour l'avenir du mouvement ouvrier est AVANT TOUT celle du PCF et du NPA et c'est bien cela que Mélenchon, satellisé avec l'accord implicite du PS ,est venu empêcher.

Tu as lu sa dernière tribune sur "l'ardoise de la désunion"? !!???Franchement ça m'a scandalisée - et je ne suis pas au NPA - Enszo, àm oins quet u sois tiombé amoureux de Méluche dpeusi longtemps (là ya rien à faire) mais tu ne peux pas décemment cautionner ce type de discours !!!

Et après il dira comme Buffet et Dartigolels "vouloir l'union avec le NPA"???

Masi enfin regardez les textes les engagements, etc.

Mélenchon n'a jamais voulu s'allier avec le NPA ni pour les européennes, ni pour les régionales ( encore une fois on regarde perpignan - c'est la direction nationale du PDG qui a interdit à ses ouailles de faire une liste anti PS avec le NPA ,alors..)

BRef point ne sert de trop parler de tte façon je ne tre ferai pas changer d'avis si tu es convaincu.

VIVE L'UNITÉ DE LA GAUCHE COMMUNISTES DANS TOUTES SES COMPOSANTES - moi mon "credo ", mon boulot, avec d'autres, c'est ça - on ne retrouvera de "vraie gauche" en France, que quand on retrouvera un pôle communiste respectueux de ses différentes tendances, indépendant, courageux, intelligent et audacieux - L'union de la gôôôche sauce buffet-mélenchon pour souffler dans la bouche du cadavre puant de la social démocratie bureaucratisée, ça fait un bail qu'elle me fout la gerbe (et je suis pas la seule..)


A plus

Frater

François a dit…

Salut Elodie,

Tout à fait,Mélenchon est un traître au même titre que C.Bendit.Contrairement à toi je ne pense pas que son "Lambertisme"ancien ait quelque chose à voir avec ses idées d'aujourd'hui.Le drame des Lambertistes a tjs été les querelles de chefs;dès qu'un "penseur"commence
à faire de l'ombre au "plus chef"il est débarqué; C.Berg,Jyceret(qui s'est foutu en l'air),S.Bloch,S.just, JJ.Marie ...etc..

Mélenchon est venu uniquement à ces élections foutre la "vraie gauche"en l'air et donner un coup de main à C.Bendit et son Europe écologie pour finir le cadavre de la "gôche"et,ainsi,ouvrir un boulevard à Sarko et sa bande.

J'ai ,peu de temps avant les élections,assisté à une réunion NPA FDG à Mt de Marsan.Il y avait,parmi les anciens du PC des gens qui disaient vouloir voter pour le NPA et,immédiatement les gens du FDG de leur dire:"attention ce que veut le NPA,qui n'a rien perdu de la LCR,c'est faire la révolution et vous y entraîner..." Il n'y a pas eu le viel argument Stal"ils veulent mettre les villes à feu et à sang"mais on n'en était pas loin.

D'ailleurs si le FDG avait voulu s'allier avec le NPA rien ne l'empêchait d'aller gonfler ses rangs,donc...

Moi aussi je suis optimiste même si cet optimisme est mâtiné d'utopie mais attention entre CB et Méluche méfions nous,que notre optimisme ne nous empêche pas de voir la réalité bien en face.

Inutile de dire que de voir ça réjouit la bande à Sarko.En face il n'y a RIEN pour l'empêcher de gagner les prochaines présidentielles.Et l'UMP se fout complètement du taux d'abstention pourvu qu'elle repasse.Alors le jeu de ces deux fumiers les arrange bien.

Entre E.Ecologie et le FDG une très grande partie des voix d'ex-communistes sont allées chez eux et ,du même coup,ont manqué à l'ext-gauche.

Il n'y a donc plus rien pour contrer Sarko et sa clique si nous ne nous bougeons pas VITE et en MASSE.

Dans un autre article Elodie tu parlais de construire un vrai parti"anti-capitaliste et révolutionnaire",le moment est arrivé,en effet mais,de grâce grouillons-nous.

Fraternellement à toustes.

François

Anonyme a dit…

100 % d'accord la Louve avec le projet que tu poses, ce qui n'est pas difficile car ce que tu proposes c'est le projet NPA. Ce que tu dis sur l'hégémonie du NPA est tout à fait juste : c'est la conséquences des limites du NPA et du fait qu'on n'a pas trouvé de partenaire organisé pour construire ce nouveau parti. Mais si demain des cdes du PC veulent venir construire quelque chose avec nous, soit dans un autre parti ou dans une autre alliance, ce serait fabuleux.
Ceci dit, la direction du PC et celle du PG ne le feront jamais, pour la bonne et simple raison qu'elles ne sont pas révolutionnaires et, d'ailleurs, pas non plus communistes. La construction de la force que tu décris ne peut se faire que si la partie la plus saine du PC se décide à rompre les amarres et à faire quelque chose avec nous.
David (NPA)

paul a dit…

d'ailleurs je serai d'accord pour faire décapiter en priorité Mélanchon et cohnbendit plutôt que l'innommable
lui il faut l'exposer dans une cage en fer sous la pluie ne place de grêve

Chien Guevara a dit…

Je te suis à fond dans ton analyse Osémy (mais tu dois t'en douter, vu les 2 derniers papiers que j'ai mis chez Bellaciao) .

enzo d'aviolo a dit…

Eh bah Elodie, j'peux te dire qu'avec un tel discours visiblement soutenu ici, la gauche n'est pas prêt de changer quoi que ce soit dans ce pays.
Des gens parfait, droit dans leur botte, je n'en connais pas en politique, meluche est comme les autres mais il a le mérite d'essayer.
On peut toujours voir ce qu'on l'on a pas envie d'imaginer, mais faire de meluche un téléguidé du P(s), celle là j'avoue qu'il fallait y penser.
Mais peu importe finalement la véracité des propos de chacun, c'est qui est grave, c'est que tes propos montrent cruellement à quel point la gauche n'est pas prêt de retrouver le pouvoir, donc de changer quoi que ce soit à l'ordre actuel des choses, et ça, ça me rend beaucoup moins optimiste...