vendredi 30 mai 2008

L'ATRABILAIRE, LE RETOUR



Bonjour à toutes et tous

C'est le retour de l'atrabilaire qui se gratte quand ça démange (oui oui, y'en a encore, on est plein comme ça, je le sais). En même temps, Karl et Friedrich, 'y disaient que l'esprit de contestation c'est un bon début....

Ce matin, j'ai appris à ma fille un nouveau gros mot , très involontairement ( j'écoutais RTL en fait - je devrais arrêter d'ailleurs car c'est néfaste à l'éducation de la p'tite et mauvais pour ma tension) - cela m'a échappé à l'écoute de la litanie (qui s'allonge):

- les flics bourrés à Paris qui tirent des gens comme des lapins,
- plus bas, des gendarmes paranoïaques qui se voient agressés par des fuyards menottés et les sèchent sur place,
- la fin des 35 heures et la "réplique" de certains représentants syndicaux par une "grosse manifestation le 17 juin prochain" (sans commentaires - on attend quoi, la semaine de 48 heures?),
- l'huile de moteur ukrainienne dans la mayonnaise,
- les 30 jours de réserve de céréales pour l'EUrope, (tout ça pour des profits bien sûr, ils ne prennent même plus la peine de le cacher), - le Péhèsse qui nous explique qu'il va voter "contre" la révision de la Constitution (mais en tout petit en bas derrière la page c'est écrit "à l'Assemblée nationale, pour le Congrès, on verra....") ,
- le déni de justice pour les salariés sans papiers,
- le projet d'interdire de fumer en terrasse (putain ben là c'est bon pour foutre les commerçants dans la rue, et eux ils risque de se bouger plus que nous, c'est ça qui est dingue) ,
- le saccage de la recherche/enseignement,

et j'en passe, parce que ça fait trop depuis quelques semaines.

On peut dire que ça s'emballe grave dans le 7ème/8ème.

Je sais pas qui leur file la came (Uribe, direct ? Bon j'ai une bonne adresse pour la désintox de l'OmnInommable, ça fera peut être revenir Ingrid plus vite) - mais c'est de la bonne , à l'évidence.

Je suis perplexe: que va t il falloir pour mettre le feu aux poudres ? que Sarkozy nous inflige le chant de "C'est quelqu'un qui m'a dit" tout les matins avant la pointeuse, la main sur le coeur? Qu'on nous supprime notre pinard quotidien? Qu'on taxe le ssiflard à une TVA à 25.5%???? Un copain me disait "qu'est ce qui va tout radicaliser"? Bien sûr, on n'en sait rien.

Ca peut être une poussière au regard de tout ce que nous subissons depuis 2002, mais une poussière qui sera suffisamment symbolique pour qu'elle cristallise et rassemble toutes les luttes.Ca peut être une sorte de désastre aussi. Ca peut être l'invasion de l'Iran. Tout et n'importe quoi. Mais de la qualité du déclencheur dépendra aussi ce que l'on pourra en faire.

Car il ne faut pas se tromper de plus petit dénominateur Commun - malgré sa taille ce n'est pas l'OmnInnomable qu'il faut faire chuter, mais ce qu'il incarne, ce qu'il représente, ce pourquoi il nous viole consciencieusement chaque jour. Ses amis héritiers du Comité des forges et le partage du monde qu'ils imposent.

Que va t il falloir pour que nous prenions conscience que c'est l'extrême droite qui est au pouvoir, même si elle s'appelle "Bling bling International " et plus "Jeanne d'Arc, honneur et patrie" ? Qui doute encore? Faut s'enlever les doigts des oreilles les gars d'urgance alors.

Et quand je dis extrême droite, je ne donne pas l'absolution au capitalisme. J'en fais, exactement comme dans les années 30/40, et au contraire, le serviteur le plus parfait , le plus zélé du capitalisme et du CAC40 ("caca-rente" comme dit je ne sais plus quel camarade). Avec le soutien complaisant de la majorité des représentants sociao-libéraux du PS (et oui malheureusement qui n'est pas CONTRE est pour , en ces temps difficiles, où l'erreur de jugement ne pardonne pas....)

D'ailleurs, ça commence tellement à se voir , que le PS a achevé de trahir, que même la secrétaire nationale du PCF, qu'on ne peut pas accuser d'intolérance sectaire, retrouve les réflexes de classe et les a ENFIN mis publiquement (à sa manière - dont on pense ce qu'on veut -) mais néanmoins indéniablement, en demeure de choisir:

"la droite ou la gauche"?

"C’est pourquoi, Marie-George Buffet s’est adressée aux parlementaires socialistes : « Je veux les appeler à ne pas voter une réforme institutionnelle qui ne pourra qu’accroître encore davantage les déséquilibres de nos institutions en faveur du président de la République. Je veux les appeler à ne pas céder aux sirènes d’un compromis qui n’en est pas un. Je veux les appeler à ne pas prendre la responsabilité d’un accord politique avec la droite qui serait lourd de conséquences pour la gauche et toutes les idées de progrès. »

Il est encore temps. En votant « non » au Congrès, le 7 juillet prochain, la gauche est assez nombreuse pour faire échouer le plan de Sarkozy." (Communiqué du PCF)


Ce type de pouvoir ne s'aménage pas. Ce type de pouvoir ne négocie pas. Ce type de pouvoir se combat avec acharnement et engagement. Jusqu'à ce qu'il disparaisse et que le vent disperse ses cendres.


'L'ennemi s'avance. Amis, armons-nous!" (La fille du régiment, Donizzetti)

12 commentaires:

Softdust a dit…

Dire non, c'est tellement facile !!

Critiquer aussi demagogiquement les propositions parlementaires, c'est d'une telle lacheté que Marie Georges me navre...
Je constate qu'il n'y a toujours pas d'idées nouvelles et de réelle stratégie.
Le communisme a oublié de changer de siècle et c'est avec un sentiment de pitié que j'écris ces quelques lignes !

Osemy a dit…

"Dire NON c'est tellement facile" - Peut être mais c'est un début. Et je ne vois pas encore que nous soyons disons...53 % à dire NON.

D'ailleurs regarde, toi, tu dis OUI par exemple?

Question pour un champion:

Par exemple, quand les protestants se sont battus contre les catholiques qui voulaient les embrocher,les brûler, leur couper la tête ( de fait ,Coligny eut la tête tranchée et fut poignardé au saut du lit...) lors du massacre de la Saint Barthélémy, ont ils fait preuve, particulièrement, d'une "critique démagogique" et de "lâcheté"? Ont-ils eu tort de dire" non"?

Quand les communistes français ont décidé en 1940, de refuser que la France, l'Europe, servent de paillasson aux bottes à clous des capitalistes qui armaient les nazis, quand ils ont refusé que l'on déporte, que l'on tue, que l'on emprisonne, des millions de nos frères humains ,quand ils se sont engagés et ont créé la Résistance pour lutter contre les valets français du capital qu'étaient Pétain et Laval, ont ils été démagogiques et lâches?

Tu vois , moi aussi je peux faire de la démagogie, et plus conne que la tienne encore.

Sur le fait qu'il n'y a toujours pas de "stratégie" au PC: malheureusement, si ce que tu dis, c'était vrai, ce serait pas mal.On serait presque sortis du gauchisme qui nous étouffe depuis 25 ans. Il y a au contraire de la stratégie au Parti et il n'y a même plus que cela.

Ce que tu voulais dire c'est peut être qu'il manque une théorie révolutionnaire adaptée au 21ème siècle ?

Le communisme a peut être "oublié de changer de siècle" - mais pas l'anticommunisme manifestement :)

"Soft DUST", oui, tu portes très bien ton pseudo...Une toute petite poussière et à peine irritante, mais qui néanmoins m'offre un bon prétexte pour placer quelques évidences en plus.

Softdust a dit…

Je ne crois pas, de mémoire, que communisme était un synonyme de résistance. D'après les quelques pays communistes que je connais, je pensais plus à de l'asservissement...

Je ne crois pas avoir dit que tout ce qu'a fait les communistes était a jeter. Je dis simplement qu'ils ont oublié d'évoluer, il y a a quand même une nuance. c'est pas de l'anticommunisme, c'est une critique !

Mon pseudo ne regarde que moi, s'il ne te plait pas, tant pis. Je pensais qu'on pouvait rester sur un débat d'idée car confronter ses opinions, a mon sens, est une forme d'évolution, je me suis trompé.

Osemy a dit…

"Je pensais qu'on pouvait rester sur un débat d'idée car confronter ses opinions, a mon sens, est une forme d'évolution, je me suis trompé."

1° rester sur le débat d'idées? C'est pas ce que tu as fait, me semble.

2° la "confrontation des opinions" je laisse ça au Ps avec l'UMP. Moi je me bats.

3° "Je me suis trompé" - oui j'ai l'impression que telle est ta condition. Mais tu n'es pas obligé d'y être attaché.

François a dit…

Salut Elodie,
Si tu n'as dit qu'un seul gros mot devant ta fille c'est bien car vu ce que tu sembles,et il y a de quoi,en colère ...un gros mot c'est un minimum.

Entièrement d'accord avec ton texte ; on se demande ce qu'il faut pour que les gens bougent,ça fout les boules.Mais je me raccroche à 68 où j'étais dans le même état d'esprit et les copains(camarades)qui me disaient:"tu ne connais pas la classe ouvrière,ça va partir quand on s'y attendra le moins,ne te laisse pas guider par tes ressentiments".Ils avaient raison,c'est parti d'un seul coup,au niveau des travaileurs(euses),par la BASE qui a poussé.

Cela dit ,la base d'aujourd'hui sera plus dure à faire bouger en "même temps" et il ne faut pas compter sur nos syndicats ni partis pour fédérer les luttes.C'est pourtant ce qu'il faut absolument arriver à faire,tu as vu une manif pour le 17/06...pourquoi pas à Noël ?

C'est pourquoi,selon moi, le NON de MGB n'a pas la même valeur que le NON des communistes en 40.En effet,en 40,il y avait des camarades là aussi,à la base qui organisaient la lutte ; le premier maquis de France à Ri(près de Rouen) n'était fait QUE de communistes.Et la lutte ,l'armement ..etc..s'organisaient également.Dans un tel contexte le NON des communistes avait énormément d'écho,de force.

Mais là le NON de la camarade MGB qu'il fallait prononcer,n'aura guère d'impact et ,je le crains,ne changera pas la donne.

Il faudrait ,une fois de plus , que les "appareils"appellent à la grève générale,fédèrent les luttes afin que l'on secoue le prunier une bonne fois pour toutes.Mais là ...faut pas rêver,ils ne le feront pas si la base ne les y oblige pas.

Il ne nous reste plus que l'espoir d'un élément déclenchant...pourtant cela ne manque pas en ce moment !

C'est Staline (oui vous avez bien lu)qui disait : "pour faire la révolution il y a trop de calories ou plus assez"..!On ne va tout de même pas donner raison à ce fu....,non?

Je continue d'espérer un mouvement des masses,à chaque grève,chaque mouvement,chaque manif,à chaque nouvelle loi scélérate...cela ne manque pas mais à force d'accumulation peut-être !!??

Fraternellement à toutes et tous.

François.

PS:tu parles de Jeanne d'Arc,sais-tu qu'elle a eu un comportement très hostile aux Anglais et aux cathos?Il paraît qu'elle à même été jusqu'à refuser de monter sur le bûcher,ils ont dû l'obliger.
Il faut savoir que c'est depuis ce jour que les Anglais font la fête.Oui,oui depuis qu'il l'ont brûlée.
C'était leur première "cuite"

Bon ,avant de dire des conneries ,je m'arrête.

Swâmi Petaramesh a dit…

Et pendant ce temps-là, à Lyon, le PCF commet la pirouette d'appeler à voter pour le MoDEM sans appeler à voter pour le MoDEM tout en appelant à voter pour le MoDEM, c'est-à-dire en appelant à voter contre l'UMP dans un duel où l'"opposant" est le MoDEM...

Anonyme a dit…

heureusement ,
heureusement les aléas de la vie m ont balladés et éloignés géographiquement des grandes villes car qui sait ce que je ferai en reaction au facisme installé ,heureusement il y a des blogs geniaux et des sites d infos rares et vrais ,meme si savoir certaines choses amène un grande souffrance parfois .
heureusement il y a cette colere que tu exprimes et tous ceux qui viennent souvent brillament s exprimer.
aujourd hui nous sommes a un tournant de la vie , de notre societe ,et je ne pense pas que dire NON soit si facile softdust (perso je prefere stardust ,surtout ziggy ...)
entre deux periodes de silence ( quand la rage est trop grande je ne trouve plus mes mots ...)
c est tout mon etre qui dit non.
le rejet est salutaire et le" non "est sa premiere illustration.
alors meme si certains ne savent pas encore par quoi il faut remplacer ce qui est en train d arriver, vouloir dire non est deja ,en soi un premier pas .
apres ....communisme , communisme libertaire ,on peut toujours trouver sa voie entre humanistes..voila ce que j espere !
Makhno

Anonyme a dit…

Bonsoir,

Dernièrement, je relisais un bouquin d'une grande figure intellectuelle du PCF (et bien en dehors même), L'avenir dure longtemps d'Althusser.

Bien que j'ai toujours eu une attitude critique à son égard (pour tout dire, je l'ai jamais considérée comme marxiste), les interrogations de ce grand philosophe envers le marxisme ont souvent été pénétrantes.

J'en reproduis une, in extenenso, tirée de ce livre :
« Qui donc ne s'est jamais posé la question la suivante ?
Comment peut-il se faire que le marxisme qui paraissait en position "hégémonique" dans les années 60, 70, au moins dans la jeunesse, ait complètement disparu, mais complètement !
Et (sauf en Amérique Latine) complètement disparu du monde. »


Comme l'évoque la Louve dans son billet, substituez cela à l'atonie actuelle du monde salarié, c'est assez saisissant...

Michel
(PCF)

Mélanie a dit…

Merci de laisser passer cet appel de simples citoyens salariés pour les retraites.
-------------

Appel aux organisations syndicales sur la “réforme” des retraites.

A l'attention de : Syndicats de salariés du secteur public et privé

Nous salariés du public et du privé, demandons que soit en préalable régularisées ces importantes questions, avant toute nouvelle réforme équitable des retraites.

1/ Sur les recettes exonérées, visées par la Cour des Comptes :

- La taxation immédiate des stock-options, qui, selon les termes du dernier rapport constituent "bien un revenu lié au travail, donc normalement taxable", qui ont ainsi entraîné une "perte de recette aux alentours de 3 milliards d'euros" ( année 2005).
Ce rapport de la Cour des Comptes précise que : les 100 premiers bénéficiaires devaient toucher chacun une plus-value de plus de 500.000 euros et les 50 premiers de plus de 10 millions d'euros.

2/ Sur les dettes de l"Etat :

- Apurement de ses dettes, supérieures à 10 milliards d'euros, qu'il a cumulées à l'égard de la "Sécu" en ne compensant pas systématiquement les exonérations de charges (rapport Cour des Comptes).

3/ Sur les recettes de privatisations :

- Transfert des sommes non versées depuis 2002 vers le fond de réserve des retraites, comme la loi le prévoyait.

A savoir que ce fond était abondé à hauteur de 30 milliards d'euros en 2002. Il aurait dù étre à hauteur de 300 milliards en 2007, or 3% seulement des recettes de privatisations effectuées depuis ont alimenté ce fond de réserve.

4/ Sur les gains de la VAB, détournées des bénéfices du travail, vers les profits :

- 8,4 points de valeur ajoutée depuis 25 ans (référence INSEE), représentant pour la seule année 2006, 134 milliards d'euro, au détriment des bénéfices du travail.

5/ Sur les "niches" fiscales :

- 254 "niches" fiscales qui permettent à 3900 gros contribuables d'échapper à tout impot sur le revenu, privant l'Etat de 43 milliards de recettes, une somme supérieure au déficit budgétaire.

Nous demandons avec force et en préalable également, pour des raisons de simple justice et d'égalité des citoyens devant la loi, de morale républicaine, que le régime spécial de retraite des parlementaires soit réformé, pour l'aligner sur les critères que ces derniers décident, votent et font appliquer aux autres régimes de retraites des citoyens.

A savoir :

1/ passage à 40 années de cotisations au lieu de 37,5 années pour les parlementaires.

2/ abandon du scandaleux privilége de la double cotisation qui ne se justifie en aucun cas, permettant aux parlementaires de bénéficier d'une retraite à taux plein au bout de 22,5 années seulement de cotisations.

Nous appellons pour toutes ces raisons, les organisations syndicales du public et du privé, à s'emparer avec force et résolution de ces questions, pour les faire valoir au nom des salariés.

Merci de bien vouloir signer, divulguer et faites connaitre cet appel SVP.
N'oubliez pas de valider votre signature dans le mail de confirmation qui vous sera adressé.

Pour signer l'appel : http://www.ohfr-redir.com/1434

François a dit…

Salut Michel,
Je pense qu'il est faux de comparer "l'atonie actuelle des salariés" à ce qu'a dit Althuser"le Marxisme a complètement disparu"

Trop facile et surtout très arrangeant pour un anti-Marxiste de dire que parce que le peuple ne se sert pas (plus) d'un "outil" que cet outil n'éxiste plus.

Il y a mille et une raisons qui font qu'éxiste effectivement une atonie.On peut sans se tromper parler de la peur due aux pressions des patrons sur les grévistes potentiels,de la nécessité de ne pas perdre d'argent pour être sûr de finir le mois et ,ne pas oublier,le refus des appareils politiques et syndicaux qui refusent la fédération des luttes et donc,du même coup refusent toutes avancées Marxistes qui pourraient se mettre en place.Les classes travailleuses sont trahies et je ne fais pas d'anti PC ou CGT (je suis cégétiste)mais force m'est de constater que l'on est trahis chaque jour un peu plus par ces gens qui ont les clés en main pour faire démarrer un mouvement Marxiste.

Le Marxisme n'est pas mort,loin s'en faut,mais il est mis au repos par les directions d'appareils.A nous TOUS de le réveiller en agissant,même si cela est difficile,en passant outre nos dirigeants.

Réfléchissons sur les moyens ensemble.

Fraternellement

François.

Anonyme a dit…

Tant qu'un être sera en souffrance sur cette terre, je n'aurai pas l'esprit en paix.
Si chaque individu avait encore un minimum de compassion(au sens littéral du terme)...que ce monde serait plus doux!!

Anonyme a dit…

Salut François,

Concernant cette atonie et ses manifestations (sans jeu de mots :-)), il est juste de rappeler, par exemple concernant la faiblesse du nombre de syndiqués, qu'on ne peut abstraire les conditions adverses dans lesquelles se débat actuellement le syndicalisme : volant de chômage important couplé à une précarité grandissante (le tout n'incitant évidemment pas à l'action revendicative), tissu important de petites entreprises où il est délicat d'implanter une forte et durable présence syndicale, etc.

Par contre, là où je ne te rejoins pas concerne le « complot » des instances dirigeantes du mouvement ouvrier (du PCF en passant par les gauchistes) et leur euthanasie des luttes.

Soyons clair : au sein du mouvement communiste international, la révolution n'est plus à l'ordre du jour et cela remonte à loin, au moins aux « Thèses de Blum » de Luckacs, c'est dire...
Pour ce qui concerne le PCF, depuis Thorez l'on se trouve sur cette ligne et la longue stratégie d'alliance avec les partis bourgeois (PS, etc.) qui s'en est suivie n'a été qu"une continuation très logique de cet état de fait.
Ne parlons pas des gesticulations des trotskystes et autres gauchistes, car malgré leur verbiage révolutionnaire, ils n'ont jamais fait plus que brasser du vent.

Cela dit, à leur décharge à tous, une révolution ne se décrète pas, même si le rôle d'un parti révolutionnaire consiste, entre autres, à faire émerger l'intervention politique et transformatrice des salariés.

En ce sens, pour ce qui est de l'atonie du prolétariat, je veux dire par là que nous croulons, encore aujourd'hui, sous le fardeau d'une stratégie vieille de 70 ans et qui s'est avéré un échec cuisant...

Dans son immense majorité, la lâcheté des instances dirigeantes du mouvement communiste sur ce constat CENTRAL (un grief par contre que je n'adresserai pas au PRCF) est flagrante et terrible.

Pour en revenir plus spécifiquement au PCF et à sa prochaine échéance, MGB va tenter le coup, mais à l'envers, d'une sorte de « Congrès du Strappo » comme l'avait fait le PCI en 83 avec les résultats que l'on sait. Quant au NPA de la clique à Besancenot, c'est du même acabit.

Vogue la galère...

Michel
(PCF)