mardi 5 février 2008

VIOL COLLECTIF DE LA REPUBLIQUE: un bilan du 4 février 2008






Bonjour à toutes et à tous,

Pour certains d'entre nous, c'est l'heure du bilan.

Bilan de la journée d'hier, 4 février 2008, malheureusement inscrite désormais aux dates sombres de la France et de l'Europe.

De son organisation depuis deux mois et de son déroulement, il reste à beaucoup d'entre nous, qui ont vécu les choses de l'intérieur depuis le début, de l'espoir et de la volonté, mais aussi de la colère et de l'amertume.

Beaucoup d'inquiétude aussi.

Pourquoi?

Nous étions 1500 environ.

La République a commencé par accueillir ses enfants, opposants mais absolument pacifiques, à coup de gaz lacrymogènes.

Comme on le constate sur les photos, il y avait deux fois plus de CRS que de manifestants.

La patrie des Droits de l'Homme et du citoyen nous a donc gazés avant de jeter définitivement notre souveraineté aux orties.

Tout d'abord et avant tout, bravo et merci à celles et ceux qui sont venus hier.

Il faisait froid, il y a eu de la pluie, puis du soleil, il y eu les provocations distantes des souverainistes et autres crypto fascistes, la figure immense et massive du château kafkaien qui se dressait comme un obstacle entre nos élus et nous, mais nous étions là.

Dommage pour les autres, toutes celles et tous ceux qui sont parfois avides de grands discours et de belles déclarations de principes, mais qui n'étaient pas là.

Toutes celles et tous ceux qui ont pris l'habitude de confier à une minorité engagée, qui paie seule les pots cassés pour son engagement, de défendre ce qui sont aussi leurs droits, par procuration, pour ensuite, parfois, dénigrer.

Qu'on soit « de droite » ou « de gauche », j'avoue ne pas comprendre que l'on soit resté chez soi ou au travail un jour comme celui d'hier, où nous avons fait un bond en arrière de deux siècles.

Ce coup d'Etat légal mais illégitime, préfigure la suite.

Nous allons le payer cher, très cher et vite , très vite.

Celles et ceux qui croient que l'affaire était une polémique de chapelles qui va s'éteindre avec le vote d'hier soir font erreur et vont s'apercevoir que ce n'est pas le cas.

Aujourd'hui, on compte notamment sur l'Irlande pour bloquer le processus européen en cours - {maybe those "bloody" Irishmen are still going to suprise us with their resistance and their deeply revolutionnary feelings. We hope so...}

Ce n'était pas un combat d'arrière garde, c'était un combat d'avant garde, et cette défaite va malheureusement conditionner tout le reste de nos luttes.

Tant sur la forme, (car violer aussi ouvertement, sans vergogne, notre souveraineté, il fallait oser, vraiment), que sur le fond, (car non, ce texte n'est pas une avancée mais bien une régression pour toutes et tous ici et ailleurs).

La forteresse européenne capitaliste achève de se construire au mépris des peuples, de leurs besoins, de leurs souhaits, en termes sociaux et démocratiques.

Oui, nous étions trop peu nombreux et cela m'a déçue. Déçue et inquiétée.

Et nombreux sont ceux qui ont lu, dans les yeux des participants, à côté d'une étincelle d'espoir, une telle inquiétude. Non ce n'était pas « festif » même si cela était parfois joyeux, et il n'y avait vraiment pas de quoi rigoler.

A ce sujet il y a plusieurs explications, et une première: nous n'avons pas fait "le plein " de la mobilisation strictement militante de gauche.

Mais comment s'en étonner, pour un projet de rassemblement qui n'a été porté presque exclusivement que par le réseau citoyen, associatif et via Internet?

Comment s'en étonner, puisque des organisations, ou disons, les directions majoritaires de certaines organisations , politiques ou syndicales ou associatives, très concentrées pour certaines sur un "comité national pour un référendum", n'avaient pas jugé bon déployer leurs forces au niveau national dès le début de l'initiative (c'est à dire fin novembre/début décembre).

Ce sont les "poches de résistance" de ces groupes qui se sont le plus activées ( Rouges Vifs, le Prcf, quelques sections éparses pour le PCF, comme Colombes -92- ou de Paris 15ème, ou une poignée de fédérations ou d'UL pour la CGT, par exemple).

Bravo donc à tout les militants de ces organisations qui se sont déplacés alors que le soutien de leur parti ou syndicat au niveau national n'était pas acquis autrement que par une signature apposée à la va-vite, et en dernière minute .

Sans bus pour faire l'aller-retour dans la journée de Montpellier, de Toulouse, de Lens, de Lille, de Rodez, ou d'ailleurs, en effet, difficile de participer.

C'est l'heure aussi de tirer un coup de chapeau à celles et ceux qui ont réellement pris leur part de ce mouvement, qui l'ont non seulement réellement soutenu, autrement que par une figuration souvent très tardive, mais également monté de A à Z.

Pour commencer, ATTAC (co présidée désormais par Aurélie Trouvé, dynamique jeune femme de 29 ans, et JM Harribey), mais aussi, le CUAL de Mèze (Hérault, Xavier Marchand) et SOLIDAIRES qui se sont joints dès l'origine au collectif "Tousaversaillesle4février2008" et ont pris sur eux (responsabilité et fonds matériels) 90 % de l'organisation technique, avec parfois, la participation financière directe des citoyens engagés dans le projet.

Bravo aussi à Roberto Ferrario et au collectif BELLACIAO pour le support Média et Web, leur aide dans les relations presse, dès l'origine du mouvement.

Merci enfin aux Szgaboonistes, groupe « musette punk manouche » de toutes les luttes sociales et citoyennes, qui ont contribué à l'animation musicale de cette journée, et dont certains membres ont même refusé de prendre un cachet, signant là une vraie contribution militante dont certains artistes soi-disants « alter » et autres people, auraient bien fait de s'inspirer.

Car, je vous confirme bien que l'on ne vit ni n'entendit Manu Tchao, Cali, Bénabar, Bedos, Balasko et autres Torreton, supposés pourtant être engagés « à gauche ».... Pourquoi?

Il ne faut pas le cacher, oui, cela eut grandement aidé que certains partis, certaines personnes, se jettent de suite dans l'organisation de ce rassemblement et n'attendent pas le 26 janvier pour s'en préoccuper (et encore, de loin).

En tant que militante communiste, je l'ai toujours dit, j'aurais préféré que mon parti investisse "ses" sous à louer des cars pour faire monter les camarades (combien auraient aimé venir s'ils avaient su, s'ils avaient pu, bénéficier d'un moyen de transport pas cher et qui leur permette de faire l'AR sur la journée?) plutôt que dans la halle Carpentier (que le Parti a financé à plus de 50 %, si mes informations sont exactes).

Pourquoi aussi peu de suivi médiatique? Oh, bien sûr ,c'est vrai les médias sont bourgeois, les médias sont vendus, oui une grande part, sinon la majorité, mais les médias sont aussi serviles, ils ont leurs icônes et savent les suivre et ils aiment les grands mouvements.

Alors, puisque nous y sommes, merci aussi à O. Besancenot et à la LCR, dont on peut penser ce qu'on veut politiquement parlant, mais, qui, à chaque passage télé ou radio, (et encore samedi chez S. Moatti à Ripostes, où il a parlé de la manifestation à 2 reprises, vous pourrez le constater par vous même sur la vidéo disponible sur Daily Motion ) ont promu le rassemblement du 4 février.

Par ailleurs, et cela se voit sur les photos, la LCR a vraiment mobilisé ses petites troupes (Besancenot reconnaît lui-même que la force militante de la LCR ne dépasse pas les 3.000 militants) et fait le plein d'un maximum de ses soutiens à partir du moment où elle a signé l'appel du 4 février, soit début janvier.

Et le même Besancenot, qu'on qualifie, parce que c'est si simple de caricaturer les combattants qui font montre d'un peu de convictions, de « jeune chouchou » des médias, de « révolutionnaire de salon », (pour reparler de Moati qui fait de lui ironiquement, le futur premier secrétaire du PS...) et j'en passe, il est bien resté lui aussi, du début à la fin, debout, dans le froid, comme tout les autres participants. Solidaire et présent.

J'aurais attendu la même opiniatreté et la même publicité de JL Mélenchon pour cette journée, lorsqu'il est passé il y a 15 jours sur Canal + chez L Ferrari. Mais hélas, au cours d'une longue interview sur l'Europe et le Traité de Lisbonne, il n'a toutefois pas trouvé 5 secondes à cette occasion pour parler du 4 février et d'ailleurs, comble de l'ironie, il n'a pas non plus parlé de l'initiative du CNR, CNR dont il était pourtant l'un des pilliers...

Quant au CNR, parlons-en maintenant. Supposé nous avoir donné son accord et son soutien le 11 janvier, il est revenu brusquement sur sa décision, il n'a pas signé l'appel du 4 février ès qualité, il n'a pas soutenu le mouvement, et il n'y a même pas participé.

On nous a expliqué doctement que le CNR n'était pas une organisation constituée et qu'il ne pouvait pas appeler pour ou contre quoi que ce soit, ni signer quoi que ce soit...Ce qui n'a manifestement pas pu être retenu pour la campagne du CNR lui-même...

Dire que le CNR nous pris pour des cons serait extrêmement grossier, ( dans la mesure en outre où nous nous avons joué le jeu « unitaire » à fond), mais il est des moments dans la vie où on ne peut échapper à la grossièreté.

J. Bové, tout comme A. Coupé (Solidaires) ou S. George, personnages que la presse qualifie souvent trop facilement et avec une ironie qu'ils ne méritent pas, de "people politique d'extrême gauche de la gauche", ont participé à la manif' du début à la fin, comme tous les autres citoyens, ils se sont gelés les fesses pendant 4 heures comme tout le monde, et ils ont pris du gaz comme tout le monde, ne se contentant pas d'une conférence de presse, restant proches et accessibles au plus grand nombre.

C'est aussi cela l'engagement. Même si je ne me sens pas en accord avec certaines de ses personnalités sur quelques sujets de fond, on doit constater: ils et elles sont Là, « en chair et en os », quand il faut lutter sur des sujets fondamentaux qui devraient faire l'unanimité "à gauche".

Ils ne se sont pas privés non plus pour dénoncer l'attitude du PS sans se payer de mots, sans faire de détour, ce qui ne les a nullement empêchés de critiquer aussi vertement et avec toute la dureté qu'exigeait ce coup d'Etat, Sarkozy, l'UMP, et le capitalisme européen.

Pour le PCF, on a bien vu D Cirera, Nicole Borvo, j'ai également croisé en coup de vent P. Braouezec, à 14 heures, oui, E Gautier a bien pris la parole, mais où étaient les porte paroles habituels du PCF, ses "représentants officiels", MP Vieu, P Cohen Seat, O Dartigolles, P Bessac?

Camarades, où étaient NOS TROUPES?

Que MG Buffet ne soit même pas passée à la conférence de presse, à 13h30...la séance du Congrès n'était pas ouverte avant 16 heures... Pourquoi? Qui va avoir le courage de nous expliquer cela? On trie les citoyens au PCF, on nous soutient quand nous sommes dans les usines, les entreprises, mais pas ailleurs? Pas un communiqué officiel sur la manifestation!

Même Claude Pompidou et Benoît 16 ont eu plus de chance ou d'honneur que nous!

On a vu aussi des citoyens qui n'étaient encartés nulle part, voire, qui avaient voté "OUI" en 2005, faire le déplacement, parfois de province, pour être là.

Cela était très émouvant et très fort, le courage et la motivation de ceux qui ne sont membres de rien et qui ont participé, parfois avec leurs enfants, petits ou grands, force le respect.

Bravo aussi aux trop rares journalistes qui sont venus et ont relayé les infos avant, pendant, après.

Non, ça ne suffisait pas, compte tenu de l'enjeu, de faire "un tour" de 30 minutes à une manif' comme celle-ci, pour prendre toujours les mêmes en photos et recopier toujours les mêmes choses. La notion même d'information doit, chez ces gens, être revue.

La presse soit disant républicaine aurait du envoyer des équipes, des journalistes, pour pouvoir témoigner de la journée et ne pas réduire cela aux 5 minutes d'interview des "personnes autorisées à parler". A moins qu'il ne reste vraiment personne, que quelques rares éléments isolés?

Les journalistes qui ont suivi et construit cette campagne sont l'honneur d'une profession hélas en voie de pétainisation. Une mention spéciale à l'Huma Web & TV et à son cameraman et monteur D Delaine, à ce propos, qui a fait une campagne vidéo très intense et riche sur le sujet, ainsi qu'à R Moussaoui, journaliste de l'Humanité, une des très rares personnes à avoir suivi et annoncé ce mouvement dans un quotidien national.

Voilà le ban des remerciements est ainsi refermé. Sans distribuer des « bons points », ce que je ne me permettrais pas, l'honnêteté commandait de le faire, je crois.

Hier c'était une lutte fondamentale, or le terrain de la lutte était insuffisamment occupé.

C'est un fait.

Je suis désolée, non, "manifester à 40 devant sa préfecture" n'était pas suffisant. Pas à la hauteur de ce qui s'est passé hier. Nous avons été dispersés, nous avons été insuffisamment soutenus. Nous avons perdu.

"Le peuple uni jamais ne sera vaincu".

Toutefois les personnes présentes étaient très déterminées, c'est un fait aussi et c'est déjà cela.

Les sentinelles de la République et du socialisme ont pu se compter. Malheureusement, le pouvoir en place (UMPS et cie) nous a compté aussi. Je crois que, pour le moment, si tant est qu'ils aient jamais eu une frayeur, il peut nous tourner le dos tranquillement, et définitivement.

Alors, à vous toutes et tous, les 1.500 qui étiez à Versailles hier, militant-e-s, syndiqué-e-s ou citoyen-ne- s de "nulle part", nous vous disons BRAVO et CONTINUONS!

Ne laissez pas s'éteindre votre flamme, soufflez dessus pour qu'elle brûle encore plus, transmettez la à vos proches, jeunes ou vieux, à chaque fois que vous pouvez, vous êtes les étincelles, vous êtes les relais.

On ne va pas beaucoup se reposer ces années à venir, cela va être dur, il va falloir se serrer les coudes et ne reculer devant rien, mais nous sommes ensemble, parti « unique » ou pas.

Car là n'est pas encore la question. Malgré les apparences, et même à la base, il ne faut pas se payer de mots, nous n'y sommes pas prêts, en tout cas, pas encore. Sauf à chercher simplement à coller bout à bout quelques organisations minoritaires et pour certaines essouflées, avec un « nouveau chef », ce qui ne saurait être la quête des socialistes et communistes du 21ème siècle...Il ne peut y avoir de rassemblement que spontané et sur un projet, plus encore qu'un programme.

En revanche, pour les luttes de terrain, toutes les structures amenant ou défendant l'unité et la cohésion doivent petre favorisées.

Pour les autres: on a raté le coche hier, mais bougez vous, il est temps, il est toujours temps, et militants ou pas, syndiqués ou pas, rejoignez les luttes, car dorénavant et plus encore qu'avant, il ne se passera plus rien dans les urnes ou à l'Assemblée (la preuve) sans mobilisation forte, bruyante et déterminée SUR LE PAVE.

Salut et fraternité,

La Louve

De belles photos de la manif hier à Versailles et d'autres vidéos
ici ou là:

chez {Patrice Leclerc}
[->http://www.phototheque.org/641.html?page=1]

Sur {Bellaciao}
[->http://bellaciao.org/fr/spip.php?article60712]

Chez {Swami Petaramesh} {{(discours Bové + Besancenot)}}
[->http://petaramesh.org/post/2008/02/05/Louve-inside-again]

Sur l'{Huma Web TV}:
[->http://www.dailymotion.com/HumaWebTV]

chez Roger Joly
[->http://www.flickr.com/photos/rogerjoly/sets/72157603850162204/]

17 commentaires:

miche a dit…

Belle plante La Louve et énergique avec çà! Parfait !

Swâmi Petaramesh a dit…

Osémy, pour suivre ton rythme en matière de boîte à gifles, va savoir que je m'entraîne sérieusement :-D

Mais j'ai des prédispositions, avec un effort soutenu je devrais finir par y arriver ;-)

Jean-Marie a dit…

Bien que je sois souvent d'accord avec toi sur plein de trucs, je ne peux
pas te laisser dire le plus sérieusement du monde que nous étions mil cinq cent et qu'il y avait deux fois plus de serlefesses que de manifestants.
J'etais en premiere ligne et franchement il n'y en avait pas trois mille !
C'est un gros défaut du particomuniss de puis longtemps de déformer
légèrement les faits en fonction des rapports que l'on a a rendre sur les
combats menés et j'eusse aimé que tu ne tombes pas dans ce travers. Un tout
petit mensonge suffit a décrédibiliser tout un témoignage plein de vérités.
Ceci dit, je te tire quand même mon chapeau pour avoir supporté sur tes
frèles épaules tout ou partie de l'organisation du bouzin.
La révolution ca sera pour plus tard. Encore une douzaine de kerviels et le chateau de carte s'écroulera de lui même. Et s'il besoin d'un petit coup de pouce je répondrai encore une fois présent.

Ø a dit…

Une tournante à Versailles ?

Ya plus un seul endroit sûr...

Swâmi Petaramesh a dit…

Jean-Marie : Non, il n'y avait certainement pas 3000 CRS devant le cortège de manfestants, mais vu comme il était pacifique bien que déterminé, ça n'aurait pas été vraiment utile, hein ? Ils avaient déjà leurs camions pousseurs en face de la manif, non ?
Par contre, la ville en était bourrée à craquer, il y en avait partout, tout autour, par dizaines de cars et de camions pleins - et la plupart des hannetons sont restés dedans ou aux abords.

Je pense que tu ne nieras pas qu'ils ont par deux fois utilisé les gaz lacrymogènes en début de manif devant une première ligne parfaitement calme et pacifique dans le seul but de faire reculer un peu le cortège, sans rien demander, sans sommation, sans s'adresser aux organisateurs ?
J'en ai reçu une bonne goutelette en plein dans l'oeil droit, et je peux te dire que je l'ai sentie passer.

Je t'invite également à étudier attentivement cette série de photos dont quelques-unes méritent ton attention, en matière de "riposte proportionnée sans violence excessive" de la part des "forces de l'ordre"...

TYGER a dit…

j'ai failli faire la même remarque : les CRS ont en avait une centaine à la louche en face de nous (puis plus tard autant dans notre dos)...

sinon bien La Louve, discours juste au poil avec le peps'

Vermell a dit…

Bravo à vous tous.

Le principal dans tous mouvements c'est d'avoir répondu présent.

Si un jour nos enfants nous demandent : "Papa, maman, que faisiez-vous ...,le 20 novembre 2007, que faisiez-vous le 24 janvier 2008, que faisiez-vous le 4 février 2008... Vous bossiez ou vous étiez dehors entrain de vous battre pour les droits que pépés et mémés ont tant eu du mal à gagner ?"

Et bien certains pourront leurs dire : "OUI ! j'étais dehors ! Par contre, il faut que vous sachiez une chose : les Français sont des veaux !"

Et j'ai bien envie de me barrer de ce pays maintenant !
ça sent sérieusement le roussi.

C'est pas très courageux, d'accord. Mais maintenant je commence à être sérieusement dégouté !

François a dit…

Ton texte est très bon mais tu sembles étonnée que certaines personnes soient restées du début à la fin ...?

Il n'y a aucun étonnement à avoir,cela arrive très très souvent.Suffit que le mot d'ordre soit bon,intéressant,mobilisateur.Et c'était le cas,bravo!

"Marcher séparément,frapper ensemble"
(Lénine ou Trotsky je ne me souviens plus)
Fraternellement
François

Osemy a dit…

Salut à tout le monde

Il va de soi que mon "courroux" s’adresse avant toute chose au PCF, et à sa "direction", et notamment ,à la fédé de Paris. C’est comme si le Congrès avait eu lieu à Marseille et que la fédé des Bouches du Rhone n’eut pas fait le plein de ses troupes tiens ...

Car si , comme je l’ai dit , on peut comprendre aisément que sans bus, c’est pas simple pour un camarade du nord de descendre ou un camarade du sud de monter sur 24 heures, et que l’on ne peut pas reprocher aux gens qui n’en avaient pas les moyens de ne pas être venus, je crois que ne pas être venu quand on est parisien ou d’ile de france c’es t vraiment du gros n’importe quoi!

J’ai vu des camarades parisiens ou d’ile de france, mais je n’en ai pas vu assez, et même j’en ai vu trop peu! Où était la section du 20ème tiens, réputée une des plus grosses sections parisienne avec qques 200 inscrits?Certains étaient là (allez, 1 % des effectifs), mais les autres? Où était notre premier secrétaire fédéral, qui se trouve être aussi un des porte parole du PCF?!!! Pourtant la section du 15è elle, s’était bien déplacée et en masse, elle.

Quant au fait que MGB ne soit même pas passée j’avoiue qu’autant de mépris pour le peuple quand on se prétend communiste ça me laisse baba....C’est quoi l’excuse?! Ils ne prennent même pas la peine d’en fournir...

ALORS?

On va être clair : je "gueule" aussi parce que je peux gueuler.

On me reproche très facilement d’être trop présente et trop active sur le net mais on oublie trop facilement aussi que je suis de quasiment toutes les manif sociales ou politiques, et que je ne suis pas la dernière à prendre des risques y compris dans ma vie professionnelle - je sais que les "vieux de la vieille " peuvent imaginer ce que ça implique ce type d’exposition publique, surtout maintenant avec la vidéo et internet - or , je ne suis ni élue ni permanente du PCF...

Je suis salariée aussi et je peux vous dire aussi que Lundi ma môme était malade comme un chien et qu’elle aurait sans doute préféré que sa mère reste avec elle pour la soigner plutôt que d’aller se peler le fion sur un camion ;-) alors des excuses on a en toutes et tous, mais pour les "parisiens" j’avoue que ...

(Comment ça se fait, demandent certains qui pensent même que je suis un groupe à moi toute seule - et bien c’est "simple" : c’est la vie de famille, les loisirs, la "détente" qui prennent.)

Mais la fédé de Paris préfère sans aucun doute préparer ses précieuses élections (qu’elle va de toute façon se prendre dans les dents ça c’est sûr car LEPETIT par exemple, tête de liste "d"union" dans le 17è a voté carrément POUR la révision!!!) -

Si on peut ne pas être surpris qu’un PS ait voté ainsi, franchement on ne peut pas admettre que des camarades vont se compromettre sur des listes communes avec ce même PS .

Je passe sur le fait que la plupart des élus parisiens du PS (à l’exception notable de David Assouline par exemple, que je félicite vraiment pour ce geste) se sont abstenus...

Bref je crains fort que notre parti ait vraiment choisi le mauvais cheval.

En tout cas pour moi et surtout après ce 4 funeste, ce n’est pas le bon cheval, et encore une fois, comme à la présidentielle, si entre deux maux j’aurais sans doute choisi le moindre et voté delanoe au second tour, encore eut il fallu que j’aie l’opportunité de voter pour une liste anticapitaliste au premier tour car jene suis pas un rat de laboratoir e te je ne donne pas ma voix comme ça, y compris à mon parti!!!

Discipline de vote , centralisme démocratique ok, dans la limite que le PC soit toujour un parti communiste et donc révolutionnaire. Quand cette limite est franchie i l est du devoir des communistes de se rebeller et de sortir les traîtres.

Mais là, et puisque la direction du PCF ne comprend manifestement que les grosses baffes dans la tronche, je ne voterai pas du tout, sauf à ce que je puisse voter pour une liste vraiment de gauche.

Voilà.

Encore BRAVO et MERCI à celles et ceux qui sont venu-e-s, je suis désolée pour tout les camarades qui auraient aimé être là mais ne l’ont pas pu faute de moyens organisés par le parti (rappelez-vous en au moement opportun chers amis) et dommage pour les uatres.

EN même temps, faut pas s’étonner que 53 % de français aient voté l’affreux, si l’avant garde éclairée baisse les bras et la culotte alors.....

La Louve

enzo d'aviolo a dit…

bah non, je n'y étais pas!
pour autant, si je comprends ton coup de gueule, il me semble qu'il omet une chose importante, le fait que ce déplacement était purement formel.
Certes il est bien que les parisiens se soient déplacés, mais que sur le fond tout était joué à l'avance.
Quand bien même il y aurait eu 500 000 personnes, ce vote n'aurait fait que confirmer les votes du sénat et de l'assemblée!
c'est triste mais c'est ainsi!

Alors à mon sens, cela explique grandement le peu de mobilisation, ce qui ne contredit pas pour autant le fait qu'une grande majorité des français a le sentiment de s'être fait blouser, et ça, ça se paiera lors des prochaines européennes! I hope!

François a dit…

Salut Elodie,tu as raison pour les gens habitant Paris ou la banlieu,ils auraient dû être -là.

Quant aux autres tu as encore raison il faut pour ce genre de manif des cars à dispo. de manière à ce que tout le monde puisse se déplacer.

Mais pour cela il faut que les directions des partis ,syndicats,organisations préparent ces manifs.Et,pour les préparer il faut,évidemment,qu'elles veuillent de ces manifs.

Ce n'était pas le cas du PCF puisque MGB n'est même pas venue.Certains disent que la direction du PC fait tout pour le tuer.Je n'en sais trop rien mais à voir ce comportement...on se dit que si elle voulait l'extinction du Parti,elle ne s'y prendrait pas autrement.

Personnellement je n'y étais pas because le fric.Je n'en ai pas les moyens, et nous sommes combien dans ce cas ?

Et ça les directions le savent parfaitement mais elles préfèrent préparer les élections.En espérant avoir les voix de celles et ceux dont elles se foutent de la gueule aujourd'hui:elles se gourent.

Personnellement je suis de plus en plus intéressé par le futur "nouveau Parti"d'O.B.

Fraternellement à toutes et tous.
François.

PS:Elodie,cela étant,c'était quand même vachement bien,encore bravo.

Ruobé a dit…

En même temps, une manif, ça ne sert pas à grand chose. Je veux dire, c'est comme une pétition, ça n'est efficace que dans une véritable démocratie où les dirigeants sont soucieux de satisfaire les citoyens, ou au moins de respecter les principes de la démocratie. Dans notre cas, les manifs et pétitions ressemblent plus à une prière adressée au roi.

Jean-Marie a dit…

S'il y avait eu 500000 personnes on aurait ete jusqu'au chateau et il ne l'aurais pas mis leur pt1 de sceau sur nore défunte constitution !

Sinon, plutot que de ne pas aller voter, mettez plutot la page de l'ephemeride du 4 dans l'urne. S'il manque leur 50 voix et qu'il y a 60 "4 février" ca leur fera aussi mal qu'une balle dans le foie.

Fares a dit…

Et comment se fait-il que nous ne soyons même pas 1000 à avoir porté plainte à l'échelle de la France entière ?

Anonyme a dit…

Bonsoir,

Je voulais réagir à tes propos (vifs) envers l'attitude de notre parti concernant cette manif.

Sans faire de généralités, on ne peut pas masquer le fait qu'il y ait un mouvement « d'exclusion » (de moins en moins latent) au sein des sections du PCF. Dans la mienne, je suis tricard depuis des lustres, sûrement à cause de mon marxisme-léninisme affiché et de mes positions tranchées.

On a essayé de mener des actions, de mobiliser les travailleurs, d'appuyer leurs luttes, etc., mais la faiblesse du nombre reste la faiblesse du nombre...

Avec quelques camarades, l'on avait lancé l'idée d'un site de quartier (un peu dans l'esprit de Peuplade) afin de réunir une frange plus jeune, résultat : mur d'indifférence. Étant économiste, j'avais proposé des petites formations sur la pensée économique marxiste, même échec.
Au final, pas mal de mes camarades sont partis écœurés et d'ailleurs beaucoup ne sont plus membres du PC bien que restant communistes.

C'est une lapalissade que de le dire, mais sans prolétariat reconnu et mobilisé par les partis qui prétendent les représenter (du PCF et au-delà), alors point de socialisme. Ne parlons même pas de conscience de classe, on en est loin.

Michel
(PCF)

GeoTrouvetout a dit…

Bonjour La Louve.
Je découvre ces pages grâce aux bons conseils de Swâmi.
J'ai entendu ce matin sur Canal+ MG Buffet affirmer qu'elle était présente à la manifestation du 4 février. Vrai ou faux du coup ?
Merci, bonne journée

dominique a dit…

bel article , et si je ne suis pas communiste, ni ?? ni je ne sais plus quoi, peu importe..nous avons fait ce que nous pensions juste..et si comme tu le dis ce n'était pas joyeux, ce fut une bonne photographie, l'heure de vérité...oui, les partis de gauche ont abandonné...sauf la LCR....alors que je e suis pas convaincue par leur mouvement...heureusement qu'ATTAC31 était là pour qu'on monte...et pour la suite, on se souviendra......c'est une bonne photographie de notre France..