mardi 5 février 2008

Discours de la Louve le 4 février 2008 à Versailles

Discours de la Louve le 4 février 2008 à Versailles
Vidéo envoyée par petaramesh

Discours de la Louve lors de la manifestation "Tous à Versailles le 4 février 2008", en refus de la modification constitutionnelle permettant au parlement d'adopter le "traité modificatif européen" en violation du choix déjà exprimé par référendum par le peule.




Le 29 mai 2005, nous nous sommes exprimés à 55% contre un projet et contre un texte.

Le projet, c’est celui de l’Europe libérale, capitaliste, qui broie nos vies avec une brutalité croissante.

Le texte c’est celui de la constitution européenne, aujourd’hui appelée Traité de Lisbonne ou « mini traité », pour faire moins peur.

Personne n’est dupe. Le contenu est resté le même.

Le 29 mai 2005, nous avons voté NON à 55% par la voie référendaire, qui est la voie d’expression directe du peuple souverain.

Aujourd’hui, N. Sarkozy et l’UMP, aidés par des parlementaires du PS, ont décidé de nous dénier ce droit fondamental de l’expression directe.

Ils ont décidé, complices dans un coup d’Etat légal, mais illégitime, de violer notre voix sans aucun scrupule.

Ils vont se réunir, dans cette enceinte, pour passer par-dessus nos têtes et annuler notre choix du 29 mai 2005.

Une minorité de Français, qui sont les mandataires de la majorité d’entre nous, va nous dire que nous avons mal voté le 29 mai 2005.

Que nous sommes assez intelligents pour les élire, mais pas assez pour décider par nous-mêmes !

L’UMP et ses complices vont voter une révision de la constitution qui non seulement, va revenir sur notre choix, mais, plus grave, va leur permettre de gouverner sans nous à l’avenir, sur des questions pourtant fondamentales.

Et le PS, majoritairement, alors qu’il a les moyens d’empêcher cela, va s’abstenir et les laisser faire !

A un mois des municipales et des cantonales, nous sommes aussi là pour dire à ces élus du peuple : nous n’oublierons pas. Nous allons nous en souvenir, et nous allons vous sanctionner !

Le vote utile, nous le savons maintenant, nous a menés au pire. Il n’a été utile, en réalité, que pour les 500 familles les plus riches de France.

La situation sociale, culturelle, humaine est aujourd’hui catastrophique dans notre pays, et cela va sans doute s’aggraver car depuis mai 2007, les dés sont jetés pour environ 5 ans.

Alors, nous allons essayer, au moins, de profiter de ce désastre pour faire le ménage et entrer en résistance.

Il n’est pas admissible que des élus républicains participent à une telle forfaiture.

Mesdames et Messieurs les parlementaires, que cela vous plaise ou pas, nous sommes venus mettre nos pas dans ceux des sans-culotte et du Tiers Etat qui ont, ici même, il y a plus de deux siècles, voté l’abolition des privilèges et la naissance de la République !

Nous sommes venus défendre notre voix.

Cette voix, elle a dit NON.

Elle l’a bien dit et elle le dira encore !

9 commentaires:

SAd___ a dit…

C'était émouvant, émouvant de voir cette machine, ce parisianisme, ...cette comédie, là, en vrai et sous nos yeux !

C'était émouvant de te voir, de vous voir vous les "parigot", vous de là bas, vous de chez-nous !

C'était émouvant les bus et les accens d'ici,et ceux d'ailleurs, de voir les bien vétus de voir ceux du 15èm et les crottés de la même crotte que ceux de chez nous, celle de nos Pentes rouges.

Ils ont voté et puis aprés dirait le poète !!!

C'était émouvant ton discours, dont je n'ai eu que la prime en perso !

Merci Toi, merci Roberto Michel et "A", merci d'être alors que dans ce monde l'avoir compte tant et plus désormais
Gros bisous, de gros bisous, de gros bisous et ... on les emmerdes

François a dit…

Bravo Elodie,tu as dit ce qu'il fallait dire.

Excellent discours,plein de vérités et de conviction.C'est une réussite totale.

Nos opposants ,je pense surtout aux socialos,ne devaient pas être très à l'aise.

C'était vraiment super ,encore bravo à toi.
bises,à plus, François

PS:quand tu ne parles pas de corrida qu'est-ce que tu es bonne...

Le Rouge-gorge a dit…

Discours du vrai, discours de l'audace, discours tenace et généreux de ceux qui ne renoncent pas, de celle qui porte voix des sans voix, fait aujourd'hui démonstration de résistance.

Aujourd'hui à mon boulot les tracts sont ouverts lus, et les collègues profs s'exaspèrent de tant de duplicités de leurs élus qui votent ce qu'ils ont refusé par expression directe.

Le mensonge d'un traité différent de la constitution proposée fait long feu, en Espagne on prétexte que c'est bien le même texte pour leur arguer qu'ayant voté oui, ils n'ont pas besoin de revoter...

Salut fraternel à toi Louve.

Le Rouge-gorge

Swâmi Petaramesh a dit…

D'autres photos et vidéos à l'ashram.

Un grand Merci ! à tous ceux qui étaient là et on fait ce qu'il y avait à faire, aux organisateurs véritables, infatigables et déterminés, Xavier, Élodie, Bellaciao, Saddok, ceux que j'oublie se reconnaîtront et ne m'en voudront pas :-)

Merci à vous.

Anonyme a dit…

Que dire de tous les communistes qui vont participer ou voter sur des liste communes avec le PS avec la bénédiction de la direction du parti ! La trahison du peuple n'est pas que le fait du PS mais de tous ceux qui pour quelques pièces jaunes vont les aider à revenir en haut de l'affiche et cela me fait encore plus mal.
Amen.

wouiince a dit…

Un grand merci élodie pour ton engagement ... de ma province, plutôt isolé, vous êtes ma bouée de sauvetage militante.

C'est grace à vous que je continue d'y croire

Amicalement

wouiince

Michel GROS a dit…

Figure-toi que ce n'est pas à ceux qui nous trahissent auxquels je pense aujourd'hui. Non. je pense à nous-mêmes et aux exigences que l'HISTOIRE nous impose. Celle notamment de nous unir dans un "parti des idées claires", dans un parti qui dépasse ceux auxquels chacun d'entre-nous appartient aujourd'hui. Je donne quitus de cette initiative à la LCR, mais je donne surtout quitus à une hypothèse. Celle du communisme sans laquelle le monde serait l'organisation du désespoir.
Tout le reste, sans cela, n'est que foutaise.

Anonyme a dit…

qu attendiez-vous ?
je lis et je suis de plus en plus amer.
qu attendiez-vous ?
combien de fois encore faudra-il-etre trahis ?
ne les avez -vous pas reconnu?
il sont la depuis la nuit des temps ,
les laches ,les opportunistes,ceux qui font semblant d etre des notres pour mieux nous trahir .
il y a ceux qui détiennent le pouvoir, ennivres de leur importance et qui oublient que c est a nous ,a nous!
nous le peuple qu ils doivent d etre a la place qu ils occupent aujourd hui !
ils ont déja oublié que l élu doit etre au service du peuple et pas l inverse !
il y a ceux qui espèrent les miettes ,qui se disent "en étant ni trop ceci ,ni trop cela ,je gagnerai sur tous les tableaux "
Elite artificielle, auto- proclamée , d un peuple en desarroi .
Oui nous avons étés ,manipulés ,spoliés de nos droits ,détroussés au coin du bois par des bandits de grands chemins .
Oh , ils sont bien un peu génés aux entournures , pour certains....mais ca ne durera pas .
Ecoutez ...déja ils ricanent ... prets au partage de leur larcin
Et alors ?
il faut trancher !
plus de compromissions ,que chacun se jette a corps perdu dans la bataille ,voila la seule solution !
hier , a été fait ce qui devait etre fait en terme de résistance , les voix qui se sont élevées ont parlé juste , maintenant ,il faut retourner au combat !
De notre engagement ,de notre determination viendra la victoire.
car il faut y croire ,les gens sont de plus en plus desespérés ,écrasés et nous sommes la seule alternative..
la tache est immense ,mais elle presente l avantage d etre claire , il faudra vaincre ou disparaitre .


"Si l'issue nous est favorable nous serons appelés défenseurs de la liberté, si elle nous est fatale nous serons appelés rebelles" --Pasquale Paoli

Makhno

SAd___ a dit…

C'est bien parlé, Makhno !
Hier, nous avons fait ce qui devait être fait, jetons nous dans la bataille pour sauver "nos" outils de lutte (en purger ceux qui doivent l'être), ce sont des combats bien moins spectaculaires, bien ingrats et très pénibles !
Nous étions déterminés, nous voilà plein de hargne, de celle de la racaille