mardi 4 septembre 2007

RADICALEMENT CONTRE LE COMITE DE LIAISON "DE GAUCHE" AVEC LE PS ET LES VERTS !


J’ai lu la dépêche de l’AFP qui rapporte l’accord Verts-PS-PCF, en train de se formuler dans notre dos.

Si ce qui est rapporté est exact (gardons une méfiance de rigueur tant ce projet me semble absurde) , je suis interloquée par cette acceptation de principe d’une "coallition" qui grave dans le marbre la continuation d’une alliance qui, je le maintiens, est absolument contre-nature pour des communistes et à laquelle justement, nous devrions mettre fin.

A supposer que cette alliance ne l’eût pas été il y a 20 ans, elle l’est manifestement aujourd’hui.

Et nous allons ENCORE donner dans le panneau d’une soi disant "union de la gôche", quand on voit ce qu’elle a déjà coûté aux prolétaires, et à nous, communistes du PCF, qui devrions en être les défenseurs naturels, avec en point d’orgue , Hollande à la fête de l’Huma?

Mais n’avons-nous rien compris? N’avons nous rien appris? Jusqu’où faut-il descendre pour cesser ces bêtises bourgeoisantes? Nous fera-t-on boire le calice de la trahison jusqu’à la lie?

Et on nous ressort un motif tout trouvé à cela, le "TOUTCONTRESARKO"?

Le même qui devait nous faire élire la peste au lieu du choléra, je veux dire, Royal contre Sarkozy?

Est-ce que c’est en s’alliant avec des capitalistes que nous battrons durablement, non pas seulement Sarkozy, mais la bourgeoisie? Si tel est encore notre but, je me permets de douter.

Cela fait 25 ans que nous faisons la même CONNERIE. Celle qui nous coûte 4 points à chaque présidentielle. N’est-il pas temps d’arrêter?

Alors bien -sûr, tant que nous entretenons nous-même le mensonge que le PS est toujours un parti de gauche, il sera difficile de se dégager de ce faux-pas.

Il faudrait commencer par là et le démontrer, ce ne sera pas bien dur.

Ca ne pose pas de problème à la LCR de le dire pourtant, et nous, nous ne pourrions pas?

Mais pourquoi? Parce que ce serait "des gauchistes"? Pfff, allons donc ! Sornettes.

Il faut comprendre que ce n’est pas en pactisant ad libitum avec les socialistes que nous effacerons dans les mémoires collectives les errements du stalinisme.

Arrêtons avec toutes ces manifestations de mauvaise conscience, elles nous ont fait faire trop de choses stupides.

C’est qu’il doit se frotter les mains et rigoler comme un bossu, le locataire de l’Elysée, quand il lit des dépêches pareilles, lui qui se réjouissait, devant le MEDEF, de savoir "exploiter" les socialistes, d’être un "bon DRH" ...

En tout cas, moi à sa place, je me réjouirai vivement !

Allez, continuons donc, comme si de rien n’était, comme si rien ne s’était passé, à faire ami-ami avec les socio-traîtres.

Kouchner, Lang, Rocard, Attali, Besson, Strauss-Khan etc... Et je passe les déclarations de Valls et cie sur "l’opposition constructive", et même ce qu’a dit Royal à Melle, répété à la Rochelle !

Je passe les déclarations d’Hollande lui-même dans la presse cet été ! Un coup à gauche, un coup à droite, un coup au milieu, mais en fin de compte RIEN et RIEN ! Du vent, quelques jeux de mots minables, un procès à "Closer " et RIEN.

Cela ne nous suffit pas, tout cela, comme preuve que nous n’avons plus rien à faire avec ces gens-là?

Continuons donc à donner dans le piège de cette mascarade bourgeoise de la 5ème république !

Plus dure sera la chute.

Le problème , c’est qu’elle ne sera pas que la nôtre.

Je ne suis rien ni personne, certes, mais que notre direction sache bien que, simple militante, je ne suis pas d’accord une fraction de seconde avec ce qu’elle à l’air de proposer et les motifs qu’elle avance pour ce faire, je ne suis pas dupe et je ne suis pas la seule.

Ils peuvent bien mettre tout le miel qu’ils veulent dans la tasse, la tisane qu’ils veulent nous faire avaler est d’une amertume rare.

Tout cela est purement électoraliste.

On peut me raconter ce que l’on veut pour enrober ces calculs boutiquiers, je préfère "perdre" (et encore, il faut s’entendre sur ce terme) des élections en communiste, plutôt que les "gagner" en social-traître, en reniant les derniers de nos fondements, en crachant à la figure des prolos !

Gagner pour gagner? Gagner pour se partager quelques lambeaux de pouvoir dont nous ne pourrons rien faire, et qui, finalement, seront notre suaire?

La différence entre le PS et l’UMP aujourd’hui c’est la différence qui existe entre une extinction longue et un peu moins douloureuse, mais néanmoins inévitable, et une exécution au mur des fusillés.

Si la décence ne me retenait pas, j’oserai volontiers une métaphore plus grivoise...

Si le PCF doit gagner des élections, il doit les gagner réellement, c’est à dire de telle sorte qu’elle lui donne un pouvoir réel, qui permette à terme, le communisme.

On en appelait à la guerre des mots ici il y a quelques mois. Cette guerre des mots, (et des Idées) elle doit avoir lieu avant tout en notre sein.

Que nous remettions les pendules à l’heure, car notre parti marche sur la tête !

Quand va-t-on comprendre à Fabien qu’une bonne partie de communistes ne veut plus d’alliance avec le PS, ni de près ni de loin?

Que nous sommes une majorité à souhaiter former une opposition réelle, tant à l’UMP et à Sarko, qu’au PS et à ses socio-démocrates?

Qu’à tout le moins, la position de la majorité des militants est loin, bien loin d’être tranchée en faveur d’une telle alliance?!

Et Hollande de fustiger le "parti guévariste" (je cite) que souhaite créer la LCR et de l’exclure de facto de ce projet de bidule de coordination, mais de tendre la main au MoDem bayrouiste?!

Et c’est pour faire cela que la direction du PCF se maintient en place jusqu’en 2008 ?

Pas d’accord ! Nous avons plus d’affinités avec des "guévaristes" comme le dit Hollande de façon méprisante, qu’avec des socio-démocrates.

Notre parti est dans une telle situation qu’il ne peut faire l’économie d’une décision collective et majoritaire préalable sur ce sujet spécifique des relations avec le PS, en période électorale et hors période électorale.

On ne peut faire comme si rien ne s’était passé et c’est un sujet fondamental, car il conditionne et révèle où nous en sommes de notre degré d’exigence marxiste au Parti.

Je me permets de rappeler à notre direction qu’un nombre inquiétant de communistes sincères ne votent plus pour le PCF depuis des années...

On ne peut pas tout mettre sur le défaut de médiatisation, la peur et le vote utile quand même !

Les communistes ne sont pas des électeurs qui ont peur, des électeurs qu’on effraie.

Ce ne sont pas des électeurs qui croient au vote utile.

Par contre, ce sont des électeurs qui sanctionnent les leurs quand ils ne les représentent plus .

C’est ce qui s’est passé, et j’avais, en toute modestie, essayé de le suggérer dans le message à double sens que j’ai lancé le 1er avril à Bercy : "Celles et ceux qui ne savent pas convaincre leurs électeurs sont éliminés".

Cela valait pour les individus du PS et a fortiori pour nous .

Ne pas vouloir l’admettre, c’est nous emmener au trépas, et avec nous, le parti de masse dont les prolétaires vont avoir un besoin urgent, dont nous allons avoir un besoin urgent, quand le capitalisme va commencer à sombrer.

Le raffiot du fric et du capital commence à craquer et nous , c’est le moment que nous choisirions pour nous enterrer définitivement avec le PS?

Non et non.

En chaque communiste coule un peu de la sève d’octobre 1917, cette "grande lueur de l’Est", et de l’appel de Charles Tillon le 17 juin 1940.

Alors, ne nous laissons pas voler notre souveraineté. Ne nous laissons pas museler. Dites haut et fort, sans peur, sans crainte, ce que vous voulez pour notre parti.

Et si ce que la majorité veut pour nous, c’est de poursuivre sur la voie de l’union de la gauche mitterrandienne, et bien soit. Les individus prendront ensuite leur décision en conscience.

Personnellement, et pour des raisons diverses, que j’ai déjà longuement développées ici ou là, je crois que cette voie est la pire dans laquelle nous puissions nous maintenir.

Camarades, ce n’est pas l’appui du PS et des Verts qu’il nous faut rechercher, c’est l’appui des prolétaires !

Ce ne sont pas les sièges des élus que nous devons sauver, c’est la tête de nos compagnons de galère quotidienne !

Ce ne sont pas les accords de salon auxquels nous devons occuper nos forces, mais les luttes in situ, dans les rues, dans les usines, dans les entreprises !

NOS RACINES A NOUS, COMMUNISTES, ELLES SONT DANS LE PEUPLE, ET PAS AU PALAIS BOURBON !

Sur ce camarades, bonne fin de journée.
Osémy

Ps : Bien évidemment ,si tout ce qui es trapporté par l’AFP et d’autres sur ce sujet devait se révéler inexact, notre direction serait bien inspirée de rectifier le tir et de préciser clairement sa pensée....

7 commentaires:

Anonyme a dit…

Il y a plein de gens de valeur au PC. Le problème c'est qu'il ne sont pas souvent aux commandes...

Michel
(PCF)

paul a dit…

Bonjour Orélie

Ah ! là, je suis content de lire la stygmatisation plus ferme que d'habitude non seulement du ps, le parti de la collaboration avec le mal, mais aussi les verts, un parti de foutteurs de doute sans objectif autre que de participer au spectacle de contestation facile à la bourgeois bohême...

Je pense que pour rafermir nos positions il faut communiquer de façon plus ferme encore sur les racines de ce qui défini et distingue la droite de la gauche.

Grossièrement et en première approche, la droite serait fondée sur une croyance en une perception réaliste de l'univers par l'égo, donc une foi dans le libre arbitre et par conséquence une notion du groupe fondé à la fois sur une réunion d'individus indépendants, paradoxalement rassemblés sur une notion "enfermante" dans des limites devant être définies par exclusion d'individus types, sacrifiés, archétypés. Donc la droite fonctionne sur l'égoïsme, la peur de l'identification à l'alterité, l'exclu définissant les limites à "ne pas être".

Tout aussi grossièrement, la gauche serait fondée sur des tentative de perceptions globales de l'univers, sur l'interdépendance relationnelle définissant le groupe à partir des relations entre individus. l'individu n'est pas indépendant du groupe, aucun individu ne s'éduque tout seul, les individus s'éduquent par l'intermédiaire du groupe. Donc la société est fondée sur des propriétés de gestion relationnelle unificatrice de différences transformées en coopérations, complémentarités, enrichissements.

Les idées de gauche sont anti-égoïsme, sont anti-enivie et jalousie puisque fondées sur un investissement collectif de chaque particularité individuelle, sur l'enrichissement par les différences.
D'où il vient que les idées de gauche, par comparaison psychothermodynamique sont beaucoup plus coûteuses en énergies indiviuelles cognitives, demandent beaucoup d'abnégation et surtout mettent terriblement à mal le principe de libre arbitre individuel et d'égoïsme libre. Elle sont altruistes, nécessitent beaucoup d'apprentissage de communication, de patience.

donc elles sont très difficiles à vivre en comparaison de l'égoïsme envieux exprimé par l'individualisme antisocial des idées de droite ne demandant pas de prise de conscience globale des interdépendances des éléments constitutifs de l'univers.

Moi c'est là dessus que je pense que nous devrions rappeller, éduquer les gens sur ce que sont la droite et la gauche.
à partir de là travailler sur l'éthique, la morale, le fondement du bien et du mal...
et montrer comment et pourquoi l'innommable et ses sbires ainsi que ses adorateurs sont des incarnations du mal absolu !

à partir de là choisir son camp et savoir ce que l'on veut et avons à construire devient plus clair.

François a dit…

Salut Osemy,j'adhère tout à fait à ton propos mais j'ai bien peur que tu ne te nourisses d'illusions quant aux dirigeants du PC.en effet, c'en est trop maintenant ou le PC rompt deffinitivement d'avec le PS ou il capitule tout simplement.
Tu dois me trouver sévère avec ton parti mais je pense vraiment ce que je dis et,crois moi,j'aimerais me tromper.
Heureusement il y a au parti des gens comme toi(je ne fais pas dans la flagornerie)mais que pouvez-vous faire? Si cela continue beaucoup se demanderont ce que font des militants (tes)comme toi au PC?Crois bien que cela ne m'amuse pas du tout,que je suis parfaitement conscient de ce que je dis et que ça me fait réellement chier d'arriver à penser cela mais les faits sont là,qui puis-je? Ne pense surtout pas que je veuille t'inciter à rejoindre la LCR,NON tu es plus utile là où tu es pour le moment en tous cas.
Pour contrer tout cela j'en reviens à la nécessité du Front Unique Ouvrier :faire en sorte que la base fasse par le nombre pression sur les directions afin qu'elles aillent où NOUS le désirons.Pour cela il faut forcément s'allier avec toutes les organisations se réclamant du communisme et plus largement du mouvement ouvrier.C'est énormément de travail mais cela me paraît indispensable.Opposons nous au "Front Unique Bourgeois"nous en avons les moyens , nous sommes les plus nombreux.
A plus,amitiés François.

Anonyme a dit…

La LCR ?

Connais pas...

Michel
(PCF)

Sad___ a dit…

Moi aussi cela m'a rendu dolent mais je ne sombre pas dans la plainte !
Il faut au contraire s'en servir pour exiger une autre politique de notre parti.
Editons et faisons tourner une pétition par exemple, cela aura au moins le mérite de montrer aux uns et aux autres que nous ne sommes pas dupes !

Anonyme a dit…

Chère Elodie,

Je viens sur ton blog pour répondre à ta proposition sur Bellaciao suite à mon post, sur"nous ne serons pas des opposants de salon" de MGB.

Oui je suis pour que nous envoyions une vague de lettres et e-mail au PCF, demandant la consultation démocratique des militants avant tout accord avec PS et VERTS ( courant réformiste et "répétitivement" traite à la cause du prolétariat.

D'ailleurs il serait bon de renvoyer la direction au texte historique, superbe et étonnamment actuel de Marx "le 18 brumaire" sur les sociaux-démocrates et leur esprit de manigance foncier de petits bourgeois ayant fondamentalement besoin des prolétaires et de leur organisation pour arriver à leurs fins égoïstes - texte dont tu parles sur Bellaciao et sur ce l'un de tes fils.

Comment on s'organise et quelle est la meilleure façon de faire passer le mot ?

Grosses bises

Maguy

Osemy a dit…

Ma chère MAguy
Je suis ravie de te voir ici.
Je vais rédiger un projet assez court de lettre à la Direction (MGB n'es tquand même pas la seule responsbale de tout ce m...), ça fera une base, et qui voudra l'enverra, retravaillée ou pas, personne n'a vraiment besoin de moi pour écrire en réalité! Il faut juste prendre confiance en soi et faire simple. Joindre l'extrait de Marx est en effet une très bonne idée en revanche.
On se tient au courant. Tu peux aussi passer par mon mail via le blog. Bises Maguy et à plus tard