jeudi 8 février 2007

PETIT POEME CONTRE L AIR DU TEMPS

La guenuche et le faquin
De : Kamal B.Kerrouche
mercredi 7 février 2007 - Bellaciao.org

"Les sinistres candidats aberrent à conchier les jeunes
Qu’ils entendent ferrer car, selon eux, gobes-mouches innés.

Le parlage est leur fort
Mais ils accagnent souvent à tort
Comme les clébards en leurs chenils
Rendent l’adoption infertile,
A férociser leurs crocs à contre-fin ;
S’impatronisant là où ils désirent castelliser ;
La bisque baveuse, s’ignorant robins,
Et friands de ghettos à stigmatisés

Un cuistre quinquagénaire de cet acabit,
Au ramage cache-sottise,
Aimait à faire preuve de faillance,
Allant à sa guise,
« Place de la souffrance »,
Se gourmer le temps d’un tournage.

Derrière les cerbères de son plumage,
Prenant air d’homme imbriaque,
Il feignait de ne se point gaudir des pauvres hères,
De ne point connaître la malepeur
Et de n’avoir point le fondement obstrué par un balai.

Sur une esplanade, comme il l’eut fait d’une mosquée,
Le faquin s’enticha sèchement d’une guenuche sur son balcon perchée,
Lui dégoisant puamment ce langage ineffectif :
« Hé ! Bonjour, madame ! Que vous êtes vieille ! Que vous me semblez en avoir assez ! Sans mentir, si votre ramage se rapporte à votre déplumage, vous êtes la victime des racailles de cette cité »

N’attendant point de circonvolutions,
Ne cherchant point de solutions,
Sa jactance filmée par les larbins,
Journaleux prêts à férociser les instincts,
Esclaves et esclave, soudain s’alarment,
Et bredi-breda, dans leurs carrosses, macadam enflamment."



mercredi 7 février 2007

15 commentaires:

Anonyme a dit…

Personne ne lis ton blog, je te l'ai déjà dit. Arrête d'écrire et cultive toi !

Anonyme a dit…

De plus en plus pénible, "p'tite bite" anonyme...

Allez, va "culturer" tes neurones ailleurs, et n'oublie pas d'oublier ton chemin de retour durant la transhumance!

Sirieix

Anonyme a dit…

Cher ANE -onyme
Je vais être claire une bonne fois pour toutes: je me contre-fiche de ce que tu peux me dire - je n'ai acucun respect pour les gens comme toi qui se cachent et insultent les autres sous couvert d'anonymat, surtout lorsque je pense les connaître - tu peux continuer à polluer mon blog si ça te chante, je n'en ai cure et personnellemnt c'est bien la dernière fois que je réponds à un de tes post.
OSEMY

Anonyme a dit…

Quelle susceptibilité. Je fais juste un constat.

Et non, nous ne nous connaissons pas.

Anonyme a dit…

Psychologie de bidet, lâcheté intrinsèque, suffisance à tout berzingue...

Tu dois le connaître à coup sûr, chère Osémy...

Cherche dans tes souvenirs, au rayon "onanymes"...
;)

Sirieix

Anonyme a dit…

Il y a des gens malades, qui ne trouvent leur identité que par le vulgaire. Aucune crainte et encore moins de remarques a faire a cet anonyme, comme toutes les personnes perturbées se qu'elles font à l'encontre des autres n'est que le crime qu'elle n'ont l'audace de commettre contre elles même.
Le mépris est de croire que leur geste va en direction d'autre chose qu'eux mêmes. Ils s'en veulent sans savoir pourquoi. Dans le désespoir de leur impuissance, ils tournent leur violence necessaire contre les autres.
S'il ne va pas voir un psy rapidement, il finira dans la dépression. Il pourra toujours la masquer sous l'alcool la drogue ou le crime. Il est faible contre sa propre volonté. Il ne trouve pas d'issue.
Train d'enfer

Anonyme a dit…

Ce n'est pas parce que ta prose est belle (encore que) qu'elle en devient censée.

Anonyme a dit…

"sensée", pas "censée", hé banane!

trop culturé pour nous, l'onanyme!

;)

Sirieix

Anonyme a dit…

Ne t'inquiète pas ! N'accordant aucune espèce d'importance à ce blog, je ne fais pas spécialement attention à ce que j'écris.

Bonne nuit.

Anonyme a dit…

Ton acharnement a en vouloir à Osemy prouverait le contraire. Schizo ou paranoïaque ? Impossible d'être dans les deux cas à la fois.
En général dire tout et son contraire en se croyant plus doué que les gens qu'on agresse tient de la schizophrénie. A moins que ce soit le grand trouble qui fait fantasmer tout le monde parce qu'il est décrit dans toutes les fictions avec l'aura de masquer une intelligence particulière (fausse bien entendu): Psychopathe
Pas assez de vilonce pour la psychopathie.
Ta caractéristique première anonyme, est la fablesse que tu transforme en agressivité. Frustration ? Impuissance ? Trouble sexuel ?

Diagnostique TGV

Anonyme a dit…

Juste un anti-communisme primaire, parfaitement revendiqué. Sexuellement, ca va mieux que bien.

Anonyme a dit…

Sympa les commentaires mais un trou du cul ca ne se voit pas et ca ne se commente pas... pourquoi ne pas parler de l'objet de la discussion, le travail d'un homme, le temps pris sur une vie qu'est le texte mis en ligne...

la vie... a dit…

BONJOUR OU BONNE NUIT À TOUTES ET TOUS.

> Je le confesse (-; oui, j'adore ce mot autant que la 'chose' ;-)
Tous ces 'Comment...taire ?', dans un premier temps m'ont laissé 'sans voix' au moment où il va nous être demandé justement de 'la donner' par vote... dans 'le secret -presque anonyme- de l'isoloir'... mais aussi 'haut et fort' dans ce concert politique national, et ce, en toute conscience et implication personnelle, sur des sujets essentiellement vitaux qui dépassent nos simples 'petits nombrils'
[pour ne parler que de ce 'trou-à-récurer-régulièrement']
'stigmate-s indélibile-s de notre avénement'... sur cette terre... qui, déjà malheureusement, sent le roussi... en toutes zones.

> Je me suis perdu dans le dédale des 'anonymes', 'ÂNE-onymes' et autres 'Onanime-s'

> MAIS : QUESTION ! : "Et si 'vivre' était -d'abord et avant tout- 'souffrir' ?

> Tendresse.

R . B

J'AI, PAR AILLEURS, AIMÉ CE BEAU TEXTE DE K.B.K :
"La guenuche et le faquin".

J'ai cru en retrouver l'auteur-e sur Bellaciao, lui ai laissé deux mots auxquels il/elle répondit avec humanité et douceur.
Mais... pas de réponses, encore à ce jour, à mes demandes.

>Qui est l'Auteur-e de ce texte qui semble avoir été écrit en 'Ancien Français' ? mais... avec ce passage si trivialement contemporain -ou presque- :
[je cite] :
« Hé ! Bonjour, madame ! Que vous êtes vieille ! Que vous me semblez en avoir assez ! Sans mentir, si votre ramage se rapporte à votre déplumage, vous êtes la victime des racailles de cette cité »

Et si ce K.B.K était un authentique Pasticheur !? ;-)

Je ne desespère pas d'avoir un mèl de lui/elle... 'un de ces quatre'...

Dans l'attente...

R . B

Anonyme a dit…

Alors passe ton énergie a défendre positivement le liberalisme. Il y a de quoi faire.
Là tu perds ton temps. tu ne développe dans tes messages que le coté primaire. C'est dommage, un beau garçon comme toi...
TEE

Anonyme a dit…

Coucou RB, simplement si il y a pastiche c'est bien entendu en hommage à Lafontaine, une période dans mes lectures, en cela j'assume, quoique je n'ai pas le sentiment d'avoir pastiché un auteur mais plutôt une époque que je trouve moin chiche que la nôtre dans le verbe. J'aime le mot. KBK