mercredi 17 mars 2010

HOMMAGE A RUDOLF NOUREEV, PRINCE DES STEPPES -" L'ATTRACTION CELESTE"

Le 17 mars 1938 naissait Rudolf NOUREEV, le Prince des Steppes, à bord du Transsibérien.

Pour toutes celles et tous ceux qui aimèrent passionnément cet OVNI, sans même le connaître, qui pleurèrent de bonheur en découvrant la beauté sauvage, la rigueur sublime et toutefois pleine de passion de ses entrechats et pirouettes, son talent de tragédien, puis, plus tard, le raffinement presque cruel du plaisir qu'il prit à la mise en scène, ce génie "baroque".

Bref, tout ce qui rendait Noureev, trait d'union magique et incarné entre l'Orient et l'Occident, aussi étincelant qu'insupportable parfois, et qui a fait de lui le plus grand danseur et amoureux de la danse de tous les temps, à ce jour inégalé, je dédie aujourd'hui la bande annonce de ce très beau film qu'est "L'attraction Céleste".




Mais aussi ces autres extraits d'une très belle interview riche de documents ( en anglais hélas, et je le regrette pour celles et ceux qui ne maitrisent pas cette langue, mais REGARDEZ quand même , il y a des extraits fabuleux) ...





"Roudolf Khametovitch Noureev (ou Noureïev ou Noureyev ; en russe : Рудольф Хаметович Нурeев (ou Нуриев) ; en tatar : Rudolf Xämät ulı Nuriev) est un danseur étoile né le 17 mars 1938 en Union soviétique pendant un voyage en train un peu avant Irkoutsk vers Vladivostok. Après avoir été danseur soliste au Kirov, il se fait naturaliser autrichien.

Il était doté d'une technique exemplaire.

Il fut l'un des meilleurs interprètes du répertoire classique, mais il affirma aussi son talent dans la danse contemporaine.

En 1963, il danse dans Marguerite et Armand avec Margot Fonteyn au Royal Opera House de Londres, puis dans Bach Suite en 1983. Également chorégraphe, il fut directeur de la danse à l'Opéra de Paris (1983-1989). Admirateur de l'école française et inconditionnel de Bournonville et de Petipa, luttant contre la mort, il remonte deux œuvres de ce dernier : Raymonda (1898) et La Bayadère (1877).

Ce fut aussi l'un des premiers danseurs qui s'intéressa de nouveau au répertoire baroque."

Il est décédé des suites de sa contamination par le VIH le 6 janvier 1993 près de Paris et est enterré au cimetière russe de Sainte-Geneviève-des-Bois (Essonne).

Noureev est décédé dans la nuit où j'atteignais mes 18 ans, et compte tenu de mon immense passion et admiration de toujours pour cet homme, pour son talent, pour son génie, de ce qu'il parvenait à me communiquer, cela m'avait encore plus affectée.





Je termine cet hommage à Noureev en rappelant cet extrait lu à son enterrement au cimetière russe de Sainte Geneviève des bois, texte aussi également sublime que l'était Noureev:

"MANFRED" (Extrait Acte 1, scène 2)


par Lord Byron

"Les esprits que j'ai évoqués m'abandonnent,

Les charmes que j'ai conjurés se jouent de moi,

Le remède que j'avais rêvé m'a torturé ;

Je n'ai plus recours à des aides surhumaines ;

Elles sont sans pouvoir sur le passé, et quant à

L'avenir, tant que le passé n'est pas enseveli dans la nuit,

Ma quête ne s'en occupe pas. Ma mère la Terre !

Et toi, jour qui viens de poindre, et vous, montagnes,

Pourquoi votre beauté ? je ne puis vous aimer.

Et toi, œil lumineux de l'univers,

Qui t'ouvres sur tous et pour tous

Es une joie, tu ne brilles pas sur mon cœur.

Et vous rochers, dont le rebord extrême

Est mon appui, perché au-dessus du rebord du torrent,

Je regarde les grands pins devenus des brins d'herbe

Par l'éloignement vertigineux ; quand un saut,

Un mouvement, un pas, un souffle même, jetterait

Ma poitrine sur le sein rocheux de son lit

Pour un repos éternel, pourquoi m'arrêter ?

Je sens l'élan mais je ne plonge pas ;

Je vois le danger, mais ne recule pas ;

Et mon esprit chancelle, mais mon pied est ferme :

Il est sur moi un pouvoir qui me retient

Et qui fait ma fatalité de vivre,

Si c'est une vie de porter en moi-même

Un esprit si stérile et d'être ainsi

Le tombeau de mon âme, car j'ai cessé

De me justifier à moi-même mes actes,

C'est la dernière infirmité du mal.(...)"

3 commentaires:

paul a dit…

oh ben ça alors !
ça fait du bien ce genre de rappel de souviendir kulturel...

bon y'a un truc vachement important dans la seconde partie de l'interview, que dit le professeur de danse à ses élèves.
il fait un cours de danse classique.
la danse classique est très technique et stéréotypée.
donc pour vraiment faire ressortir quelque chose de plus que la perfection gestuelle de reproduction de codes, faut être capable d'une inspiration intérieure très forte, qui va audelà du geste technique.
le prof explique ça à ses élèves en prenant l'exemple de Noureev.
qui quand il prend une pose, tout à fait académique, ce n'est pas seulement le geste qui est réalisé.
c'est une préparation mentale, une inspiration, qui fait que le geste est porté par une identification du danseur à ce qu'il exprime par l'intermédiaire du geste.

je n'ai jamais été très attiré par la danse classique. j'avais été répéré par la prof de danse du conservatoire de ma ville dans mon adolescence. j'avais trop peur des filles pour y aller. mais dès que je suis parti faire mes études, je me suis inscrit à des ateliers de danse contemporaine.

et là j'ai découvert beaucoup de choses. je suis de formation musicale strictement classique. et je savais très bien, de par ma sensibilité, dépasser complètement les codes, la partition, pour faire mien ce que l'auteur écrivait. et ça dépotait très efficacement, et gommait, même en public ou concours, les éventuelles faiblesses techniques.

là, avec la danse contemporaine, qui se caractérise par une apparente liberté à l'égard de codes gestuels et techniques, apparence trompeuse, ben on est obligé de construire sa technique, épurer ses formes gestuelles, trouver ses propres codes, parce que il faut absolument d'abord faire ce travail d'inspiration interne de recherche de ce qu'on veut exprimer, montrer, et qui est d'autant plus difficile que le public, n'ayant aucun code d'interprétation gestuel, ne sait pas comment comprendre, sentir, d'avance qu'on fait.

en fait, je sais pas pourquoi je dis tout ça. Sauf que ben je connaissais Noureev. mais que moi ça ne m'a jamais autant impressionné que d'autres danseurs contemporains, avec qui j'ai parfois travaillé dans des ateliers, qui sont peu connus et qui pourtant m'ont ému aux larmes.
parce que la danse contemporaine, non seulement c'est beaucoup plus difficile à réussir, mais ça sort de tous les carcans, les stéréotypies, et que ça met le danseur, comme certains spectateurs, dans une impression à la fois angoissante et émerveillante, de solitude socio-culturelle, celle de l'avant-gardisme... qu'on connait actuellement en tant que communiste.

Osemy a dit…

@Paul: oui mais non! Noureev était magnifique et génial et sublime et tellement fascinant, parce qu'il était l'incarnation vivante de la BEAUTE de la contradiction, ici dans ce cas, contradiction entre la rigueur, la rigidité même, d'une technique très académique, très codifiée, et le corps sauvage, libre et sensuel. Pour moi c'est une métaphore vivante de la lutte dialectique entre le corps et la raison.
C'est une perfection d'équilibre entre la sauvagerie et la discipline, où finalement, quand même, la sauvagerie a toujours plus le dessus.
Un génie je te dis, inégalé. Danse contemporaine, bon, je connais bien aussi - il y a certes des danseurs/ses magnifiques aussi, des chorégraphies époustouflantes, oui ( pour ne rien te cacher j'ai pratiqué d'abord la danse classique puis la danse contemporaine pendant plus de 10 ans, et parfois à hautes doses!!) mais RIEN de sublime comme Noureev.
:)

paul a dit…

... bon... ben...
à part ça... y'a un truc qui m'a toujours gêné...
Les gens comme Noureev ont été formé par l'école russe, de danse et de musique... et à l'époque, c'était l'école soviétique...
y'a eu à ces époques une "production" d'artistes, interprètes, fantastiques, de très grand talent...
et sans la façon qu'avait le système communiste de permettre l'éclosion chez n'importe qui, d'où qu'il vienne, de ce genre de talent, les Noureev n'auraient jamais pu éclorent...
donc moi ce qui me gêne, c'est que ces gens là se sont ensuite fait une gloire grâce au système du spectacle individualiste capitaliste... pas simplement parce qu'ils avaient de réels talents.
mais parce qu'ils offraient une valeur ajoutée de propagande dans la guerre idéologique capitaliste.
des artistes aussi époustoufflant que lui, mais issus de la foule, anonyme, ne présentant aucune valeur ajoutée de propagande au système du spectacle bourgeois, en musique classique et en danse, j'en ai entendus et vus beaucoup...
ils crêvent la dalle misérablement...
ne vivent ou survivent pas de leur art...
et on ne trouve aucune trace d'eux sur you-tube...
on oublie vite leurs noms, parce qu'ils produisent des cd qui ne se diffusent pas autrement qu'à la sortie de petits concerts ...