jeudi 14 janvier 2010

La burqa : la dérive "totalisante" d’une loi d’interdiction et 5 raisons pour refuser cette loi




L’acharnement forcené de certain-e-s, y compris parmi les communistes, à aller dans le sens du gouvernement au sujet de la "burqa" commence VRAIMENT à me "courir sur le haricot".

Sans même rentrer dans le débat "Est-ce ou non raciste de soutenir un projet de loi avec des personnalités politiques manifestement xénophobes?", si on voulait démontrer chaque jour davantage la faiblesse théorique et analytique qui sévit dans le mouvement dit communiste de nos jours, on ne s’y prendrait pas mieux !

C’est l’exemple type du vrai-faux combat, ou plutôt, de la fausse-bonne idée.

C’est le combat "émancipateur" Canada-dry. Ça ressemble à un combat émancipateur, ça en a la couleur, le goût, mais c’est exactement l’inverse.

Plusieurs remarques qui me sont venues à la longue de ce "débat" sur la "burqa" :

D’abord "arrêtons de parler à la place de ces femmes", peut être, non?

Quelles NORMES vont dire, peuvent dire, ce que c’est qu’être UNE FEMME?

(Une épouse? une mère?une maîtresse? une concubine? une salariée? etc)

Vous n’en avez pas un peu ras-le -bol des comportements sexués ultra-normés?

Des diktats comportementaux?

Sommes-nous névrosés et aliénés à ce point?

Qui, avec quelle légitimité, et sur quel fondement, a le droit de me dire, à moi, femme, que si je ne veux pas montrer mon visage, mes cheveux, mon corps etc... je "ME NIE"?

Allons plus loin...

Si je ne veux pas devenir blonde, mince, musclée, au nez Bardotesque ou Kellyesque, aux dents blanches et aux yeux bleus (donc correspondre au stéréotype majoritairement "wasp" et américain qui hante l’imaginaire de plus en plus de malheureuses) suis-je ENCORE une femme?

Tiens une autre, si je ne veux pas avoir d’enfant, me "Nié-je moi même en tant que femme"?

Si je suis une femme issue d’un processus de transsexualisme suis une négation de femme? ...

Qu’on se pose de telles questions dans le cadre d’un débat, bien-sûr - mais qu’on veuille m’imposer par une loi ce qu’est, pour cette société, la norme de ce que doit être une femme, JAMAIS !

Mais enfin où va s’arrêter ce grand délire (qui suscitera en réaction de plus en plus de comportements de type "burqa-cagoule")?

La dernière fois qu’on a eu un tel truc de cet ordre physique, c’était Vichy et le statut des juifs, qu’on pouvait reconnaître physiquement (je vous le rappelle car certaine-s ont manifestement oublié) par leurs oreilles décollées, leur long nez, leur lippe pendante et leurs doigts crochus.

Non, franchement, ce premier type d’argument n’est PAS recevable.

Ensuite, j’avoue que je ne comprends vraiment pas pourquoi faire une telle fixation sur le fait de voir ou pas le visage de l’autre (autre argument avancé , la trouvaille de Copé et Fillon : "Ca me gêne de parler à une femme dont je ne vois pas le visage").

Ça me semble dénoter vraiment une conception de la communication très très restrictive-

Et pour aller jusqu’au bout de ma dénonciation, j’ai envie de demander à ces messieurs s’ils ne prennent jamais leurs épouses ou leurs maîtresses "par derrière" pendant l’acte d’amour? Ce qui en terme de "voir le visage" se pose là mais qui, bizarrement, là, ne dérange plus ces mêmes hommes bien pensants...(Jouir d’une femme sans voir son visage pendant toute la durée de l’acte, ça dérange ou pas? ).

Et les aveugles alors ? Qui par définition ne voient le visage de personne? Comment ils fonctionnent? Ils se coupent de toute communication?

Et à la radio, on voit le visage des intervenants? En a-t-on vraiment besoin? Non !

Et quand on téléphone ! On voit l’autre?

Finalement, le ou la voir avec les nouveaux moyens comme le vidéo chat, Skype etc - c’est sympathique ok, mais au fond, ça change quoi? (à part que tu ne peux plus te mettre les doigts dans le nez en téléphonant? ;) LOL)

On est en plein dans la société du "visuel-totalitaire" - du voir et du être vu. Ça ne m’ennuie pas à la rigueur dans certaines conditions, sauf si ça devient une norme imposée (ce qui est le cas) avec son "petit" côté totalitaire -les caméras de surveillance par exemple qui pour moi relèvent de la même maladie mentale que la fixation sur la burqa.

C’est ça que nous imposent aussi les pouvoirs publics de cette façon et moi ça ne me va pas. Et pourtant je n’ai pas de burqa et pourtant je ne suis pas religieuse.

Les raisons liées à la sécurité soi disant?

"Bidon" aussi !

Imaginons - mon père est un rabbin hassid, qui comme tous les rabbins ou presque ressemble à un autre rabbin à s’y méprendre : grande et grosse barbe , toque haute (schtreimel) , peyot ( "papillotes") lunettes, redingote longue etc. Il vient me chercher à l’école primaire disons.

Croyez-vous vraiment que si le lendemain il se pointe sans peyot sans chapeau sans barbe et sans lunettes, on va le reconnaître? Je vous fiche mon billet qu’il n’y a pas une chance.

De même que J. Mesrine arrivait à s’introduire grimé dans des commissariats alors qu’il était en cavale. Sans burqa.

Jusqu’où va-t-on accepter d’aller, là, avec ces délires de sécurité, d’identification ou plutôt "d’identificabilité"?

Ensuite, si le problème est une opposition à la burqa pour des raisons liées soi disant à la laïcité, là encore, la discussion devrait être un peu plus longue - et un peu plus honnête !

Moi je pense que contrairement à ce qu’on nous raconte, nous ne sommes pas dans un état laïque quand le Président de la république, premier magistrat de France, est aussi Chanoine de Latran - donc appliquons la règle pour tous à commencer par nos autorités suprêmes non?

- Les droits de la femme, enfin, également invoqués... Vous croyez sérieusement qu’en leur interdisant la burqa vous allez leur rendre service? Celles qui la portent par obligation religieuses, contraintes ou pas par leur famille, elles vont juste rester cloitrées chez elles. Bravo, beau résultat !

Dernière chose : vous croyez que la burqa a été imposée par leurs familles à toutes celles qui la portent? ERREUR - pour beaucoup de femmes,souvent jeunes, c’est un choix individuel, et bien plus politique que religieux...

On ne peut pas résoudre NOS contradictions par le bas. Ça suffit de faire l’économie de débats ,de réflexions, de connaissances, d’ouverture à l’Autre.

Moi je suis farouchement CONTRE une loi sur la burqa ou le niqab ou les peyot ou les calottes ou les cagoules ou que sais je...(et pourtant, je suis communiste,féministe, laïque et libérale !)


ALORS VIVE LA LIBERTÉ (la vraie) ET M.. AUX CURETONS DE LA RÉPUBLIQUE !

12 commentaires:

Swâmi Petaramesh a dit…

Ce qui devrait poser problème à la féministe, au-delà de la question de la tenue, c'est que je vois de plus en plus régulièrement des femmes "voilées intégral" ("Ninja" plutôt que Burqa), mais que je n'en ai pas encore vu une seule, sur la voie publique ou dans un magasin, qui ne soit pas accompagnée de son gardien mâle, ce qui en dit probablement long sur la "liberté de choix" qu'on peut évoquer à ce propos.
Pour ce qui est de se fourvoyer, je pense que ceux qui se fourvoient sont ceux qui refusent de combattre cela quel que soit le prétexte de ce refus. NO PASARAN !

Osemy a dit…

@Swami: hé hé hé :) et bien justement moi je ne vois pas la même chose que toi. alors peut être que dans ton"pays" elles sont plus comme ça que comme ci, et dans le "mien" plsu l'inverse... a Montreuil par exemple où je me rends assez svt par la force des choses,il m'arrive exceptionnellement, d'en croiser, et en général elles sont "sans mâle" mais "entre femmes et avec enfants"... Alors c'est pas avec ce type d'exemple "moi j'ai vu que" qu'on va y arriver, ô grand guru!
Je maintiens donc mon entier refus pour toutes les raisons expliquées dans cet article. Ce uqi ne signifie nullement que je "cautionne" la burqa. Faut il le préciser? Mais que de mon point de vue on est carrément en plein délire de législation impuissante à atteindre son but mais en revanche tout à fait apte à atteindre celui qu'elle ne veut pas dire. Et je renvoie aux travaux de M Foucault sur le contrôle des corps par les gouvernements...

Swâmi Petaramesh a dit…

Sais pas... Chacun, effectivement, se fait une idée en fonction de ce qu'il peut constater lui-même (alors que je suppose que la majorité des politico-médiatiques qui s'expriment sur ces questions en chaire vivent dans des quartiers ou les Burqua sont plus rares que des billets de 500 Euros oubliés sur le trottoir).
Ce que je constate vu d'ici, c'est que oui, on trouve pas mal de femmes porteuses de "foulard islamique" se promenant seules, souvent plutôt jeunes, et qu'on peut envisager qu'il s'agisse d'un "choix" encore qu'on puisse s'interroger sur les pressions sociales susceptibles de conditionner ce choix "pour avoir la paix".
Par contre, outre les "foulards islamiques", il y a aussi, très minoritaires bien qu'en augmentation, les "voiles intégraux", autrement dit les fantômes, les "ninja", noires de la tête aux pieds avec juste une fente pour les yeux, et des comme ça, je n'en ai pas encore vue une seule non accompagnée de son propriétaire.
Il est clair pour moi que ce retranchement sous le voile met dans l'espace public des gens "présents-absents" sans visage et avec qui la communication est difficilement possible. Il est clair pour moi que cette pratique prétendûment "religieuse" mais avant tout discriminante de genre et rendant les femmes "invisibles" et soumises, tant à "Dieu" en théorie qu'à l'homme en pratique, ne saurait être toléré dans aucun état soucieux de laïcité, de libertés individuelles et d'égalité entre les sexes.
Ce n'est pas raciste que de dire cela, mais j'admets bien volontiers que cela puisse être considéré comme antireligieux, ce que j'assume complètement.
Ce n'est pas "raciste" non plus que de constater qut toutes les "cultures" ne sont pas à égalité à tous points de vue ; j'étais encore hier 40 minutes coincé dans la queue de caisse d'un hypermarché, suivi de 3 «racailles-type» qui, typiquement et comme souvent s'exprimaient à très haute et intelligible voix pour que nul n'en perdre rien à 100 mètres, et j'entendais de leur bouche les propos les plus orduriers et les plus méprisants, les plus insultants à l'égard des femmes en général - tant de la caissière "trop lente" (c'te pouffiasse) - que de la femme qui vidait son caddie (c'te traînée) - que de la mignonne qui passait dans l'allée (c'te grosse pute suce ma bite !). Ça n'avait rien d'original, des comme ça tu en croises tous les jours, et oui, ils émanent beaucoup, énormément, d'un certain "milieu" et d'une certaine "culture", faut quand même avoir l'honnêteté de finir par reconnaître ce que l'on a devant le nez, et si l'on se pique un tant soi peu d'attachement, même sans "féminisme" exacerbé, à l'égalité des sexes et au traitement respectueux de chacun et chacune, à un moment il faudrait peut-être quand même penser à cesser la litanie du "tout le monde il est beau tout le monde il est gentil", et finir par se sortir les doigts du cul et la langue de la bouche...

Osemy a dit…

@Swâmi: t'imagine bien que je sais faire la différence entre un voile intégral et un simple foulard non ? ;) ( comme entre un nu intégral et un string :))
Bon vu que tu me ressors le coup de "la communication sans visage" j'en déduis que t'as pas lu du tout mon texte - ou alors que tu devrais le relire ou alors trouver une autre manière de défendre ce sujet car ce n'est pas répéter en boucle "je ne peux pas parler à qqu'un dont je ne vois pas le visage" c'est pas ça qui va faire avancer le Schmilblick :)
Tiens y'a même une chanson "Eyes without a face" énormissime tube à palots de Billy Idol, remember ( bon ok ça parle d'un film d'horreur des années 60 à la base mais bon...)? Moi ça me gêne pas de parler à qqu'un dont je vois pas le visage.

Swâmi Petaramesh a dit…

@Osemy : Sisisi, j'ai tout bien lu (et je viens de relire) ton texte, ce qui ne veut pas dire, une fois n'est pas coutume, que je partage les opinions que tu y exprimes.
Et je continue personnellement de ressentir - c'est un ressenti, pas forcément raisonné, mais les lois, us et coutumes d'un pays sont faits de ressentis plus ou moins partagés, pas forcément raisonnés - que qqun qui se retranche d'autrui par un voile dans l'espace public manifeste, par ce retrait, par ce refus de montrer quoi que soit de soi-même sinon cette fantomatique et très visible absence, quelque chose d'extrêmement problématique pour une société libre - en tout cas, quelque chose qui m'est très problématique à moi même personnellement ;-)
Et que d'autre part cette forme de très visible "expression" à prétexte religieux fait peser une forme de pression sur les autres personnes se réclamant de la même culture et de la même religion, et que cette pression prosélyte est en elle-même problématique.

La manifestation visible de la domination de la femme (certains contestent que ce soit le cas, j'en prends acte et ne partage pas ce point de vue) dans le monde arabo-musulman est quelque chose qui n'a absolument pas sa place dans une société telle que la notre, et selon moi, notre société ne doit absolument pas l'accepter.

En l'occurrence, je ne me sentirai pas une seconde dérangé par le fait d'interdire à certaines personnes ultra-minoritaires ce qui relèverait peut-être de leur libre-choix, si c'est dans le but de garantir qu'un tel "choix" ne puisse être oppposée à aucune contre sa volonté.

À un moment, il faut savoir mettre en balance ce qui est plus important et ce qui l'est moins, et s'il faut sacrifier le "droit de chacun à se balader déguiser en ninja", ce sera bien une des très rares fois où je serai prêt à reculer sur une liberté individuelle sans verser une larme, pour en protéger une autre bien plus précieuse à mes yeux.

Swâmi Petaramesh a dit…

Pas de ma faute, vient de tomber : « L'auteure et comédienne féministe d'origine algérienne, Rayhana, a été agressée, aspergée d'essence, et insultée, mardi 12 janvier, alors qu'elle se rendait à la Maison des métallos (à Paris dans le 11e arrondissement). » http://2tu.us/1eor

P.S.: Aurais-je mal validé mon précédent commentaire, que je ne vois pas apparaître ?

François a dit…

Salut Elodie,

Tu ne peux pas assimiler Burqua,Niqab et la Cagoule car ça n'a rien à voir.Tu fais un amalgame dangereux entre ce qui est RELIGIEUX (donc inacceptable à mes yeux) :burqa,niqab et la cagoule ou,pourquoi pas,le masque du mardi gras etc...

Mais là n'est pas le VRAI problème il y a deux choses ou questions :1)peut-on accepter dans la sphère publique républicaine des signes ostentatoires de religons ?

Je réponds de manière ferme,totale sans accepter le moindre amendement un NON définitif.

Question N° 2)doit-on répondre non à la question sur le port de la burqa de la manière dont elle est posée par la droite ?

Je réponds NON encore bien plus fort car je refuse l'instrumentalisation qui est faite par le gvt de la burqa.Il ne nous faut pas tomber dans le piège du racisme tendu par cette droite extrème,c'est trop facile.Ils veulent se servir de la burqa pour attiser le racisme et,par conséquent, la haine anti-arabe (musulmane) et,par la même occasion peut-être bien glaner qques voix du FN.

A la question posée par la droite,il faut répondre OUI,sans hésiter.Et cela qu'on soit pour ou contre la burqa.

Moi qui suis absolument contre la burqa je répondrai à la question de cette droite :OUI A LA BURQA !


Ne les laissons pas "enfoncer" le racisme donc le fascisme en instrumentalisant la burqa.

Fraternellement à toustes.

François

Osemy a dit…

@ françois: excuse moi François mais je pense que tu ne sois pas assez le débat public - si je peux me permettre - ce n'est pas moi qui assimile burqa et cagoule mais les politiques qui défendent l'interdiction de la burqa au nom de la sécurité!

François a dit…

@Elodie,

Tout à fait ,autant pour moi ,tu as entièrement raison .J'ai pourtant lu avec attention ton article.

C'est vrai ils assimilent la Burqa à la cagoule donc,au terrorisme et il ne faut pas tomber dans ce piège.

Nous sommes donc,je pense,d'accord.

François a dit…

Au fait,en parlant de l'interdiction des cagoules.

Dans les manifs les gens en cagoules sont ,le plus souvent,des appariteurs de la police quand ce ne sont pas les flics eux-mêmes.Hé hé ,ils vont être emmerdés là si vraiment une loi passe dans ce sens.

Décidément sarko est un fin limier.

François

ag94 a dit…

certes j'ai été viré de Bella Ciao mais là je voudrais bien reprendre ton article car marre de marre de mes camarades qui me parlent d'émancipation des femme qui sont infoutus de me dire ce qu'est une burqa au point de ne pas faire la différence entre un casque, un foulard et le reste.
ce qui me rend le plus dingue c'est l'interdiction c'est pour conséquence l'enfermement absolu et tout le monde s'en fout, faut dégager le paysage et casser le thermomètre.
Je milite dans une ville populaire et on bien plus de chômeurs, de futurs expulsés, de femmes battues, de mômes perdus que de burqa, on n'a plus de burqa d'ailleurs la seule femme qui en portait une est désormais recluse dans un village au fond de la Kabylie, belle victoire, pour elle, pour nous.
Il est faux et c'est un raccourci malhonnête de prétendre que ces femmes soient suivies de leurs ma^les, les questions d'intégrisme demandent un peu plus de discernement et un peu moins de TF1, un peu plus de reculs sur les mécanismes qui amènent à...
Et maintenant de la burqa on passe au foulard et demain à quoi puisque les capuches et les cagoules c'est fait.
QUAND AU NOM DE LA SECURITE SARKOZYENNE NOUS SERONS TOUES EN TAULE IL FERA BEAU POUR LA REVOLUTION TIENS.
Alors marre de ces mecs qui excluent les femmes, les victimes de fait, dans le fond c'est peut-être le seul moyen de pas subir tous ces cons, de tirer la grille.

Osemy a dit…

@ag94: je pense savoir qui tu es je suis tes échanges avec d'autres mb du pc sur le sujet. Mes textes sont à disposition de toutes et tous virés de Bc ou pas, peu importe. Tu n'as qu'à mettre le lien de ce blog. Je me retrouve tout à fait sur ta position sur ce sujet précis de la burqa.Ne lâche pas. LA position défendue par Gérin et son courant est réactionnaire et régressiste, elle va à l'encontre du bien de ces femmes et des femmes en général, elle est le contraire de ce à quoi devrait amener la dialectique marxienne. A mettre dans le même panier que l'intvw dégueulasse de Mélenchon au sujet de la candidate du NPA, d'ailleurs. Elle a bon dos "la République". Ciao .