mardi 2 décembre 2008

"Arrestation musclée d’un journaliste : sale temps pour les libertés", LDH



"Communiqué de la LDH

- Le 28 novembre 2008 à 6h30 du matin, la police sonne au domicile d’un journaliste de Libération

Il est, devant ses jeunes enfants, menotté, humilié, traité de manière insultante. En garde à vue, il sera contraint de se déshabiller entièrement et soumis à deux fouilles intégrales. Motif : 2 ans plus tôt, un commentaire avait été laissé sur le site de Libération par un internaute à propos d’une procédure judiciaire ; la personne visée par cette procédure avait porté plainte pour diffamation contre le journaliste qui était à l’époque directeur de publication. Affaire banale, la justice de la République en a traité des centaines.

Quelques jours plus tôt, la police recherche en Limousin les auteurs de plusieurs sabotages, dont la ministre de l’Intérieur elle-même reconnaît qu’il n’ont mis aucune vie en danger. Là encore, intrusion violente en pleine nuit dans les domiciles ; fouilles et arrestations d’une brutalité qui a provoqué l’indignation dans toute la région. Les personnes arrêtées, pourtant présumées innocentes, sont présentées à l’opinion comme de dangereux terroristes, en violation délibérée du secret de l’instruction.

Une semaine auparavant, le 17 novembre 2008, 4 gendarmes et un maître-chien font irruption à l’improviste dans dix classes du collège de Marciac, dans le Gers. Sans un mot, le chien est lancé à travers les classes. Les enseignants ne peuvent obtenir aucune explication. Trente jeunes « suspects » sont regroupés dans une salle, fouillés, parfois déshabillés ; leurs témoignages relatent des propos humiliants, menaçants et agressifs face à ces élèves tous traités comme des dealers présumés. En sortant, les gendarmes, qui n’ont rien trouvé, félicitent tous les élèves pour avoir « caché leur came et abusé leur chien ».

Point commun entre ces trois affaires : un journaliste à Paris, quelques villageois en Limousin, quelques dizaines de collégiens dans le Gers, sont présumés être de dangereux malfaiteurs et traités de manière brutale, humiliante et pour le moins disproportionnée par rapport aux missions de la police judiciaire.

Liberté de la presse, présomption d’innocence, droit des justiciables, et simple respect en toute circonstance de la dignité des personnes : qu’est ce qui, dans l’attitude des autorités politiques, laisse croire à des magistrats, à des gendarmes, à des policiers qu’ils peuvent impunément ignorer toutes ces règles constitutionnelles et internationales de protection des droits de l’Homme ?

La LDH considère qu’il est urgent de réagir contre des dérives de plus en plus inacceptables de pratiques judiciaires et policières qui deviennent incompatibles avec l’Etat de droit.

Paris, le 1er décembre 2008"

6 commentaires:

Anonyme a dit…

il faut réagir sinon ,bientot il suffira que 2 corses mangent dans un restaurant basque en compagnie d extremistes issus le la mouvance ultra gauche pour se faire apprehender par le gign avant le dessert...
une honte !
Makhno

Osemy a dit…

Ah putaing cong dis moi pas que c'est pas vrai et que la police a rien fait??????? !!!!


:-))

Chien Guevara a dit…

Petit billet de mon amie Nawa, sur le sujet :
http://forget.e-monsite.com/rubrique,pdg-de-libe-en-garde-a-vue,1117908.html

Amitiés Makhno et bises Elodie

François a dit…

Salut Elodie,
Super la musique,c'est un plus appréciable.

Il est évident que la parono des cinglés du gouvernement augmente avec le passage de toutes leurs lois liberticides;ils savent bien qu'un éclatement social arrive de manière certaine.

Cela se traduit par des actions violentes de la part des flics à partir de tout et n'importe quoi.

Dans cette affaire il est évident que les flics ont,une fois de plus,eu une conduite proche de celle des nazis.

Ajoutons les gosses que l'on veut mettre en taule,les malades mentaux,les flics qui vont dans les écoles avec des chiens pour fouiller des mômes de 10 à 12 ans et qui en profite pour rafler les gosses de sans papiers...etc...etc

On s'aperçoit que l'on n'est plus en démocratie mais bien dans une dictature qui se renforce de jour en jour.Et que nous devons,au plus vite,la combattre et pas par les élections !

Fraternellement à toustes

François

Anonyme a dit…

L'affaire du journaliste de libé fort mediatisée,en a choqué plus d'un.Nous sommes face a une dictature le pouvoir de l'argent pour finir d'assouvir sa soif immodérée de profit,doit s'assurer que les peuples seront bientot soumis apres le temps de la propagande telévisuelle et radio voici venu le temps de la repression.Cela ne vous rappelle t'il rien?
Alors on attends quoi pour rentrer en resistance?
PS (hé non j'ai pas dit parti socialiste) pour la musique sur le blog je te conseille lagrimas y gozos des larmes et des joies de SKA P la musique n'adoucit pas toujours les moeurs celle ci en l'occurence doit s'ecouter tres fort qui sait ça peut peu etre en reveiller plus d'uns.

Anonyme a dit…

Je me suis mal exprimé en plus avec des fautes.Pour l'histoire de journaleu bien mediatisée combien d'autres mesures et actions policières qui ne touchent personne,le flicage généralisé les appels d'offres pour fliquer les enseignants la base élèves une honte qui épurée n'en ai que plus dangereuse les enfants les sans papiers expulsés traités comme des chiens le flicage partout,par contre la délinquance en col blanc celle la on l'oublie.
Hortefeux et vichy etc etc
Gobierno ladron