dimanche 26 octobre 2008

ALLO LA LUNE? ICI LA TERRE!

Allô la Lune? Ici la Terre !

Je suis dépitée.

Et je suis furieuse (j’en ai marre, je passe les trois quarts de mes journées dans un état de colère indescriptible en ce moment). C’est plus fort que moi.

Dès que je pose le pied par terre le matin, ma tension monte d’un cran. Suffit que j’écoute la radio, que j’allume la TV, que je jette un oeil aux journaux, bing, ça loupe pas, je suis véner.

En Italie, même un Veltroni (vous savez l’ex du PCI qui n’a "jamais été communiste" sic) et son parti "démocrate" (avec lesquels je n’ai quasiment aucune affinité) méritent quand même plus de respect que les fantoches politiques qui prétendent nous représenter ici....

Il y a une culture de la mobilisation, de la manifestation, que nous semblons avoir complètement perdue ici.

Il y a quelques jours, c’était les étudiants, ou encore, Rifondazione Comunista, qui parvenaient à mettre des centaines de milliers de personnes dans la rue.

Aujourd’hui, le parti démocrate et les forces affiliées, qui auraient amené presque 2 millions d’Italiens à manifester.

Et en France????

En France RIEN.

NADA. MAKACHE. NIENTE. NICHTS.

Pas un frémissement. Pas une paupière, pas un cil qui bouge.

Ni chez les communistes, ni chez les sociaux-démocrates, ni chez les sociaux-libéraux.

Rien du PCF, rien de la LCR, rien du PS, rien des Verts, et évidemment, rien du Modem (je précise pour la bonne bouche, rien non plus du soi disant mouvement "antilibéral et altermondialiste").

Eh oh où êtes vous? ! Y’a quelqu’un? Qui va la prendre, l’initiative unitaire nécessaire et salutaire que nous attendons toutes et tous?

Soyons clairs : on ne vous demande pas de vous mettre d’accord sur un programme de gouvernement (là ppffff....je crois qu’il vaut mieux demander la lune justement, on aura plus de chance de l’avoir) on ne vous demande pas de vous mettre d’accord sur qui serait Ministre du truc et secrétaire d’état aux machins (franchement tout ça, c’est un peu du bidonnage s’il n’y a pas la démocratie prolétarienne).

Non on vous demande juste de faire votre boulot, votre "minimum syndical" quoi.

Le seul point commun qui caractérise toute cette "opposition", c’est sa passivité et une volonté de ne pas agir (je pèse mes mots). On préfère se disputer des lambeaux ( je dis bien des lambeaux) de petit pouvoir médiocre, continuer à renforcer la bureaucratie, l’esprit électoraliste, plutôt que de faire son boulot de base.

Ah ça, pour les querelles intestines, les enculages de mouche, pas de problème y’a du monde au portillon !

S’il faut trouver 500 personnes pour faire une réunion de constitution d’une "nouvelle force politique de gauche" à Saint Denis, par exemple, ou 1000 pour constituer tel truc, là oui y’a aussi du monde.

Pour savoir qui des stalinistes ou des trotskistes ou des anarchistes ou des maoïstes ou des léninistes ou des altermondialistes ou de je ne sais, qui serait le plus "pur", le plus "à même de", le plus "légitime", celui qui est le plus beau, le plus fort , le plus intelligent.... ça y’a pas de souci, on a des volontaires pour se taper sur la gueule entre nous jusqu’à l’écœurement complet de celles et ceux qui nous regardent (encore).

Les uns et les autres ont toujours de bonnes, d’excellentes raisons pour expliquer le pourquoi du comment on ne fait rien.

Je cite en vrac : "les manifestations ça ne sert à rien" (ah bon?), "les Français ne sont pas prêts" (re-ah bon? des preuves, je veux des preuves que nous ne serions pas prêts), "nous n’avons pas trouvé de points d’accord pour nous réunir" (alors là j’en suis baba ! normalement là ça ne devrait pas manquer)."Ca doit venir de la base" (putain, elle est bonne celle là).Et j’en passe, le plus souvent, c’est d’ailleurs silence radio.

Mais qu’est ce qui les tétanise à ce point, tous ces dirigeants et porte parole "de gauche"? Qu’est ce qui les retient? De quoi ont ils peur? De quoi ont ils besoin?

J’en prendrai volontiers un pour taper sur l’autre, si vous me passez l’expression. Ça commence VRAIMENT à me gonfler (et je ne suis pas la seule).

Le message au fond c’est quoi? "Travailleuses travailleurs démerdez vous tout seuls"?

Merci bien, mais dans ce cas, à quoi servent nos cotisations et notre implication quotidienne dans la vie de nos organisations politiques?

A rien. Ok, ça c’est reçu 5 sur 5.

Et après, ce sont les mêmes qui vont s’étonner de ne pas faire plus de 10 % tous réuni-e-s ou de se prendre des œufs pourris dans la figure? ! Mais faut pas s’étonner !

On va me dire "vous - les militants- ne devriez pas attendre que...." sauf que, désolée, dans l’état actuel des choses, ce ne sont pas les militant-e-s qui ont le contrôle de leurs appareils (et ça va falloir que ça change sérieusement et vite).

Je pense que si c’était nous les adhérents (et pas juste quelques uns d’entre nous) qui avions la possibilité de faire un communiqué de presse, de préparer des affiches, des tracts, de lancer une campagne nationale pour mettre en place cette mobilisation de masse unitaire... ça irait plus vite.

Bien sûr, il ne s’agit pas "d’appuyer sur un bouton" - j’entends déjà les critiques des bureaucrates acharnés de tout bords qui vont s’en donner à cœur joie pour fustiger mon soi disant côté "gauchiste" !

Pourtant, nous sommes des milliers à vouloir défiler ENSEMBLE, contre le capitalisme, contre la bourgeoisie, contre l’État policier, POUR UN AUTRE MONDE ! Nous rongeons notre frein comme des lions en cage. Tout ne peut pas reposer sur les syndicalistes !

La haine contre vous, les dirigeants, le ressentiment, montent en nous violemment, car au delà de l’inaction imposée, de la bride serrée autour de notre cou, ce que nous sentons plus ou moins confusément, c’est que vous voulez nous déposséder de la Politique, c’est que vous contribuez à notre dépolitisation, à la dépolitisation de notre classe.

Et ça, c’est impardonnable.

Camarades, compagnons, amis, SOYONS RÉALISTES, DEMANDONS L’IMPOSSIBLE ! ... Demandons à nos organisations politiques de faire leur boulot.

Tout simplement.

10 commentaires:

Les élucubrations du vieux rouge a dit…

BON DIEU !!! en voilà des phrases qui font du bien (Merci ma Louve de mettre des mots sur mes pensées) , Faudra t'il attendre que nous soyons tous crevés la gueule ouverte pour que nos responsables se bougent le cul.
Bises fraternelles.
GR

Anonyme a dit…

Tout à fait juste ta colère,mais jusqu'a quand allons nous nous taire.
La résistance au pouvoir en place devrait depuis longtemps se manifester.Puis rien le silence.On se contente de créer un nouveau parti,le seul fait de l'appeler anti capitaliste au yeux de ceux avec qui j'en ai parlé leur suffirait c'est leur petite révolution presque sans bouger ,en adhérant comme ça un soir dans une enième réunion ou bien sur on va casser du sucre sur le dos des autres camarades pas assez a gauche etc etc...De mon coté socialiste et oui je suis encore socialiste certains n'ont d'yeux que sur le congrés qui de blanc vetue ou plus antilibéral que lui tu meurs sera élu,et pendant ce temps la machine infernale fait son chemin,aprés avoir anéanti partout dans le monde des salariés des paysans,la machine est encore en marche elle jette ou jettera encore des milliers de gens à la rue.La rue il faudrai l'occuper avant que l'on nous y jette,mais rien rien ne bouge.Je ne comprends pas moi aussi pourquoi rien ne bouge,enfin si le capitalisme et le libéralisme ont endoloris tout le monde chacun pour son bien etre est peut etre pret a descendre dans la rue mais sans plus,le minimum syndical,nos dirigeants syndicaux politiques sont eux aussi au minimum carrière carrière quand tu nous tiens.Je suis pessimiste,mais si nous ne bougeons pas bientot plutot que nous dechirer entre nous il sera trop tard,oserons nous encore nous regarder dans les yeux.Je ne crois pas.Qui sait le jour ou nous n'auront plus les moyens d'abreuver notre cerveau d'informations qui lobotomisent,quand nos ventres seront creux,vidés des fast et de la m.... industrielle dont on nous gave,nos cerveaux se remettront peut etre à reflechir,et à imaginer un autre monde.

Thierry Chaminade a dit…

Je suis bien daccord avec toi mais je me permet un commentaire....

Ayant rejoint le NPA , je ne comprend pas pourquoi on tappe sur nous... Je suis aussi militant CGT et je pense qu'il est difficile aujourd'hui de mobiliser. Le problème est dans la désinformation et comme tout le monde se bat sur pleins de front (sans papiers, edwige, christina, vichy, poste, hopitaux, franchises etc...) cela nous laisse sans forces...

Il est clair que la gauche devrai s'unir (pcf npa lo pcoi pcof etc..) mais quand on vois le comportement de certains a la fête de l'huma par ex, ou apres les municipales, et j'arrète la, on comprend mieux que personne ne veut s'unnir.

Le NPA sera une nouvelle force de gauche reunissant pas mal de monde. Pour l'instant nous nous battons partout et créons ce nouveau parti anticapitaliste.

Je pense que quand les français seront pret a bouger, ce sera le momment. Preparons nous a cela et ne rentrons pas dans piege sarkosien qui est de nous disperser.

Amicalement

Thierry

Anonyme a dit…

Ce n'est pas possible la louve pas toi. Si ta colère est rafraichissante, elle n'est pas bonne conseillère si je peux me le permettre.
Ton coups de gueule serait tout à fait acceptable chez une personne qui n'a que sa rage pour pensée politique (ce qui est déjà pas mal, sans ça pas de conscience de classe !) mais je ne le comprends pas quand elle vient de toi et pourtant je n'ai rien d'un bureaucrate, crois moi.
Tu ne peux pas écrire que Veltroni mérite plus de respect que les fantoches politiques français, désolé, même sous le coups de la colère. On ne peut pas décréter une mobilisation de masse même avec la meilleure volonté du monde. Les rythmes de la lutte de classe en France et en Italie ne sont pas les mêmes et le seul volontarisme ne changera pas les choses. Il n'y avait personne dans les rues en Italie pendant le CPE en France, tu en tires quoi comme conclusion pour la combativité du mouvement social italien ? Rien bien sûr.
Qu'il y ait du monde dans la rue en Italie aujourd'hui, c'est une chose, que Veltroni mobilise contre Berlusconi c'en est une autre mais sur quels mots d'ordre, avec quels objectifs,et avec quels rapports de force à l'intérieur du mouvement entre les "bayrouistes" et la gauche radicale italienne. Plus que les chiffres bruts, ce sont ces éléments qui nous permettraient de comprendre la situation. Berlusconi, même s'il est dangereux n'a rien d'un Sarkozy, c'est un bouffon, une caricature qui surfe sur la déconfiture de la gauche italienne. Sarkozy est un adversaire bien plus sérieux qui d'ailleurs a démontré aujourd'hui à la bourgeoisie mondialisée qu'il peut apporter une réponse crédible à la crise. Berlusconi n'est pris au sérieux par aucun grand patron qui se respecte et les grands dirigeants de la planète le méprisent. Ce n'est pas la première fois qu'il y a contre lui 2,5 millions de manifestants à Rome (chiffres probablement exagérés comme la dernière fois où j'y étais et où ils avaient annoncé 2.5 millions et que la manif m'avait semblé moins impressionnante que la manif du 1 mai 2002 à Paris), mais la force d'un mouvement ne se limite pas au chiffre brut des manifestants. Les manifs du CPE à Paris étaient bien plus politisées, bien plus dangereuses pour la bourgeoisie que la plus grosse manif de tous les temps à Paris probablement, le 1 mai 2002 qui était dépolitisée, et réduite à une opposition morale à un personnage Le Pen.
Ce dont on a besoin aujourd'hui c'est une stratégie. Quels sont les leviers possibles pour une mobilisation d'envergure ? Comment faire tant que le ps est en congrès et que nous sommes dans l'attente des congrès du pcf et du NPA ? Pour rappel, ce n'est pas le cas des démocrates, et rifondazione sort de son congrès, ce qui change beaucoup de chose tu le sais bien.
Comment faire alors que le pcf a explicitement refusé une proposition du NPA de construire des mobilisations unitaires sans attendre l'accord du ps ? Comment faire alors que le ps refuse (en attendant son congrès ?) toute construction unitaire d'une mobilisation d'ampleur.
Le NPA n'en fait peut-être pas suffisamment mais y aller seul, c'est faire un remake de la manif du pcf (10000 personnes au plus), une énorme dépense d'énergie et de moyens (moyens qui ne sont pas infinis) et tout cela pour rien à part montrer qu'on existe.
Alors quoi ? Quelle stratégie à part les appels dans le vide, les indignations justifiées et les colères du matin ?
Tiens, j'ai une idée la louve. Pourquoi pas mener une bataille interne au pcf pour que vos dirigeants acceptent ce qu'ils refusent jusqu'à présent, construire avec le NPA sans attendre le PS une mobilisation contre les effets pour les salariés de la gestion de la crise financière par le gouvernement?

Cela vaudra mille indignations et mille colères et j'en connais un certain nombre au NPA qui trépignent d'impatience.

Langue-rouge

Osemy a dit…

bonjour thierry

tu noteras que je ne tape pas sur le NPA - mon principe est et reste que chaque militant décide de SON orga'!

Je refuse de sombrer avec le NPA dans un travers qui a déjà coûté cher au mouvement communiste via le PCF et le centralisme soviétique à savoir qu'il ne doit y avoir qu'un parti et qu'une seule vision du communisme.

Je reconnais la légitimité et le droit au NPA d'exister et de défendre les conceptions qu'il croit être justes mais à ce jour le NPA (la LCR pour le moment) n'a rien prouvé de plus que le PCF!

Je renvoie les deux dos à dos mais je ne m'arrête pas là. Je veux aller de l'avant. Mais il faut uen volonté partagée.

Quant à attendre que "tous les Français" soient prêts, je pense que c'est une utopie (aucune révolution ne s'est construite ainsi, sur la base d'un fait unanime) et la notion d'avant garde a pour moi gardé tout son sens; sans que cependant je reconnaisse à cette avant garde "par nature" plus de droits qu'à d'autres.

Je maintiens que ne pas organiser de manifestations sur des mots d'ordre clairs et simples: "application des 35 heures et augmentation des salaires", de donner l'argent public au bien public, de la critique du gouvernement et de Sarkozy c'est tout à fait suffisant pour commencer et que ne serions nous que 10 000 à cette première manifestation nous devrions la faire car à la prochaine nous serons peut être 25.000 etc etc.... Rappelle toi de 1995 ça n'a pas commencé tout de suite à être un mouvement national de très grande ampleur.

Je n'ai pas besoin plus du NPa que du PS si le NPA fonde toute sa stratégie sur la voir réformiste et personnellement je préfèrerais que le NPA fasse le pari de devenir un parti communiste de masse plutôt qu'un parti de masse social démocrate qui reste "dans les clous".

Je ne comprends pas pourquoi le NPA/LCR ne prend pas les devants puisque le PC ne le fait pas et que la LCr/NPA tape à bras raccourcis ( et avec raison) sur le PC... critiquer c'est bien mais proposer c'est mieux.

Une manif unitaire dans laquelle chaque orga aurait son "mot d'ordre", son drapeau me semblerait déjà un bon début. La gauche communiste a besoin d'être unie.

Et qu'on ne vienne pas me sortir le coup des choix du PC par rapport au PS ( que je conteste depuis mon entrée au PCF) pour nous opposer une fin de non recevoir - ce serai très malhonnête car la LCR/NPA peut s'unir avec les camarades du PCF qui ne partagent pas cette voie voire la combattent.

Le meilleur moyen de cesser de nous disperser est que nos organisations respectives fassent leur boulot de base.

Petit à petit l'oiseau fait son nid, encore faut il commencer quelque part!

Salutations militantes

La Louve

Osemy a dit…

Langue Rouge tu exagères....

Tu me fais dire ce que je n'ai pas dit....

"On ne peut pas décréter une mobilisation de masse même avec la meilleure volonté du monde."

Très juste merci je suis au courant! Ce n'est pas ce que je propose - c'est toi qui rajoute "de masse"" - mais je pense, comme je le disais à Thierry, que le concept d'avant garde a encore un sens.Qui ne tente rien n'a rien et les manifestations sont à double direction - vers le pouvoir et vers les citoyens.

" Les rythmes de la lutte de classe en France et en Italie ne sont pas les mêmes et le seul volontarisme ne changera pas les choses."

C'est évident et comparaison n'est pas raison. Cela étant dit, je constate - en Italie il y a une culture du mouvement générale que nous n'avons pas et que nous ne faisons rien pour avoir.

"Il n'y avait personne dans les rues en Italie pendant le CPE en France, tu en tires quoi comme conclusion pour la combativité du mouvement social italien ? Rien bien sûr."

Ah ah ah elle est bonne celle-là!! J'imagine que c'était de l'humour - à moins que tu contestes le caractère international de la Krise actuelle et de ses effets????


"Qu'il y ait du monde dans la rue en Italie aujourd'hui, c'est une chose, que Veltroni mobilise contre Berlusconi c'en est une autre mais sur quels mots d'ordre, avec quels objectifs,et avec quels rapports de force à l'intérieur du mouvement entre les "bayrouistes" et la gauche radicale italienne."

Bien sûr que les mots d'ordre et la couleur des orgas ont leur importance- je dis justement qu'en ne faisant RIEN, nous communistes, nous ouvrons grand la PORTE à un PD /Veltroni sauce française. Je sais parfaitement que le stade qui se joue actuellement en Italie n'est pas le même que celui qui se joue ici. Ma question est: veux tu que nous en arrivions à la situation italienne?


"Plus que les chiffres bruts, ce sont ces éléments qui nous permettraient de comprendre la situation. Berlusconi, même s'il est dangereux n'a rien d'un Sarkozy, c'est un bouffon, une caricature qui surfe sur la déconfiture de la gauche italienne."

Je partage presque ton opinion et c'est bien plus Fini par ex qui me fait peur pour l'Italie que Berlusconi. Je ne vois pas ce que ça change - car ce n'est pas moi qui compare (même implicitement) Sarkozy et Berlusconi !!! Ma référence àl 'exemple italien est "toutes proportions gardées".

"Sarkozy est un adversaire bien plus sérieux qui d'ailleurs a démontré aujourd'hui à la bourgeoisie mondialisée qu'il peut apporter une réponse crédible à la crise."

Ah ça me fait plaisir de lire ça... donc on se mobilise en Italie contre un Bouffon et en France contre un fasciste new look on laisse faire sans réagir? C'est un raisonnement étrange.

" Berlusconi n'est pris au sérieux par aucun grand patron qui se respecte et les grands dirigeants de la planète le méprisent".

Parce que tu crois que les grands dirigeants de la planète respectent Sarkoy???? J'ai lu ce week end le Frankfurter Allgemeine et le Suddeutsche Zeitung ce n'est pas l'impression que j'en ai eue.J'ai regardé CNN et Skynews et ce n'est pas l'impression que j'en ai eue? J'ai regardé l chaîne chinoise en Français "CCTV" je serais plus modérée que toi!

Si même les trotskistes sont victimes de l'intoxication et de la propagande informationnelle du grand Capital où va t on mon cher? Et l'internationalisme appliqué à la presse vous en faites quoi??? Lisez "ailleurs" écoutez "ailleurs"... L'ampleur du bourrage de crâne hexagonal sur Sarkozy est impressionnante.

Je dirais encore qu'être craint et être respecté n'est pas la même chose. Et Sarkozy est craint. Comme Fouché l'était si tu vois ce que je veux dire.

"Ce n'est pas la première fois qu'il y a contre lui 2,5 millions de manifestants à Rome (chiffres probablement exagérés comme la dernière fois où j'y étais et où ils avaient annoncé 2.5 millions et que la manif m'avait semblé moins impressionnante que la manif du 1 mai 2002 à Paris), mais la force d'un mouvement ne se limite pas au chiffre brut des manifestants."

Certes certes mais c'est un début excuse moi.

"Les manifs du CPE à Paris étaient bien plus politisées, bien plus dangereuses pour la bourgeoisie que la plus grosse manif de tous les temps à Paris probablement, le 1 mai 2002 qui était dépolitisée, et réduite à une opposition morale à un personnage Le Pen."

Ah mais décidément tu me prêtes des idées idiotes! quand je dis "veltroni met deux millions de eux personnes dans la rue" tu imagines bien que -en fin j'espère - je sais qu'il ne le fait pas sur des mots d'ordre socialistes ou communistes!!! Et ce que j'ai fait là c'est me contenter de rapporter un fait pour dire : le PS n'est même pas foutu d'en faire autant!!! congrès ou pas congrès, je m'en cague. Y'a quand même le feu au lac si on n'a pas compris c'est grave???

"Ce dont on a besoin aujourd'hui c'est une stratégie. Quels sont les leviers possibles pour une mobilisation d'envergure ?"

Pas d'accord dans le sens où toi avant même de viser la mobilisation des éléments les plus déterminés, tu vises "la mobilisation d'envergure" - excuse moi, on ne parle pas de la même chose et on n'a pas le même but camarade.

A moins d'être devenue complètement conne je sais que les communistes en France ne sont pas majoritaires!!!! Mais nous sommes nombreux/ses et sans doute déterminé-e-s - faut commencer par là.


"Comment faire tant que le ps est en congrès et que nous sommes dans l'attente des congrès du pcf et du NPA ?"

Mais vous êtes insupportables avec cette histoire de congrès! Oui tout le monde est en congrès et alors? Ça fait combien de personnes "en congrès"???? Si demain la révolution explosait tu dirais quoi?? "Pouce, attendez on est en Congrès"? !! Non franchement là je me marre - vous pouvez pas faire deux choses à la fois? Le congrès et l'action collective?

Ben dis donc...



"Comment faire alors que le pcf a explicitement refusé une proposition du NPA de construire des mobilisations unitaires sans attendre l'accord du ps ? "

Tu veux vraiment la réponse?

Allez je t'explique.

D'abord la LCR/NPA publie cette proposition refusée car nous ne sommes pas au courant. Balancez les courriers!! Vous êtes encore des révolutionnaires ou vous êtes déjà rentrés dans le rang les gars??

Ensuite passez par dessus la tête des directions nationales - la situation l'exige ou pas? Adressez vous aux militants communistes de toutes obédiences.

Ah je conçois que vous avez peut de ne pas être 15000 dans la rue pour commencer... Ca la ficherait mal vous dites vous...toujours les petits calculs la petite stratégie... Je ne vous jette pas la pierre je pense que cette fichue direction du PCf se dit la même chose.

Et pourtant je partage ton avis quand tu dis plus haut ce uqi effraie plus la bourgeoisie c'est la mobilisation déterminée sur des revendications de classe plutôt qu'une mobilisation de masse sur des bases idéologiques sommes toutes bourgeoises!

"Comment faire alors que le ps refuse (en attendant son congrès ?) toute construction unitaire d'une mobilisation d'ampleur."


AH AH AH A H - je réponds là ou c'était une blague? tu reproches au PC de dire qu'ils n'y vont pas sans le PS et tu me demandes ensuite ça???????

"Le NPA n'en fait peut-être pas suffisamment mais y aller seul, c'est faire un remake de la manif du pcf (10000 personnes au plus), une énorme dépense d'énergie et de moyens (moyens qui ne sont pas infinis) et tout cela pour rien à part montrer qu'on existe."


Et ben voilà merci de ton honnêteté, vous êtes dans le concours de bites. C'est pathétique. Je préférais largement le Besancenot avec qui j'ai partagé une estrade le 4 février 2008 à Versailles devant allez, 2000 personnes ( une foule quoi...) mais qui était là avec bové avec attac, avec le Pcf avec d'autres, parce qu'il croyait ça juste d'être là plutôt que ce que tues en train de me servir comme poisson d'avril pas frais.

En fait,comme le PCF, vous êtes à fond dans la domination de l'apparence et la société du spectacle...

On attend toujours plus des révolutionnaires, des grandes gueules que des autres. C'est comme ça.

"Alors quoi ? Quelle stratégie à part les appels dans le vide, les indignations justifiées et les colères du matin ?
Tiens, j'ai une idée la louve. Pourquoi pas mener une bataille interne au pcf pour que vos dirigeants acceptent ce qu'ils refusent jusqu'à présent, construire avec le NPA sans attendre le PS une mobilisation contre les effets pour les salariés de la gestion de la crise financière par le gouvernement?"

T'es mignon mais je t'ai pas attendu - et je vais continuer . Congrès ou pas congrès. Mais faudrait songer à vous montrer un peu plus "ouverts " au mouvement et aux communistes qui ne sont pas de chez vous les camarades.

J'ai aucun pb de conscience à défiler sans ma direction avec mon drapeau PCF dans une manif organisée par le NPA/LCR - mais est ce que vous vous le supporteriez? Si oui et bien on se lance quand vous voulez.

Sur ce camarade, salutations miitantes.

Anonyme a dit…

"Le seul point commun qui caractérise toute cette "opposition", c’est sa passivité et une volonté de ne pas agir (je pèse mes mots). On préfère se disputer des lambeaux ( je dis bien des lambeaux) de petit pouvoir médiocre, continuer à renforcer la bureaucratie, l’esprit électoraliste, plutôt que de faire son boulot de base."
voila , tu as tout resumé.
superbe coup de gueule ,une nouvelle fois.
nos secretariat de section sont "verrouillés" nos fede sont "verrouillées ,pour quelques miettes de pouvoir.et plus tu montes ,plus ils y en a qui "verrouillent" si bien qu a force tout est vérolé !
et le sommet de la pyramide n est plus que jeu de pouvoir....
si la base ne prend pas les choses en main ,vite , il sera trop tard

Makhno

François a dit…

Salut Elodie,
Tu ne seras pas surprise de savoir que je suis entièrement d'accord avec toi,évidemment.

En voyant le JT du soir sur la trois ,j'ai eu la même pensée que toi.Je te jure que j'avais les boules mais alors menu.

Heureusement je connais une Louve qui fait de supers articles,ça console et on se sent un peu moins seul.

De plus ,hier dimanche,nous sommes allé Monique ,moi et un couple d'amis en Espagne.Il faisait un temps superbe;ici on a vraiment l'été indien.En arrivant du côté d'Espelette,sur la côte Basque,on a vu des files de bagnoles garées des deux côtés de la route sur ,au moins,4 kms et une quarantaines de cars !!! Etait-ce une manif ...? Non... c'était la fête du piment...

Bien sûr je n'ai rien contre les gens qui profitent de qque chose de gratuit,comme les foires à tout où ce genre de chose, mais merde à la manif pour la défense des retraites il y avait un petit Km de voitures garées et SIX cars au total !! Que ça pour 2 départements:Pyrénées Atlantiques et Lande(64 et 40).Voilà ce qui me met hors de moi,on aurait dû vendre du piment...hein ?

Mais tu as raison chère camarade de pousser des coups de gueule comme tu le fais si bien;ça oblige certains à se ressaisir et d'autres à "pousser"leurs responsables,j'en suis certains;ça finira par payer,j'en ai la conviction.

Pour ma part,j'ai envoyé ton papier à un bonne trentaine de personnes.Très peu m'ont répondu (5 ou 6) mais de manière totalement conquises.Tu vois,ça paie.

Par ailleurs,je suis moi aussi convaincu qu'un grand mouvement de masse ne se décrète pas et qu'il faut y aller en commençant par un début,comme tu dis 10 000 puis 20 ,puis trente ou quarante milles jusqu'au jour où nous serons des centaines de milliers, voire plus.D'ailleurs,l'effet "boule de neige" à déjà fait ses preuves;il faut démarrer la boule,c'est tout.

Et nous devrions pour cela pouvoir compter sur les responsables des syndicats et partis politiques mais voilà,ça ne bouge pas.Et tu as raison de parler de OB qui semble avoir la tête plus aux élections qu'aux manifs.J'espère que la base de la LCR va pousser au cul là aussi,ainsi qu'à LO car putain ça URGE !!!

Mais je refuse le découragement,on va l'emporter car nous sommes énormément plus nombreux que nos ennemis : nous sommes des millions contre qques tout petits milliers,soit ,en gros UN POUR MILLE! Qu'est-ce qu'on attend ?

Tous ensemble,en avant !!!

Et encore bravo à toi Elodie et fraternellement à toustes.

François

D. a dit…

ça fait plusieurs jours que je lis "l’Humz".

Rien sur les mouvements d’ampleur en Colombie. Des petites manchettes sur le mouvement social en Italie. A croire que les indigènes, autochtones n’existent pas. Allez savoir. Par contre, on nous ressert des plats froids à propose du Chez ou de Allende. Ce sont deux personnages respectables mais il faut remarquer qu’ils n’ont pas reçu un soutien populaire formidable de leur vivant. Il semblerait que certains aient compris qu’il faut aider les gens de bonne volonté de leur vivant.

Sinon, à propos de ceux qui vous disent qu’ils viennent en paix, c’est par ici :

http://images.google.fr/images?hl=fr&q=Mars%20attack.%20%22Nous%20venons%20en%20paix%22&um=1&ie=UTF-8&sa=N&tab=wi

Enfin, il ne faut pas oublier qu’il y a beaucoup de jérémiades mais pas beaucoup de mouvements unitaires. Je suis d'accord avec you. Il faut dire que les intérêts des uns et des autres sont assez divergeants.

Les uns travaillent chez Areva et GDF. Les autres sont contre les emissions de GES et contre le nucléaire. Les uns sont contre le capitalisme. Les autres ont voiture et villa. ça n'aide pas beaucoup. Tout le monde est pour l’écologie et la solidarité mais personne ne va lacher du lest en ce qui concerne ses affaires personnelles. La précarité et le chomages font peur. A juste titre.

Ceux qui n’ont pas de travail et/ou qui vivent seuls et/ou qui ont un travail précaire ont le droit de se plaindre. Les autres doivent arrêter de rouméguer et doivent agir.

Ne pas oublier la chanson : "Tous va très bien Madame la Marquise". la bourgeoisie ne s'intéresse quà ses affaires. Le reste l'indiffère. Voir par exemple les millions de morts en Inde lors de l'emplnattaion du capitalisme pendant la période de la "Révolution Industrielle"

Tant qu’on n’aura pas supprimé la précarité, la peur subsistera et le capitalisme perdurera. Il est faux de dire que le capitalisme est un modèle supérieur. On peut être assez heureux avec relativement peu de moyens.

"Poor but happy". Beaucoup d’américains de base ( Etats-Unis) sont des gens sympas. C’est le sommet et la bourgeoisie qui pourrissent tout. plus les terroristes de tous poils qu’ils soient extrémistes islamistes ou capitalistes.

Ne pas oublier ceci : qu’ils soient enfants de riches ou e pauvres, les pômes d’aujourd’hui hériteront tous de la même planète. Il serait temps de s’apercevoir que les richesses matérielles ne pèsent pas lourd face comparé à une une planète en bonne santé et comparé à un système économique socialiste et solidaire. Les systèmes socialistes et solidaires sont largement supérieurs. Par contre, il est nécessaire que chaque personne fasse des efforts et soit rigoureuse : protection de l’environnement...

Et là, c’est pas encore gagné.

Balayer devant sa porte et proposer un modèle cohérent et efficace afin que les blocages mis en places par les uns et par les autres se lèvent.

D.

A vous les studios.

Pour la gauche communiste à Noisy le Grand. www.iprag.net


D.

MaNat a dit…

@anonyme: j'ai une amie psy qui m'expliquait que, placé devant un danger potentiel non évaluable, on a tendance à se caparaçonner et devenir de moins en moins sensible à tout. Au départ, c'est une attitude de défense face à un danger mais comme la menace dure, cela a des effets très négatifs sur le mental. Un exemple qu'elle m'a donné est le patient atteint d'un cancer: il ne peut se projeter dans l'avenir car il est au seuil de la mort et il ne peut non plus se comporter comme si sa mort était imminente.
En gros, ça s'appelle une dépression: on est collectivement en dépression.

@LR et LL: personnellement, j'ai un sentiment de devoir me lever et dire que je ne suis pas d'accord avec la façon dont ça se passe. Et si il faut faire comme les folles de mai d'Argentine, et bien, on le fera.
Ensuite il ne faut pas oublier la force de conviction (IVG, peine de mort, CPE, ...). Si tu penses que ce n'est pas bien, il faut le dire. Pour pouvoir espérer éveiller une conscience ou deux, c'est le minimum, non?

@Makhno: encore une fois, mon expérience personnelle est qu'il faut passer outre les verrous (surtout psychologiques et de pseudo-autorité) pour avancer dans la bonne direction et faire avancer dans la bonne direction, sans forcément prendre "les choses" en main. Commençons par "nous" (re)prendre en main.

@D: tout de suite et maintenant, on peut déjà tendre la main et s'entraider pour supporter et aider à supporter la précarité et les coups durs. Ensuite ou en même temps si on peut, on supprimera la précarité et la capitalisme mangeur de vie.

Désolé d'avoir fait long et pour finir, une note plus combative.