jeudi 4 septembre 2008

Camarades, voulez-vous vraiment que notre inaction syndicale continue à soutenir Sarkozy et Parisot?

Pardon, je me répète, et je vais essayer de le faire en criant un peu plus fort.

NOUS DEVONS FAIRE UN EFFORT POUR NOUS RENDRE A AMIENS SOUTENIR LES GOODYEAR LE 16 SEPTEMBRE PROCHAIN à 11 HEURES.

Parler, écrire, c’est bien et c’est même très important (la preuve? Lénine, Guevarra etc)

Mais il faut aussi AGIR, bon sang de bois ! La tête sans les mains, les mains sans la tête, ce n’est rien. Il nous faut LES DEUX.

Je vous rappelle qu’à l’heure qu’il est, il n’y a toujours AUCUN mouvement de grève ni de manifestation nationale prévue en France, interprofessionnel et intersyndical. Rien.

Ce qui avait été prévu pour nous "calmer" avant les vacances d’été, le 7 octobre, semble se diriger de plus en plus vers une eau de boudin "européenne". Ca vous va? Ca vous suffit? Moi non.

Je me permets d’avancer l’idée que, peut être, éventuellement sans présumer, cette passivité, ce renoncement à la lutte, c’est ce qui est en train de nous foutre à genoux ,et ce qui a desservi la lutte exemplaire des camarades de Goodyear.

Je m’avancerais jusqu’à suggérer que c’est notre relative inactivité , notre passivité à l’égard du non-mouvement qui fait de nous, particulièrement nous les syndiqués, des co-responsables de ce qui arrive à Amiens (et qui va arriver ailleurs encore puisque nous en faisons RIEN, ni en interne pour contraindre les directions mollassonnes, voire, pour certains, félonnes, ni en externe pour nous réunir hors nos cadres habituels qui semblent ici grippés et ne pas fonctionner).

Oui c’est dur et "pas sympa" ce que je dis mais en tant que syndiquée, à la CGT, d’une certaine manière, je me sens responsable de ce désastre humain et social qui arrive à AMIENS. En tant que militante politique communiste aussi d’ailleurs.

C’est pour ça aussi que j’irai.

Pour les soutenir et pour dire : "C’est fini, on ne laisse plus faire". On a mis du temps à se réveiller, à piger, mais voilà, c’est fait donc on est LA.

Si nous ne nous bougeons pas sérieusement et activement il va y avoir d’autres "Amiens" en France.

Là où on va "rigoler" c’est que cela va toucher le tertiaire aussi - si vous croyez que cela n’est réservé qu’aux ouvriers et à l’industrie vous vous plantez, je le pense.

C’est même le tertiaire, compte tenu de la montée de la concurrence de l’impérialisme asiatique et du développement du capitalisme de l’autre côté de la Méditerranée, en ce domaine ( call center, informatique etc) qui va morfler le plus.

Il n ’y a pas encore eu de "grandes purges" en Europe dans ce domaine. Or, ces purges, la logique du capitalisme, de l’impérialisme, en a besoin.

Qui va remplacer les dizaines de millions de sous prolétaires qu’on nourrissait pour un bol de riz, en Chine ou en Inde, pour bosser 17 heures par jour, 7/7 j., et qui sont en train de progresser, eux, de tendre à la constitution d’une "middle class", et qui vont réclamer (et obtenir) des drois que nous sommes en train de perdre?

QUI sinon NOUS, idiots Européens et Gras américains? !

Là, vous vous en voudrez encore plus de ne pas avoir bougé quand il le fallait.

La voie sur laquelle nous emmène ce gouvernement, les intérêts qu’il sert, est SANS ISSUE, et elle va être rapide. Certaines personnes à la tête de l’Etat français ne comprennent que les rapports de force, la violence, l’obstination et elles ne jouent que par la trahison, la roublardise, le mensonge et l’intoxication.

TOUTES ET TOUS UNIS A AMIENS LE 16 SEPTEMBRE 2008 à 11 heures. TOUS ENSEMBLE, bougeons nous on ne doit plus laisser faire.

Il est de notre responsabilité de syndicalistes de commencer par faire ce travail localement à la base en notre sein, et de converger à des mouvements de masse qui englobent même au-delà des syndicats.

Que les hommes et les femmes qui se disent encore "de gauche", si ça a un sens, élus, syndicalistes, militants, associatifs, viennent le montrer à AMIENS le 16 SEPTEMBRE.

Que les hommes et femmes politiques "progressistes" (puisque c’est un terme à la mode en ces années de régression)viennent le montrer à Amiens !

3 commentaires:

paul a dit…

Bonsoir camarade
Je continue à explorer sur des forums de discussion populaire la "culture" populaire...
et je suis effrayé, c'est un bien faible mot, par l'état d'esprit des "gens".
Bien ont conscience de ce qui se fait et se joue.
Beaucoup sont acquis aux idées de concurrence et de rivalité individualiste, de non solidarité sociale, qui glorifient les modèle du self made man, la volonté individualiste de la réussite opportuniste dont les bouc émissaires sont les chômeurs, les étrangers etc...
Je suis effrayé du silence des syndicats et des travailleurs qui semblent se rallier progressivement à l'appât de l'individualisme et des "libéralisations" des contrats et règles de travail etc...
ce qui me fais peur, c'est la diffusion des idées patriotiques guerrières à propos de l'afganistan par exemple...
ce qui me fait peur c'est le raliement silencieux, comme en d'autres temps, des gens du commun aux modèles de l'oligarchie capitaliste, au modèle du patron, de l'exploiteur etc...
Que faire pour diffuser d'autres idées quand nous n'avons pas les outils médiatiques nécessaire et quand eux sont abrutis depuis des décénies par ces média de propagande consuméristes et capitaliste.
Le travail n'est plus valorisé dans les fait et le chômage sert à nouer de crainte ceux qui en ont encore et qui s'en orgueillissent au mépris du collègue licencié etc...
Je comprends ton appel.
je ne sais s'il est suffisant.
j'ai peur pour mes vieux jours.

Anonyme a dit…

tout est dit dans cet appel ...de la prise de conscience que l on a ,de celle que l on doit avoir,de la traitrise par lachete ou interet .et surtout du sursaut qu il faut avoir.
pour Paul...
ne pas avoir peur serait une erreur...c est une preuve de comprehension de ce qui t entoure.mais c est aussi ce qu il veulent ,ils font tout pour nous effrayer ,nous diviser.
je suis convaincu qu il vont echouer.
oui les gens sont deboussoles et certaines tendances se degagent ,individualise,egoisme ...
mais et les autres courants ? ils existent .ils sont sur les blogs les sites alternatifs .ils sont dans la rue et plus nombreux qu on ne croit .
je vis dans une region ou le patronnat est tout puissant ou le fric noie tout et pourtant tous les dimanches sur le marche ,ou a l ul pendant les permanences il y a de plus en plus de monde.ouvriers avec ou sans papiers ,saisonniers et employes de toutes sorte se presente pour adherer et chercher du secours.si ca existe ici c est forcement pareil ailleurs.
il manque peu de choses ..un (e) catalyseur ?
ce genre d appel peu avoir cet effet .
battons nous de toute façon! n ayons rien a regretter.
"...il n avait rien fait ,il etait juste l'ami de ...pourtant "ils" sont venus le chercher,un soir ,chez lui devant sa famille."ils " l ont emmené.
pendant des jours il a enduré des tortures ,lui qui avait toujours ete si prudent ,lui qui avait si peur.ce petit homme si fragile comme il etait facile de briser son corps...
oui ils ont brise son corps ,mais un matin ,il a compris que d accepter de capituler c etait perdre sa dignite d homme c etait trahir l esprit de liberte du peuple .alors , alors il na plus rien dit ,rien ...il navait plus peur .
et au moment ou ils l ont jete du haut de l helicoptere ,attache ,dans la mer ,au large d l Argentine.il leur a crache au visage ..."
tire d un film dont j ai oublie le nom....

Makhno

Anonyme a dit…

Bonjour Elodie,

Je comprends ta colère et j'ai la même, tu le sais bien.
Mais je te le dis tout de suite, sans tourner autour du pot, je ne me sens pas d'aller "là haut", pour diverses raisons de fatigue (et j'ai besoin de prendre soin de ma santé) et parce que les feuilles d'impôts commencent à pleuvoir et que je vais avoir du mal à gérer si je ne serre pas les cordons. Je crois même que je ne viendrai pas à la fête de l'Huma.

J'espère néanmoins que vous serez nombreux à marquer le coup.

Cette action (aller le plus nombreux possible à Amiens) est sans aucun doute une aide morale aux salariés de Goodyear, mais surtout une tentative de dynamiser les troupes pour exiger l'unité syndicale sans faille à chaque mauvais coup du capital à travers son valet zélé Sarkosy. Et il y en a tous les jours !!!

Quant à obtenir que la direction de l'entreprise recule sur ses intentions de licencier c'est une autre histoire. Le capitalisme, malgré et grâce, finalement, à la crise qu'il a lui-même provoqué par son avidité galopante de profits, rassemble (LUI) toutes ses forces en Europe et dans le monde pour imposer dans tous les pays SA solution criminelle envers les salariés, le prolétariat et par contre coup les familles et les diverses couches populaires.

Comment faire en sorte que les syndicats s'unissent face à cette attaque d'envergure du libéralisme pour commencer à ébranler l'arrogance de ce pouvoir dictatorial, et arrêter l'hémorragie des entreprises est bien sûr une question légitime, mais j'ai le sentiment que tout est bien ficelé entre les apparatchiks installés ad vitam aeternam des syndicats ou des partis et le système bien rôdé depuis 150 ans de la bourgeoisie capitaliste pour que cette situation profite aux "castes" dirigeantes de quelque côté qu'elles se trouvent.

Et cela aussi, c'est une tactique roublarde de plus de la démocratie bourgeoise et libérale-capitaliste-marchande :

- Laisser assez d'espace pour un semblant de démocratie trompeuse à travers des négociations de sommets où les syndicats s'avèrent impuissants à faire bouger les choses, tout en faisant croire qu'ils servent à quelque chose pour les salariés et que de toute façon, leur compétence les rends incontournables et indispensables aux "salariés qui n'y connaissent rien"

- Donner une impression et au delà la certitude de l'inéluctabilité logique des solutions de régression sociale généralisée non seulement en France mais en Europe et dans le monde, PAR les licenciements répétitifs effectués sans état d'âme et autres mesures anti-sociales vers les couches populaires, alors que les syndicats sont impuissants parce que divisés et que les partis de "gauche" y compris le parti communiste sont dans un état de pré-dislocation, en tout cas sans ligne politique claire et sans projet adéquat à la situation de la France, et en Europe.

- Résultat, ce moment de crise risque plus d'apparaître comme un orage destructeur que l'on ne peut que laisser passer faute de moyens contre le Dragon capitaliste qui crache encore le feu, (même s'il se mord de plus en plus souvent la queue et s'il traîne un peu la patte), que comme un moment propice au traditionnel rapport de forces que le capitalisme connaît comme sa poche, qu'il a intégré à sa panoplie de combat et qu'il maîtrise assez pour sortir vainqueur, sauf cas particuliers ici ou là comme conditions de travail, lutte des sans papiers (mais régularisation limitée et pas pour tous) etc. Mais là encore, ce n'est que reculer pour mieux sauter.

Et faute de changer de système, ce cinéma ne cesse de se répéter. "tu peux toujours arracher des victoires à l'entreprise, on te les reprendra dès que possible" avec encore plus de moyens et de force qu'avant.

C'est comme les salaires, on demande (et on a raison bien sûr) des augmentations de salaires, on fait campagne pour le pouvoir d'achat, en sachant très bien que les prix augmenteront systématiquement après en réduisant les victoires salariales à néant. Et c'est reparti pour un tour. Et Si on y réfléchit, cela fait parti de leur système trompeur. Semblant de démocratie, mais on se le fait mettre gros comme le bras quand même ....(si je peux me permettre .... j'aime bien les images parlantes). Comment veux-tu que les gens bougent quand ils voient que malgrès les protestations et même les solidarités on continue à licencier ?

Ce qui débloquerait vraiment les choses c'est l'avènement d'un parti communiste capable de faire un nouveau manifeste qui prenne en compte, y compris les multiples questions posées par la société marchande de consommation effrénée qui a contaminé tout le monde ou presque quitte à faire des crédits "généreusement" proposés par les banques très cools .....au départ !! Un projet vraiment clair et crédible pour notre temps et les besoins des gens aujourd'hui mais qui fasse aussi réfléchir sur les vrais besoins et les faux besoins, les ressources limitées de la planète et notre responsabilité à tous de l'Etat au simple citoyen de la protection de notre environnement. Mais là j'arrête parce que je commence à m'éloigner (quoi que !!) de ton sujet central => soutient aux grévistes Goodyear et présence résistante.

Je ne peux que souhaiter que cela serve à quelque chose dans la conjoncture actuelle de licenciements répétitifs et notre faiblesse organisationnelle et volontariste.

Tes prévisions pessimistes sont réelles et je crois que nous allons déguster méchamment, que nous luttions ou non. Ils ont trop la main en ce moment. C'est rageant mais c'est la réalité du moment Elodie et rien ne sert de se rendre malade.

A l'instar de celui qui est momentanément immobilisé et cloué au lit par la maladie ou un grave accident et qui en profite pour faire le point et pour réfléchir à sa vie, à ce qui n'a pas marché et à ses possibilités de rebondir vers autre chose de plus adéquat,
transformant ainsi une période apparemment négative et bloquée en opportunité de réflexion féconde et créative =>
je crois que tout en exprimant notre soutient et notre révolte, nous devons surtout en profiter pour réfléchir à un nouveau parti communiste, à un nouveau syndicalisme unitaire qui fassent le poids devant l'hydre capitaliste et ses armes matérielles, psychologiques manipulatrices, et idéologiques.

Maguy