vendredi 15 février 2008

"LE PARTI DE LA GAUCHE"? AU SECOURS, LA SFIO REVIENT!




Voici le nouvel "OPNI" (objet politique non identifié) du jour, premier ballon sonde issu du mal nommé "CNR" et de "Gauche Avenir" (appel signé entre autre, par Francis Wurtz et Jean Claude Gayssot...), et sur lequel Laurent Carratala, notre camarade du Var actuellement en campagne (salut Laurent!), a bien voulu attirer notre attention...

"Le Parti de la Gauche", créé par Mme Lienemann et M. Quilès (officiellement - les autres se cachent encore), sous l'égide, accrochez-vous de ...la Fondation GABRIEL PERI, (oui oui, vous verrez, dans les textes la référence est partout ou presque...), et dont les textes fondateurs comportent principalement des conférences de M. Huard sur...LA SFIO!

Ah, nous sommes sauvés, peuple "de gauche", la SFIO revient! Mais hélas, Jaurès et mort et enterré. Depuis plus de 90 ans si je ne m'abuse...

Voici notre "Congrès de Tours à l'envers" qui se profile...Factice, toc, chiqué, mais il est là, le fantasme des exclus mollassons du PS de droite qui n'ont pas osé rejoindre les communistes.

Quand je pense que lorsque, en juin 2007, nous avons immédiatement pris la mouche sur ce sujet de Gauche Avenir, interpelant Francis Wurtz, qui publiait alors sur Bellaciao la lettre qu'il avait adressée à Mme Lienemann dont je cite un extrait, onn ous accusa presque d'être des malades mentaux paranoïaques!

"(...)D’abord, bien évidemment, il faut proscrire l’idée que nous serions en train d’ébaucher la construction d’un nouveau parti! Tu as été très claire à ce propos dans "l’Humanité" de vendredi dernier."

(ici:http://bellaciao.org/fr/article.php3?id_article=49565)

http://www.lepartidelagauche.fr, allez y jeter un coup d'oeil, cela vaut le détour...En attendant, je vous livre quelques extraits, pour la "bonne bouche" comme on dit, je ne résiste pas, c'est succulent!

A quand la réhabilitation de l'emblème de la SFIO (ces trois flèches pointant vers le bas, c'est-à-dire, exactement là où se trouve la pensée de gauche en France aujourd'hui...?)

Bonne nuit les petits.

Osémy, La Louve

"L’Unité est attendue
L’unité de la gauche a toujours été un talisman pour la victoire électorale et les avancées sociales. Seul l’effort d’unité créera une nouvelle dynamique en engageant le dépassement des partis existants, tous plus où moins à bout de souffle. C’est une condition déterminante pour que la gauche soit offensive et décomplexée.(..)"

" L’Unité est nécessaire
Il faut répondre aux contraintes imposées par le système électoral de la Vème République et qui se sont accentuées depuis 2000 avec l’instauration du quinquennat et l’inversion du calendrier.
D’autres réponses que l’unité sont périodiquement évoquées, mais elles sont vouées à l’échec :"

"Si l’union a dû se construire sur des accords gouvernementaux, c’est que perduraient de profondes divergences idéologiques et politiques. On le voit aujourd’hui, l’histoire et l’évolution du monde ont réglé la plupart de ces désaccords. Quant aux différences de point de vue, elles traversent largement chaque organisation, mais il existe des valeurs communes à une grande partie de la gauche. C’est à cette tâche que s’est attelé le club Gauche Avenir, en préparant la « Charte de l’unité »."


"Ce parti devrait être :
un parti ouvert, ne fonctionnant pas sur le modèle d’un parti au militantisme étriqué et coupé de la société,
un parti bien organisé, efficace, mais ne concentrant pas l’essentiel de ses efforts et de son énergie sur l’exercice des fonctions d’une machine électorale et d’un appareil au service d’élus locaux.
un parti capable de définir des nouvelles formes d’engagement et de militantisme ainsi que des modes d’organisation permettant de toucher les catégories populaires (quartiers, monde ouvrier…) et d’assurer l’émergence de cadres politiques issus de leurs rangs
un parti où l’on retrouve la fraternité qui doit accompagner le combat politique (temps festifs, dimension culturelle de notre combat)
un parti dont l’image est attrayante, parce qu’il répond aux motivations de l’adhérent potentiel, à savoir :
- manifester son soutien à une organisation dont il se sent proche, lui communiquer des informations en provenance de la « société civile » et participer à ses réflexions et ses actions ;
- y voir clair dans la masse des informations politiques, économiques et sociales véhiculées par les médias ;
- exercer un mandat électoral ;
- participer au changement de la société, en articulant action syndicale, associative, voire professionnelle avec des valeurs et un projet politique ;
- trouver un relais collectif à des initiatives individuelles ;
- agir dans une ambiance conviviale.
un parti qui mène des combats pour l’hégémonie culturelle face à la droite, qui respire avec la société, qui consulte, qui noue des partenariats, qui soutient des initiatives avec les forces de changements (ONG, associations, syndicats…)
un parti internationaliste, qui mobilise ses militants dans les instances progressistes mondiales. Avant chaque congrès de ces instances, le parti devrait préparer son intervention par un texte d’orientation qui devra être soumis au vote des militants. Une journée annuelle de la solidarité internationale pourrait être organisée tant au niveau national que local (fête, mise en valeur des initiatives de coopération décentralisée, débats sur le monde, invitation de partis amis…). L’action des parlementaires européens donnera lieu à des comptes-rendus réguliers, suivis de débats."

"Etre un vrai « parti de masse » est une nécessité pour un parti qui veut se trouver en cohérence avec son électorat. Cela implique, même s’il ne s’agit pas la seule caractéristique d’un parti de masse, que son recrutement soit large et diversifié, notamment dans les origines sociologiques.
Les campagnes de recrutement doivent être périodiques et gérées avec efficacité (ciblage, évaluation..).
L’accueil des nouveaux adhérents, ni sectaire, ni banal, doit être ouvert, convivial, pédagogique. Un effort particulier doit être fait pour assurer l’adhésion de militants réellement issus des couches populaires.
Le niveau de cotisation ne doit pas être dissuasif, mais modulé en fonction des revenus. On peut aussi envisager des cotisations « préférentielles » pour les syndicalistes (ou les membres d’autres organisations de masse), pour les membres d’une même famille…."

"- Les courants de pensée
A l’image des partis et de la démocratie, ils présentent beaucoup d’inconvénients, mais ils demeurent la meilleure méthode pour assurer le pluralisme, grâce à la représentation proportionnelle, qui est la seule garantie du respect des minorités et du libre choix de chacun.
Sans la proportionnelle, il n’y a pas de rassemblement possible de toute la gauche.
Les courants de pensée doivent demeurer liés au dépôt de motions au niveau national (pas de courants locaux, départementaux ou régionaux)"

Etc, etc...

7 commentaires:

François a dit…

Elodie ça va ? tu n'es pas désorientée dans le temps? Tout va bien? Tu sais que l'on est pas le premier Avril ?

Alors c'est vrai ça ? Tu dois avoir envie de retourner au PS(FIO).

Là ils battent des records,qui fera mieux?Est-ce possible?

Reste plus qu'une fraction dissidente qui s'appelerait l'UMP de Gauche et ce serait complet.

Je préfère en rire car c'est tellement con et dégueulasse à la fois.

Il y a belle lurette que je dis que le PS est de droite mais alors là...!!??

Je pense que tous ces gens voudraient arriver au système Américain :pas de vraie opposition,juste des mots différents pour amuser la galerie tous les cinq ans.

Nous,vraie gauche,avons intérêt à nous bouger sérieusement,pour offrir qque chose de réellement combatif au peuple.

Je me demande si la nécessité du Marxisme a déjà,en France, été aussi forte depuis la guerre?

Fraternellement
François.

dominique a dit…

ayant signé à gauche avenir, je suis moi même stupéfaite de voir que ca sort sans info ...et que les fernetures vis à vis de courants ou partis sont déjà là...et qu'ils partent devant ...???

diablo a dit…

Quilès est à l'origine du démantèlement de l'administration des PTT et de la dérèglementation du service postal et des télécommunications! Qu'est ce que le monde du travail a à gagner avec des gens de cet acibi? Pour ouvrir des perspectives il faut se situer sur des clivages capital/travail et non gauche/droite autrement on n'y comprends plus rien!

comité-de-salut-public a dit…

Ah ah ah mort de rire ! Les caciques sur le retour de la jospinie qui tentent de nous faire croire qu'ils se sont réveillés, mouhahahaha !
Bon, inutile de s'en faire : ce genre d'initiative est d'emblée morte-née.
En gros,ils pensent qu'il y'a un espace entre deux gauches pour y placer leur bidule. Mais comment ne pas voir que si ça se fait (ce qui semble très hypothétique...), ce ne sera au mieux que le croupion du P"S" ?
Bon, c'est bien de rigoler, mais on a un NPA à construire, allez. Tss, ces "socialistes", décidément...

Anonyme a dit…

merci diablo ,je n arrivais plus a resituer Quiles ,je savais que ca sentait le paté mais impossible de me rappeler .
que peut on dire de ca?
il ont du se reveiller un matin ,lendemain de beuverie et se sont dit :"-tiens ! si on etait fous ,si on créait un truc ? mais un truc jamais vu
-tu penses a quoi ? un memorial mitterand?
non un truc fou ,un parti de gauche !
-..de ...gauche ...jesus ,marie,joseph. tu es encore ivre toi !
mais c est comme ca que je t aime grand fou !
voila ils sont tellement ridicules que j ai meme pas envie d etre en colere ( en fait je le suis qd meme ! )
encore des mous du bide qui créent une division de plus ,histoire d embrouiller le peuple .
le modem ,les socialistes de droite les centriste de gauches les ump de gauche (excellent ca je ris a chaque fois )...
gardons le cap et informons sinon ca sera la dispersion ..
Makhno

Fares a dit…

La gauche paume systématiquement parce qu'elle a totalement abandonné la question des médias.

"vraie gauche", "fausse gauche", "extrême gauche", "vieille gauche" ou "nouvelle SFIO" ou quel que soit le mot ça ne change rien.


Tant que la gauche ne proposera pas un réel projet pour garantir le pluralisme et l'indépendance des médias, elle est condamné à se prendre branlées sur branlées. Et quand par miracle elle accède au pouvoir, son travail est méthodiquement sapé par le travail des médias qui "font" l'opinion.


Faire des médias une question annexe, c'est de la débilité.

Alain a dit…

Serait-il posible de faire la seule chose qui en vaille la peine: construire l'avenir ? A force de ressasser le passé, n'allez vous pas couler cette hypothèse communiste que vous prétendez sauver ?

"Nous n'avancerons qu'en nous unifiant": le sens de cette phrase de Teilhard de Chardin dépasse évidemment, mais donc inclut, l'évolution politique de l'homme en général et de chaque groupe humain en particulier. Elle évoque deux actions agissant dialectiquement l'une sur l'autre.

Pour avancer, pour aller en avant, pour imaginer et construire un avenir, il faut nous unir entre nous et nous unir au monde, il faut "être plus", c'est-à-dire être ensemble. Mais aussi: si nous avançons, si nous regardons dans la direction de l'avenir, en avant, sans oublier le passé mais sans en être prisonnier, alors nous pourrons nous unir entre nous et avec le monde.

Rassemblons-nous, dans la richesse de nos diverses personnalités, pour avancer, c'est-à-dire créer un avenir humain et, du même élan, avançons déjà pour nous rassembler, pour faire de la somme de nos énergies une énergie nouvelle, plus forte et plus exigeante. Plaçons-nous dans une perspective de mouvement, ne restons pas statiques. L'immobilité, le statu-quo, la guerre des tranchées, la défense des positions acquises comme seule tactique, le repli sur soi, cela ne suffira pas pour endiguer et faire refluer la vague réactionnaire et construire un avenir. Le mouvement comporte un risque, c'est un pari que de croire que "tout ce qui monte converge" mais l'immobilisme est pire car ne pas avancer dans ce monde c'est reculer. N'attendons pas d'être d'accord sur tout pour nous mettre en chemin.

Et surtout, acceptons les autres tels qu'ils sont. N'imposons pas notre point de vue. L'ère léniniste est REVOLUE. Il faut passer à une nouvelle étape du combat communiste. Les conditions et les formes d'une re-naissance de la gauche, d'un Congrès de Tours à l'envers, sont à étudier sérieusement. Des membres en grand nombre sans doute de l'actuel PS se tourneront vers le "centre". Une clarification s'opèrera partout. L'hypothèse communiste a tout à y gagner.

Alain et http://alainindependant.canalblog.com