mardi 19 février 2008

De beaux projets de décrets à avaler comme autant de couleuvres…par Enzo d'Aviolo



Quand je dis et répète à satiété qu’avec ce gouvernement il ne faut pas négocier, ou du moins ne négocier qu’avec un rapport de force largement en faveur du salariat donc forcément conflictuel!

La sortie des projets de décrets sur les régimes spéciaux est une double provocation pour les syndicats ayant acceptés de se mettre à la table des négociations. Alors que pourtant celle-ci était divisée au niveau de chaque entreprise selon la volonté du patronat toujours prompt à respecter le principe du diviser pour mieux régner , elle n'est ni plus ni moins qu'un cadeau empoisonné dont les syndicats ne savent plus comment se défaire.

Et forcément, les projets de décrets sortent alors que les négociations ne sont pas terminées dans les entreprises ! fermez le ban, il n’y a plus rien à voir ! on doit se sentir pris pour une triple buse dans ce cas là.

Ensuite, les projets de décrets en profitent pour prendre de l’avance sur les futurs négociations prévues par la loi. En effet, alors même que 2008 doit être l’année des négociations sur l’avenir des retraites du régime général, ces projets sur les régimes spéciaux actent un passage progressif à 41 annuités de cotisations en 2013, alors pourtant qu’il s’agit d’un des thèmes essentiels des futurs négociations !

En d’autres termes, ces décrets envisagent de graver dans le marbre pour les régimes spéciaux ce que l’on fait semblant d’envisager de négocier pour le régime spécial, alors qu’en réalité, toute les décisions sont déjà prises. Du foutage de gueule version XXL.

Ça n’est pas le premier exemple qui démontre que la droite se contrecarre du dialogue social comme tout chantre du marché libre, le dialogue n’étant qu’un étendard de bonne conduite face à l’opinion publique.

Non, ce qui me chagrine une fois de plus (en fait c’est à pleurer de bêtise), c’est de lire les communiqués de ces pauvres syndicats qui contestent une telle méthode gouvernementale, alors qu’il en sont à leur 150ème foutage de gueule répété tout en croyant toujours qu’ils vont pouvoir signer un bon accord équilibré et équitable pour éviter tout conflit.

A ce niveau de répétition des erreurs, n’aurions-nous pas les syndicats les plus bêtes du monde ?

http://daviolo.unblog.fr/

11 commentaires:

François a dit…

Salut Enzo,je te rejoins sur ce point complètement.

Mais je dis NON nous n'avons pas les syndicats les plus bêtes du monde.Nous avons ,à la tête de ces syndicats,des SALAUDS ! Il faut appeler un chat,un chat c'est tout.

Pour les régimes spéciaux,je me suis déjà exprimé ici et sur bellaciao.J'ai dit que Thibault et Le Reste étaient des traitres qui avaient accepté de s'assoir à la table des négotiations alors que le gouvernement maintenait son préalable:l'allongement de la durée de l'âge de le retraite.

Nous avions le rapport de force,nous devions nous en servir et continuer la grève,l'étendre au privé jusqu'à ce qu'on obtienne le retrait pur et simple de cette saloprie.

Mais nos "chers camarades confédéreaux" on préféré faire reprendre le travail en ptétextant qu'un autre mouvement serait éventuellement possible si besoin était...on a vu...

On ne parlera pas de la CFDT mais la CGT,au niveau de ses dirigeants n'a pas fait mieux.

Cela a pour effet de bousiller le moral des gars en les décourageant et de perdre des syndiqués.A Mt De Marsan 7 camarades sont partis de la CGT pour aller à SUD...difficile de leur donner tort..,hein?

Je continue de penser qu'il nous faut se servir de l'outil indispensable qu'est le syndicat pour préparer des actions ,se réunir.

Mais une fois cela obtenu nous devons prendre nous-mêmes les choses en main et ne plus s'occuper des dirigeants ensuite.Faire notre(nos) action(s)sans eux.

C'est la seule façon d'arriver à regrouper,descendre en masse dans les rues et foutre la peur aux capitalistes et obtenir ce que l'on veut (1936,1968...)

En 36 je n'y étais pas mais en 68 oui.Et je peux te dire que si nous avions suivi les dirigeants il n'y aurait jamais eu ce mouvement.
Fraternellement à toi
François.

Anonyme a dit…

Oui mais c'est qui les syndicats? Il est ou le rapport de force?C'est quoi la solution ?
La grève générale ?
Ils sont ou les grèvistes ?
Si on négocie pas qu'est ce qu'on fait ?
La révolution ?
Avec qui ?
Les socialistes ?
Ne sont-ils pas d'accord avec les réformes eux aussi ?

Les salariés ?
Qui va payer leurs traites sur 25 ans à la Frande des propriétaires?

Les journalistes ?
A-ton touché à leur régime ?

Bref on décrète qu'on est pas d'accord, et qu'on ne négociera pas, point barre. Avec ça, c'est sur, Nicolas va reculer sur ses réformes.

Je pense qu'avant de vomir il faut tourner sept fois ses doigts dans sa bouche !

Tu vois la Louve j'arrive quand même à écrire un commentaire sans me planter (enfin techniquement).

Osemy a dit…

@François (et Enzo):
Je partage ou comprends une partie de votre sentiment et de votre déception.
Il est tout à fait juste de critiquer, je pense , la direction nationale de certains syndicats, y compris la CGT, dont de nombreux adhérents sont plutôt mécontents.
Seulement, force est de constater aussi que la CGT c'est encore le syndicat le plus "résistant" et qu'elle réalise quand même du bon boulot, compte tenu de l'état actuel des choses.
Avant de hurler aux traîtres, il y a deux choses qu'il ne faut pas perdre de vue:

D'abord, le syndicalisme n'est pas et ne doit pas être un "ring politique" bis - c'est trop facile de faire peser sur les syndicats les errements, les faiblesses, les compromissions des politiques dits de gauche, et d'attendre des syndicats ( et donc, des SYNDIQUES!) que ce soient eux qui comblent le trou béant laissé par le réformisme politique! Le réformisme politique déteint sur le syndicalisme, certes, mais pourquoi? Il n'y a AUCUNE offre alternative politique " de gauche" crédible pour soutenir l'action et les revendications syndicales!

Ensuite, c'est facile de cracher sur les syndicats, mais encore faut-il participer soi même à l'action syndicale. C'est pareil qu'en politique. Les gens hurlent mais ne participent à rien hors période électorale! alors ils laissent les "autres", les syndiqués, aller au casse pipe à leur place et ensuite ils critiquent. Mais qui fait grève et qui la paie (financièrement et professionnellement?)!

Et puis, vous croyez que "les gens" sont prêts pour la révolution? Et bien moi je ne crois pas, en tout cas pas la majorité des gens qui votent encore et s'apprêtent encore à voter PS une énième fois alors que...Toutes ces personnes qui ne voient pas plus loin que le bout de leur nez et qui pestent qu'ils "sont pris en otage (sic)" pendant les grèves! Des révolutionnaires? Ah non, certainement pas.

Bien sûr on peut critiquer certaines décisions syndicales, il y a beaucoup à dire en effet, mais est-ce un scoop que de dire que la CGT est traversée par un conflit qui oppose réformistes et révolutionnaires (si cela a un sens dans ce contexte?)- Alors "refuser le dialogue", est-ce une bonne solution? Je ne crois pas que ce qui est applicable (voire recommandé) en matière politique (une opposition sans concession) soit applicable au niveau syndical - car si on refuse d'entrer dans le rapport de force ,si on refuse de négocier, à moins d'être sur d'avoir un conflit de masse dans les 24 heures, et qui est prêt à durer, et bien si on refuse ça, le gouvernement, on le voit passe en force!

Et pourquoi se priverait il, avec une gauche faite de renoncements, de compromissions et qui ne s'oppose plus à rien ou presque?

On a aussi les dirigeants que l'on mérite. Ici ou là.

Les Français doivent grandir d'urgence, sortir de leur adolescence politique, rejeter leur tutelle, commencer par se prendre en mains et AGIR , partout où ils peuvent, plutôt que de passer leur temps à râler.

Contester, c'est bien critiquer, c'est bien. C'est même nécessaire. Mais il ne faut pas oublier d'AGIR.

Que les Français commencent par se syndiquer, à soutenir tous les mouvements sociaux, et on verra la suite...

(Autre sujet, François je crois que je t'ai vu écrire sous un message que "Libération" était un journal de gauche - désolée mais je ne suis pas d'accord. C'est un torchon démocrate chrétien qui se fait passer pour un journal de gauche, mais Sartre doit se retourner dans sa tombe! ;-))

A plus à tout le monde

"Tu vois la Louve j'arrive quand même à écrire un commentaire sans me planter (enfin techniquement)."
;-) je vois , je vois!

Anonyme a dit…

c est vrai , le combat syndical et le combat politique ,meme si la convergeance se fait sur certains themes sont des choses differentes .je suis a la CGT depuis plus de 15ans ,élu DP ,CHSCT membre du collectif national de ma boite , conseiller aux salarié sur les listes prefectorales , je partage cette lutte av des camarades qui politiquement ne partagent pas tout a fait mes idées,jugées trop extremes par certains.il n empeche que nous nous retrouvone unis quand il le faut et que nous menons nos conflits avec la meme determination.ca n empeche pas la lucidite non plus .comment ne pas etre deçu par thibault et consorts ? oui mais ... je ne vais pas jeter l eponge .je continue mon combat et chaque fois que possible j essaie d amener les gens a reflechir .nous ne vaincrons que par l éducation .
il faut ,chaque fois que le combat syndical le permet ,amener une projection politique de ce que les gens vivent.mais ne pas prendre de position "politique" au nom du syndicat..
aujourd hui ds nos permanences de plus en plus de personnes se presentent ,parce qu elles pensent que la CGT est encore le syndicat qui se battra le mieux pour elles.
et c est vrai .je me fous de thibault et de sa politique louvoyante ,son tour viendra. j ai un outil syndical qui me permet de "toucher " les masses et je m en sers.
oui on pourrait faire mieux..et on le fera ,car tot ou tard il faudra bien que les dirigeants des syndicats suivent leurs bases et soient plus determinés.mais il faut aussi que les partis politiques assument leur responsabilités .la droite fait son ( sale ) boulot ,a la gauche de faire le sien.et ou est la gauche? pour moi elle commence avec le PC et au dela .mais pour le Pc il va falloir enfin se decider a arreter de vouloir a toute fin des alliances contre-nature .
l heure est grave .nous sommes attaqués de toutes parts et on continue a parler d alliance oui ..si ...mais ...
pour moi le syndicalisme a toujours ete un combat ,reel et sans merci .
sous le regne de sarko il en va de meme du combat politique ,ce terme prend tout son sens .
en 1934 ,peu avant sa mort ,ceux qui allaient devenir les brigades internationales sont venus a Paris voir Makhno pour lui demander si il serait pret a les rejoindre dans ce combat .
sa reponse fut la suivante :"Makhno n a jamais refusé un combat " ( cf le livre de A skirda ).
c est aussi pour ca que j ai choisi ce pseudo.
Makhno

Enzo d'aviolo a dit…

salut François. d'accord avec ton analyse.

élodie,

d'abord, merci pour l'honneur que tu me fais.
Parmi les syndicats légalement reconnus, effectivement la Cgt se tient (c'est thibault qui lui fait honte), mais qd Sud sera admis, elle deviendra réformiste comme la Cfdt!
le reste chez moi.
Amitiés.
Enzo

Diablo a dit…

D'accord Makhno, les syndicats CGT sont des outils précieux pour le monde du travail et les stratégies de type scissionnistes (Continuer la CGT, Où va la CGT) sont extrêmement dangereuses. En effet, un syndicat ne fonctionne pas comme un parti, il dispose d'infiniment plus d'autonomie (au niveau de la fédération, au niveau de l'entreprise) que la section du PCF par exemple (puisque certains font des comparaisons hâtives). OK il y a Thibault et Le Duigou mais dans les boites il ya les travailleurs et avec eux malgré certains confédéraux ont peut faire énormément de choses.....

François a dit…

Salut tout le monde,non Elodie je n'ai, ô grand jamais,dit que le torchon Libé était de gauche.J'ai dénoncé Balkany qui prétendait,de manière très agressive,que libé était fait PAR des gauchistes POUR des gauchistes.

Pour ce qui est de la CGT j'y suis depuis l'âge de 16 ou 17 ans et ,bien qu'inactif,j'y suis toujours (je vais sur 63ans)Bien sûr je suis moins actif que lorsque je travaillais mais je suis de toutes les manifs et de toutes les "bagarres" et j'accompagne du mieux que je peux le maximum de grèves.Sans parler du DAL avec qui je me bas régulièrement.

Ceci pour dire que pour ce qui concerne l'action je n'ai attendu personne.

Non de dieu,lisez-moi correctement toi,anonyme et Makhno je n'ai jamais dégueulé sur la CGT mais sur ces fumiers de dirigeants qui cassent les luttes et trahissent à chaque fois que l'occasion leur en ai donnée.

Au plus haut de ces traites un certain B.Thibault,comme il y a eu avant lui d'autres ordures dont une bien connue qui s'appelait G.Ségui.Rien n'a changé,ces salauds continuent de nous baiser la gueule et de nous trahir sans vergogne.

Dans les années 66,67 je distribuais des tracts dénonçant la trahison des "Stals" de la CGT et du PC qui refusait de démarrer une grève chez renault considérant qu'il fallait négocier (c'est pas d'hier)

Je me suis fait taper sur la gueule par deux permanants CGT et deux PC.J'avais la gueule en sang,ce sont les gens qui sont intervenu en criant "liberté d'expression".Du coup ces mêmes gens ont pris mes tracts et les ont diffusés eux-mêmes.Pourtant j'étais déjà CGTiste confirmé...Mais je n'étais évidemment pas au PC qui déjà me faisait vomir(même en tournant les doigts...)

J'étais DP,souvent viré par les responsables mais je les faisais tellement chier qu'ils étaient obligés de me réintégrer à chaque fois.Si ils ne me réintégraient pas ce sont plusieurs camarades qui foutaient le camp et les dénonçaient dans les journeaux d'extrème gauche.

Et pour eux faire des saloperies oui mais que cela se sache non.

Ce genre de saloperies arrivaient souvent et nous tous d'extrème gauche trotskyste,Maoïste étions très soudés et dès qu'une bagarre se faisait nous faisions bloc.On a même dû,pour arriver a être tranquilles organiser des expédition punitives.On en a "plié"plus d'un de ces salauds.C'était con d'en arriver là mais il n'y avait aucune autre solution.

Cela c'est calmé après 68,on était beaucoup plus nombreux qu'avant le mouvement.Et,de plus, comme politiquement bien des camarades nous rejoignaient dans nos organisations(l'OCI en ce qui me concerne)Les responsables la jouait calmos.D'autre part le service d'ordre des Lambertistes n'incitait personne à nous faire chier surtout dans les manifs.

"il est où le rapport de force?" Le rapport de force on l'avait au moment de la grève des cheminots et cheminotes.Mais qu'en avons-nous fait? Au lieu de l'augmenter en appelant le privé à rejoindre le mouvement,au lieu de faire une "cagnotte fond de grève"etc..
.etc...RIEN n'a été fait RIEN.FO et SUD NE VOULAIENT PAS REPRENDRE LE BOULOT Et L ECRASANTE MAJORITE DES CAMARADES NON-PLUS !!!

Alors que s'est-il passé? les camarades Thibault et Le Reste ont mis la carotte bien profond à tout le monde,c'est tout.C'en est fini des régimes spéciaux et des retraites de tous les Français à 57,5 ans.Que l'on pouvait avoir facilement si la grève était maintenue.

Alors dire"Thibault je n'en ai rien à foutre..."T'as vu,lui il a quelque chose à foutre de toi,que tu le veuilles où non.

Il faut à tout prix passer par dessus ces mecs là.Et on ne peut le faire qu'en mobilisant la masse sur NOS revendications et en dénonçant la traitrise.

Elodie tu dis"il ne faut pas faire porter la non action des partis aux syndicats"(c'est à peu près ça,hein?)

Comme on est d'accord sur ce point!Mais tout à fait ,si le PC avait bougé dans le sens de la grève et en manifestant cela aurait considérablement aidé les choses.Nous en sommes d'accord,quant au PS...n'en parlons pas.

Ceci dit la part des syndicats devait être faite et ne l'a pas été.

Oui anonyme on décrète que l'on n'est pas d'accord et on va jusqu'au bout et Nicolas fait marche arrière.Surtout que la droite a une peur bleue du moindre mouvement de contestation actuellement.Rappelle-toi le CPE.

"il faudrait que les gens bougent,rejoignent les mouvements.." Là encore on est bien d'accord mais pour qu'ils bougent il faut 1) des négotiations qui leur parlent,là on est bon 2)il faut qu'ils voient de l'action se continuer et,surtout pas des grèves brisées par les dirigeants.Eux ne font pas la différence :la grève a été brisée par les syndicats,point.

Et il y a autre chose qui n'est pas dédaignable.Prends les gens de ma génération qui se sont battus mais sans avoir la chance d'être motivé comme je l'étais ,que crois-tu qu'ils disent à leurs enfants et petits enfants ? Les syndicats sont tous vendus aux patrons n'y allez pas occupez-vous de votre vie,ne vous faites pas chier avec ça...

C'est à nous ,tous ensemble,de recontruire LA LUTTE à travers notre syndicat et un vrai Parti Communiste!

Il y a du boulot mais on y arrivera.D'ailleurs avec sa chute spectaculaire de confiance Sarko.nous aide,saisissons cette chance.

Tous ensemble camarades et ne nous laissons pas manipuler.

Salutations communistes et fraternelles à toutes et à
tous.

François.

Anonyme a dit…

salut Francois ,
j avais bien lu et bien compris .j en ai autant que toi envers thibault et meme les permanents de ma branche ...
mais pour changer tout ca il faut etre dedans et les faire avancer a coups de pieds au cul ...alors j y vais ...ce sont les gens qui ont lutté comme toi qui nous inspirent, pas ceux qui sont aujourd hui a la tete des syndicats .disons que je me sers de l outil ...maintenant dans ma conception ,il est sur que je prefererai des mandats limites pour les secretaire generaux ,voir des colleges decisionnaires tournants ( style CNT ).
qd au message a passer aux enfants...je crois que la tendance s inverse ...elle ne s inversera completemnt encore une fois que si nous sommes efficaces dans l action ,honnetes et que nous informons ,encore et toujours .
au plaisir de vous lire tous ....
vous etes mon oxygene quotidien ...
merci
Makhno

Anonyme a dit…

Et bien François à 63 ans tu devrais te ménager un peu me semble-t-il! Je reprends la plume parce que j'ai senti comme du ressenti dans tes propos, si j'ose dire.

"...RIEN n'a été fait RIEN.FO et SUD NE VOULAIENT PAS REPRENDRE LE BOULOT Et L ECRASANTE MAJORITE DES CAMARADES NON-PLUS !!!"

Pourquoi donc l'écrasante majorité dont tu parles n'a t-elle pas continué la grève alors ?
Parce que papa Thibault a dit de rentrer à la maison ? Et bien, ça c'est des révolutionnaires ou je ne m'y connais pas.
Tiens une blague pour détendre l'atmosphère. Tu sais que FO en 68 a déclaré la grève générale illimitée, et bien aujourd'hui encore on attend le mot d'ordre de reprise du travail.

"Nous avions le rapport de force, nous devions nous en servir et continuer la grève, l'étendre au privé jusqu'à ce qu'on obtienne le retrait pur et simple de cette saloperie."

Là, tu recommences avec tes masses, moi je te demande encore pourquoi elles sont rentrées à la maison (tes masses)?

Tu parles de traîtres, mais puisque tu cites ceux qui méritent l’estime et les honneurs, les maoïstes et trotskistes, j'en connaît quelques un là dedans qui sont vraiment des purs :

Lionel Jospin, Dany (le rouge puis vert), Serge July, André Glucksman, Bernard Henri Lévy, etc…

Avec ça dis donc y’a d’la pureté dans l’air.

"il est où le rapport de force?" Le rapport de force on l'avait au moment de la grève des cheminots et cheminotes. Mais qu'en avons-nous fait? Au lieu de l'augmenter en appelant le privé à rejoindre le mouvement, au lieu de faire une "cagnotte fond de grève"etc..

C’est qui le « on », c’est toi ? Pourquoi tu n’as pas appelé le privé à rejoindre le mouvement avec toutes tes masses derrière toi ?
Tu vois François, je crois que derrière tous tes mots grossiers, se cache une certaine impuissance à agir qui te met en colère mais je ne pense pas que tu ais raison sur un seul des points que tu développes. Tout ton discours ne cherche qu’à culpabiliser certains parce qu’il faut que des têtes tombent quand tout va mal et que le réflexe est de rechercher des coupables.

Tu veux que je te dise, c’est de mise quand on est faible, et nous sommes faibles parce que les masses dont tu parles n’existent plus depuis belle lurette et c’est pas avec les trois pelés et un tondu que tu vas mener un rapport de force, elle est là la réalité.

Ils ne sont grands que parce que nous sommes à genoux" - La Boétie Discours sur la servitude volontaire.

Et pas parce que Bernard Thibault ou cornecul est responsable.

Bonne journée la Louve et merci pour l'affiche de cinéma.

Osemy a dit…

"Tu veux que je te dise, c’est de mise quand on est faible, et nous sommes faibles parce que les masses dont tu parles n’existent plus depuis belle lurette et c’est pas avec les trois pelés et un tondu que tu vas mener un rapport de force, elle est là la réalité.

"Ils ne sont grands que parce que nous sommes à genoux" - La Boétie Discours sur la servitude volontaire."

Je suis on ne peut plus d'accord avec ce message.

C'est bien de rêver de la révolution, comment ne pas le faire quand on est communiste?! Ne pas perdre de vue cet objectif, bien sûr! Evidemment même, c'est nécessaire.

Mais on en est très loin!!! 53 % des votants ont élu Sarkozy. 70 % des usagers pensent qu'ils sont pris en otage.
La manière dont tout ces braves gens vont "résister" à Sarkozy, c'est en votant Verts ou PS aux municipales, la manière dont même une partie de la direction du PC (le PC merde, quand même il n'a pas toujours été réformiste!!) estime être "de gauche" c'est en s'alliant au premier tour avec le PS!!!!

Alors "on" est loin, très très loin...Et avant tout nous avons un sacré travail de fourmi de "re conscientisation" des masses, de choses à apprendre et à enseigner. C'est le travail le plus ingrat mais c'est celui qu'il faut faire.

Je finirai en disant que j'adore cette phrase de La Boétie qui n'a jamais été aussi juste.

Nous n'avons hélas que ce que nous méritons et les puissants ne nous donneront rien qui leur coûte.

Commençons par relever la tête, retrouver le sens de notre dignité perdue, commençons par reprendre nos vies en mains et sorti de cette permanente adolescence inconstructive.

Ensuite, on verra. Et pour la Révolution, on sera là:-) si on n'est pas morts avant...

François a dit…

Salut tout le monde,un peu facile anonyme de dire "parce que papa Thibault..."Bien sûr que non,Thibault n'est pas seul sans cela on en aurait rien à foutre.

Il a ses "seconds couteaux",partout dans les UL ,les UD et dans pratiquement TOUTES les boîtes.Sans cela bien évidemment il ne pourait absolument rien faire contre l'écrasante majorité qui n'est absolument pas d'accord avec lui.Il a SES hommes de main le cher camarade traitre.Et ses hommes lui obéissent le doigt sur la couture du pantalon.

Rappelle-toi la formidable grève des gars de la SNCM et de la RTM.Ils étaient en train de l'emporter avec ce merveilleux camarade Hoaro à leur tête.Quant la haute direction de la CGT a décidé de CASSER cette grève.Cela a du être difficile(de casser la grêve)mais ils y sont arrivés.

Le jour où on a vu Thibault défiler à Marseille(entouré d'un sérieux service d'ordre...)la grève était foutue ,la grève n'avait servie à rien.Les gars étaient écoeurés,certains même pleuraient de rage en déchirant leur carte CGT mais ,peu importe,la bureaucratie obtenait ce que ELLE ET ELLE SEULE VOULAIT.

Elodie,je comprends ton sentiment à propos des "masses"mais tu te trompes selon moi.En effet,les masses se voient moins.Et pour cause,il y a de moins en moins de manifs,de grêves d'organisées.Et les mouvements sont moins suivis car moins de protection,moins de confiance dans les mouvements,moins de grosses boîtes donc moins de concentration du prolétariat.

Et sûrement d'autres raisons que je ne connais pas.

Mais les masses éxistent,elles sont là,à nous de "lier"tous et toutes ces camarades en appelant avec des revendications qui leur parlent et en menant les actions jusqu'au bout.

Ils nous faut aller,par exemple sur les piquets de grèves,pas pour apporter la bonne parole mais pour 1-- encourager les grévistes et 2--les aider à se "politiser".

Tu vois là,on est en plein dans le programme de transition.C'est toujours d'actualité même si des "révolutionnaires" comme OB.ont tendence à l'ignorer...

En 1968 il y avait 70% de la population active qui était salariée.Aujourd'hui en 2008 il y ena 93%...A nous d'ammener les masses à la lutte.

Fraternellement à toutes et tous.

François