vendredi 11 mai 2007

UNE REPRESENTATION DU PEUPLE ....

Une représentation du peuple…

L’Assemblée nationale. Les représentants élus du peuple. Les députés…

Je vais poser une question, comme souvent, et avant tout je précise: il faut voter PCF massivement le 10 et le 17 juin.

Est-il juste de sur-valoriser comme nous le faisons (facilement, vu la période) aujourd’hui, ce lieu de pouvoir et ceux qui le composent ? Est-il suffisant de justifier cette sur-valorisation au motif que cette représentation du peuple serait un signe évident de démocratie ? Que « seule » la présence de députés à l’Assemblée permettrait une défense efficace de ceux/celles que nous prétendons aider ?

On entend depuis deux ou trois jours des débats assez passionnés sur ce qui doit advenir des « groupes parlementaires » des uns et des autres dans ce qui sera sans doute l’opposition au sortir des urnes le 17 juin 2007…

Evidemment ,les réactions aux critiques contre le « parlementarisme à tout prix » sont d’autant plus virulentes que la personne « croit » en la démocratie parlementaire et en la représentation du peuple par les députés…Aussi celui ou celle qui se permet de dire que peut-être, la préservation envers et contre tout d’un « groupe parlementaire » de députés ne doit pas être l’objectif est-il immédiatement classé dans la catégorie des dangereux ennemis de la Liberté et amateurs de révolutions en tous genres…

Pourtant, je crois que la question doit être posée et elle doit être posée jusqu’au bout, d’abord.

Ensuite, nous verrons bien quelle réponse nous pourrons y apporter, si il y a une réponse valable à cette question…

D’abord, cela implique de désacraliser le sujet – rien ne doit être sacré, pas même les députés, pas même le peuple, et surtout pas les hommes ou les femmes politiques.

Il n’y a aucune raison « naturelle » qu’il soit possible d’invoquer pour traiter de cette question. C’est une question politique. Cela signifie donc tout à la fois : humaine (donc rationnelle et sentimentale, individuelle et collective), stratégique, axiologique. Le tout dans un contexte de pouvoir et de gouvernement, pour, il faut bien appeler une chat un chat, imposer in fine les idées de la majorité à la minorité, dont on pense, à tort ou à raison, qu’elles sont « les bonnes ».

J’irais même plus loin – je crois qu’il ne faut pas accorder une importance démesurée à la question du parlementarisme (ce qui ne signifie pas ne pas lui en donner du tout).

Parce qu’il est « possible » que la réalité de l’exercice du pouvoir soit ailleurs –et ce qui est drôle au fond, c’est que nous, communistes, ne cessons de dénoncer ce fait mais n’en tirons pas encore complètement les bonnes conclusions !

L’exemple vivant vient encore de nous en être donné par le nouveau Président de la République – encore une fois, ce qui compte, ce n’est pas la valeur du yacht, c’est le propriétaire du yacht. Non, le berceau du pouvoir n’est sans doute plus au Palais Bourbon (s’il l’a jamais été depuis le 19ème siècle…).

C'est, au passage, une chose qui me gêne à "gauche" depuis pas mal d'années, on concentre nos tirs sur tous les "leurres" les plus grossiers que nous envoie la droite en permanence et on passe souvent à côté des vraies questions que nous devrions pourtant poser...(que je n'ai d'ailleurs pas la prétention, moi de poser, mais c'est au moins un postulat de départ, disons, un principe de travail – essayer d’être plutôt « contre intuitif »...)

A mon sens c'est le premier devoir du "socialiste" (terme générique) c'est de poser les bonnes questions, d'abord, de sortir la pensée politique du "politically correct", de la "pensée unique", pour faire résumé.

Cela étant dit, comme cette question de la préservation du groupe parlementaire agite les uns et les autres et qu’on ne peut pas en dire grand chose de « discordant » sans être voué à la damnation éternelle, c’est bien qu’il faut en dire des choses qui ne sont pas encore dites. (CQFD Dr Freud…) – et donc, la première des choses à faire, c’est d’être iconoclaste par principe. (Un bon coup de marteau, et ensuite, on verra…)

Donc, partons du principe (hypothèse de travail) que la question de la préservation d’élus (communistes par exemple) à l’Assemblée nationale n’est pas une question vitale, essentielle, et qu’à supposer qu’elle le soit, il faudrait qu’on le démontre rationnellement et preuve à l’appui pourquoi elle l’est…

Sauf erreur de ma part, pour justifier cette pétition de principe (il faut un groupe à l’Assemblée ») on a deux ou trois discours-types :
- le plus souvent, on avance le fait que si on n’a pas de groupe on n’a plus de pouvoir (médiatique et financier)
- on avance également que faute de députés à l’Assemblée (ce qui n’est pas la même chose que d’avoir « un groupe »), on ne défendra pas les intérêts des travailleurs comme il faudrait…

Est-ce convaincant ?

Non. Pas vraiment.

On ne peut pas sanctifier un système ; surtout un système aussi imparfait que celui de la représentation du peuple par des députés, fussent-ils « librement élus »…

Evidemment, en tant que membre d’un parti politique et attachée à la démocratie (pour l’instant la seule que nous ayons trouvée fonctionne sur la base de cette illusion, en droit on dit « fiction », qu’est la représentation), je suis tout à fait favorable à l’élection de députés communistes, les plus nombreux possible.

En revanche, je suis dubitative face à l’argument du « groupe »… Etre minoritaire dans un système où tout a été fait pour que les minoritaires n’aient qu’un poids symbolique, et parfois, même pas, je ne vois pas en quoi cela change de l’être dans un groupe de 20 ou d’être 19…Je suis encore plus dubitative si la préservation du « groupe » doit se faire à n’importe quel prix – cela étant dit, j’ai noté la déclaration de notre secrétaire nationale relative aux élections législatives. Je vais la poster sur ce blog d’ailleurs.

Mais je maintiens que les accords ne doivent pas être des compromissions – pour ma part, j’aimerais bien que les députés communistes se maintiennent partout où ils pourront, y compris face au PS –et que le meilleur gagne.

Même si meilleur doit être le candidat UMP. C’est peut-être un risque à courir. J’avoue que je n’ai pas la réponse.

Mais je me dis que finalement, l’opposition, surtout constituée par une partie de députés PS sociaux-libéraux, n’est peut-être pas un argument suffisant pour nous faire baisser pavillon par le fameux « désistement républicain ».

Enfin, c’est une question que je me pose, et je me la pose d’autant plus que, encore une fois, je me dis souvent que l’Assemblée, c’est devenu un peu comme l’ONU pour les Etats-Unis, c’est à dire une chambre d’enregistrement des intérêts capitalistes, dont le maintien en vie sert à justifier un système pervers en faisant croire qu’il ne l’est pas ( je renvoie à la critique de N. Chomsky dans « La propagande ») et qu’il y a belle lurette que la défense du prolétariat n’est pas vraiment passée par le Palais Bourbon…

Ce n’est sans doute pas un hasard si de nombreux ouvriers accordent leurs suffrages à la présidentielle à des représentants de partis qui n’ont pas d’élus ou à peine à l’Assemblée ?

Hélas, le « vrai pouvoir », c’est ailleurs et autrement qu’il s’exerce ( cf Sarkozy et Bolloré) et à cela, nous n’avons pas encore (re)trouvé le moyen de tordre le cou. Hélas, je ne crois pas que ce soit le fait d’avoir une minorité « de gôche » à l’Assemblée qui y change quoi que ce soit…

Et pour ma part, je me concentrerai plus volontiers sur les élections européennes…

Mais encore une fois, tout cela, ce sont plus des questions que des certitudes..

Alors à vos plumes pour critiquer, démonter, répondre etc etc… ;-)

Et surtout, évidemment faisons tout ce que nous pouvons, chacun à notre niveau, avec nos convictions nos doutes aussi, surtout, pour faire élire des communistes le 10 et le 17 juin 2007.

(Pour l’instant, « faute de grives on mange des merles » ce qui signifie que tant que nous n’avons pas d’autres moyens de lutter et de faire vivre 66 millions de personnes dans une démocratie, il faut passer sous les fourches caudines de la désignation de députés…)

Fraternellement (et « Eternellement frères »)

34 commentaires:

Anonyme a dit…

osemy
mon dieu que je n aimerai pas etre dans ta tete tu donne le baton pour te faire battre tu connait le mot
"dissident"
voila ce que tu es , il me semble que la derniere fois a fabien mgb ta remise en place mais ca n'a pas
vraiment porté ces fruits ,je pense pour ma part que tu cherche a regler "tes pblms" en militant comme tu le fait et ca se sent de plus en plus
tu referme une à une les portes qui s ouvrait a toi osemy
tu te suicicide et tu aime ça
en faite tu ne pense pas aux autres
tu ne pense qu'à toi
regle tes "pblms perso" et revient nous voir apres si tu en a encore la force

bon courage

Osemy a dit…

Anonyme de 9.25
Reviens "nous " voir après? mais tu es qui "nous "? Communiste? un communiste qui commence sa phrase par jurer "mon dieu" ??? -- pardon mais j'ai un doute
tu n'aimerais pas être dans ma tête - fort bien, tu n'y es pas. Je suis une dissidente? Parce que je pose des questions? Parce que j'essaie de ne pas avoir trop de tabous? Et "MGB" m'aurait "remise en place à Fabien"??? Alors là c'est la meilleure - ou je n'étais pas là, mais je ne crois pas, ou elle m'a citée nommément,et je ne crois pas non plus, et si ce sont "des bruits de Palais" et bien...qu'ils courrent les couloirs!

Pour l'instant je fais le pari qu'au PCF il n' y a plus de "dissidence" pour les gens comme moi. Si je fais erreur ,tant pis - mais la vraie question ce sera "tant pis pour qui?" ---


Enfin si je t'ai bein suivi c'est toi le ou la grande maalde - tjs facile de se planquer derrirèe l'anonymat (et peut être que bientpot tu vas te prétendre un ou une ami-e?!!!) : être un "dissident" c'est un signe de "maladie mentale"?....
Et surtout, garde tes leçons de morale ( parce que ça ce n'est aps de lcritique constructuve, c'es tde l'attaque perso et je t'ai assez répondu) et va voir ailleurs si j'y suis.

Anonyme a dit…

Une militante communiste qui remet en cause le parlementarisme et qui paraphrase le père de l'anarcho-individualisme, ça ne manque pas de charme...

"J'ai basé ma cause sur rien. Le divin est la cause de Dieu, l'humain est la cause de l'homme. Ma cause n'est ni le divin ni l'humain, elle n'est pas le Vrai, le Bien, le Juste, la Liberté, etc., elle est seulement le Mien; Elle n'est pas générale, elle est unique, comme je suis unique. Pour Moi, il n'y a rien au-dessus de Moi."
Max Stirner - L'Unique et sa propiété

ps: Vive la dissidence!

Anonyme a dit…

Pour une fois que le social-traîte Hue (et sa cohorte) ne disent pas que des conneries, rendons à César.
Effectivement, le PC n'est plus maintenant qu'un "parti de militants" et non plus un "parti d'électeurs" (ou si peu).

Alors jouer le jeu des institutions bourgeoises avec ses tentations au renoncement et aux compromissions ou s'engager dans l'aventurisme gropusculaire petit-bourgeois à la sauce trotskiste ?

Ne nous faisons pas d'illusions : vu le poids électoral du PC, l'on aura que très peu de députés. J'observe d'ailleurs que les refondateurs sociaux-traîtres, tels les Braouezec et toute la clique, sont les premiers à s'en alarmer.
Alors les ronds-de cuir, on a petit vertige ? :-)

Pour ma part, c'est moins la quantité que la qualité qui prime.

Comme l'illustrait si finement Politzer au sujet d'un des postulats du matérialisme dialectique (passage de la quantité à la qualité et inversement), s'il faut une "quantité" de 500 votes pour devenir président et ainsi changer sa "qualité" de simple candidat (499 votes) à celui de président lorsque l'on obtient les fatidiques 500 suffrages, l'on peut tracer le même parallèle avec la situation actuelle du PCF.

Souhaitons que notre faible "quantité" actuelle améliore notre "qualité", à savoir notre message, nos fondements théorico-pratiques d'action et de lutte, notre stratégie d'avancement vers le socialisme.

Il est grand temps et j'y vois dans la situation actuelle une opportunité historique.

Michel

Anonyme a dit…

a bon les communistes ne peuvent pas croire en dieu ?????????
quelle étrange commentaire
ou est l incompatibilité ?????
je suis coco depuis des années chere louve et je croie en dieu
alors toi aussi mesure la porter de tes propos
et ne tombe pas dans le procés d intention et dans les amalgames.

anne

@Caius a dit…

je trouve tout ces petits règlement de compte sous couvert d'anonymat de gens qui semblent d’ailleurs connaitre tout le monde ici (moi y compris) ne me parait assez méprisable… et je me demande bien qui essaie de régler ses problèmes personnels dans cette histoire… (Bon je n’insiste pas on va encore dire que je suis lèche-cul…)

Chère Madame Louve
La question de notre présence parlementaire est effectivement une question qu’il faut se poser. J’en profite pour rappeler que quoi qu’il arrive il restera un groupe communiste au Sénat e,t pour le connaître un peu, il en sort, comme travail parlementaire, des choses d’une qualité bien supérieures à ce qui peut sortir de ce qui reste du groupe communiste à l’Assemblée (si on peut appeler ça encore un groupe cela ressemble plus à une amicale de députés communistes qu’à un collectif de travail, mais bon…)

ien sur dans le système de la cinquième république, le poids des députés d’opposition, a fortiori d’un groupe minoritaire, est très faible, mais pas inexistant. Néanmoins, sans tomber dans ce que tu appels « crétinisme parlementaire », la constitution d’un groupe offre quelques point d’appui pour l’intervention politique : la possibilité d’obtenir du temps de paroles, d’avoir des postes en commission, et donc de connaître en amont les textes soumis au parlement. Ce n’est pas complètement indifférent pour l’action d’un parti politique qui n’est pas qu’un parti d’opinion. Je me souviens de quelques batailles d’obstruction épiques dans lesquels les députés et sénateurs communistes (et leurs collaborateurs) avaient mené un travail remarquable qui une fois au moins (lors de la discussion sur la réforme de la loi Falloux) a permit de repousser le texte de loi.
En outre laisser le monopole de l’opposition et de l’intervention politique, au parlement au moins, au PS me parait peu souhaitable.

Au-delà du groupe la question d’élire un député communiste n’est absolument pas neutre pour les habitants de sa circonscription, comme soutient aux luttes et au combats populaires…)… mais je pense que tu es d’accord.

L’autre question, même si elle est plus boutiquière, celle des moyens que donne un groupe n’est pas secondaire : nous sommes une organisation politique, et pour élaborer une pensée autonome, travailler des dossiers porter des propositions les moyen en argent et en hommes, qu’offre un groupe ne sont pas négligeable.
En 1958 le PCF perdait la quasi-totalité de ses Député et la conséquence directe en fut la disparition de la quasi totalité des journaux communistes…

On voit aussi comment cette question est crucial, du moins pour la direction du parti, au vue de l’actuelle faiblesse du PCF : avoir un groupe c’est avoir une existence politique plus importante que celle que nous permettrait d’espérer notre score au présidentiel, c’est assurer une certaine survie en tant que parti national… et il ne faut pas habituer les gens à note disparition de tout les centres de pouvoir.

Donc un groupe communiste oui, mais quel genre de groupe communiste ? Un groupe porteur collectivement de la politique des communistes ou des députés électrons libres qui n’ont d’autre référence qu’eux même au nom de l’onction du suffrage universel (comme c’est trop souvent le cas aujourd’hui…). ? La réponse est dans la question, et élire des députés communistes, quelques soient leur qualité par ailleurs, qui à la première occasion soutiennent José Bové ne me motive pas beaucoup à agir pour leur réélection. A Paris c’est plus simple, il n’y aura sans doute pas de députés communistes….
Voilà ma petite contribution et comme dirait Sad bise à ceux que j’aime (et à ceux qui m’aiment)

caius

Osemy a dit…

Ahhh!! "Anne" donc.
PAs de procès d'intention?
PArdon, mais t u as bie n relu ce qu tu as écrit (si c'est t oi l'anonyme de 9.25 qu'une petite attaque athée a fait sortir de sa cahcette), toi qui prétends: me connaître suffisamment pour me juger et juger de mes motivations, me connaître suffisamment pour me prêter des intentions ("m'ouvrir des portes") que je n'ai pas et surtout toi qui prétends avoir le droit de me JUGER personnellement?
Anne, entendons nous bien, que tu ne partages pas mes questionnements philosophiques (plus que politiques d'ailleurs puisque pour l'instant et jsuqu'à preuve du contraire je suis membre du PCF...) c'est une chose, mais que tu te permettes (sur mon blog en plus ! tu testes quoi? ma capacité à censurer?), de te livrer à des exégèses pour le moisn douteuses sur ma "psychologie" --- et ensuite,venir me donner la leçon quand tu te fais rembarrer, j'avoue que ça ne manque pas de sel!!!!
J'ai en effet du mal à comprendre que l'on puisse être communiste et croire en Dieu avec tout ce que cela implique (de Dieu à la religion il n'y a qu'un pas en général trèsvite franchi et,non, je n'ai pas souvenir que communisme et religion fassent bon ménage - je vais même aller plus loin, je crois que religion et respect de l'être humain ne font pas bon ménage -) ensuite, évidemment, l'idée de Dieu peut être intéressante d'un point de vue philosophique et analytique...

Quant au fait que je ne pense pas aux autres, ma chère ,ej ne vois pas du tout ce qui peut t'autoriser ,e ncore uen fois, à dire cela - peut être que je ne suis pas un parangon de vertus, mais peut être aussi que ma manière de "m'intéresser aux autres" est différente de celle que tu as l'habitude de voir?

Je referme de plus en plus les portes qui s'ouvraient à moi? Mais qui parle de cela? Ce n'est pas moi qui ait une mentalité d'arriviste, en effet, sinon, j'aurais surfé sur la "vague de Bercy", en étant bcp plus consensuelle et servile, et ça m'aurait rapporté bien plus, à tous points de vue, crois moi!

Si tu n'as pas compris que dans mon fonctionnement il y a une double détente qui est à la fois politique (mener des combats) et philosophique (me poser des questions et les poser aux autres comme acte d'amour) c'est que tu n'as rien compris et que tu te laisses aveugler par ce qui TE dérange sans te remettre en question.

Sur ce, à plus tard Anne -et surtout si tu as quelque chose à dire sur le parlementarisme, les élections législatives, en particulier et en général, n'hésite pas - la porte de mon blog t'est, pour le coup, ouverte...
salutations militantes
Osémy

Anonyme a dit…

Tiens bon, Osem'!

N'ayant pas d'argumentaire valable à t'opposer, les cons(ternants) ne peuvent rien faire d'autre que de t'attaquer sur le pseudo-perso ("t'as des pbls"... diantre, la belle affaire! Comme si t'en avais pas, toi, des problèmes, à force de cracher ton venin sous anonymat!)...

:)

Brunz

Osemy a dit…

Bonjour Michel
J'aime bien ce que tu as écrit, (d'abord, ouf au moins quelqu'un qui lit ce qui est écrit, et qui ne "fantasme pas" ce qu'il croit avoir lu ;-)) et le rappel sur l'analyse de Politzer est très bienvenu - en effet c'est une vraie question , celle de la qualité et de la quantité...

"Alors jouer le jeu des institutions bourgeoises avec ses tentations au renoncement et aux compromissions ou s'engager dans l'aventurisme gropusculaire petit-bourgeois à la sauce trotskiste ?"

J'ai envie de tenter uen réponse "de normand" à savoir: ni l'un ni l'autre, mais quelle peut être l'expérience communiste de la démocratie représentative et du parlementarisme?
Je n'ai aps la réponse, cela demande beaucoup de travai let de réflexions, et cela ne se fait pas tout seul.

Les meilleurs travaux sont pour moi, toujours collectifs, et 'est uen des raisosn d'être de ce blog, que je veux le plus ouvert possible...

Fraternellement
Osémy

Osemy a dit…

Bonjour Caius! oui y'en a marre des règlements de compte perso -- de gens qui croient connaître mais ne connaissent, au fond, personne ...passons...

"Donc un groupe communiste oui, mais quel genre de groupe communiste ? Un groupe porteur collectivement de la politique des communistes ou des députés électrons libres qui n’ont d’autre référence qu’eux même au nom de l’onction du suffrage universel (comme c’est trop souvent le cas aujourd’hui…). ? La réponse est dans la question, et élire des députés communistes, quelques soient leur qualité par ailleurs, qui à la première occasion soutiennent José Bové ne me motive pas beaucoup à agir pour leur réélection. "

Oui, en effet et je crois que ton propos rejoint sur certains points celu i de Michel et en partie ce que j'ai essayé d'aborder comme questionnement, avec l'optique de faire "la part des choses".

Je connais moins bien les travaux des Sénateurs que ceux des Députés, au PS et au PCf, c'est vrai c'est u n tort ,c'est une chambre que l'on oublie souvent et elle existe.

J'ai bie n noté aussi tous les arguments techniques que tu apportes à cette contribution et je t'en remercie vivement -ça , ça fait avancer (enfin moi en tout cas !)

Et enfin, oui évidemment que je suis on ne peut plus d'accord avec le fait que localement parlant un député communiste c'est mieux pour les citoyens qu'un député UMP et c'est important pour les luttes...!! (merci de ne pas en avoir douté ;-))

Bien à toi,
Osémy

Anonyme a dit…

chere louve
tu prend bien vite la mouche , ici ou ailleur
mon questionement est simple je cherche a connaitre un peut plus la personne qui est candidate du parti dans ma circonscription
j aime savoir pour qui je vote
surtout pour des elections tres locale comme celle ci
je veut juste savoir si la personne a qui je donne ma voie (donc ma confiance) en fera bonne usage ou pas .


anne

Osemy a dit…

Anne,Anne, Anne...

Tu t'enfonces!.... ;-)

D'abord j'ai une grande nouvelle pour toi (mais si tu es une communiste du 16ème il es t quand même étrange que tu ne sois pas encore au courant et je suis surprise de ne pas t'avoir croisée en réunion de section, pourtant j'y suis allée quelques fois ;-)),bref.

Je ne suis plus candidate dans "ta" circonscription.

J'attendais d'en avoir informé mes camarades et la Fédé d'une part et de trouver un moment pour le dire (puisqu'au fond, ça n'intéresse qu'une poignée de de gens, il ne faut pas non plus se donner plus d'importance qu'on n'en a...) - et ce moment tu me l'offres.

Ce sont des raisons tout à fait personnelles et fortes qui m'ont conduite à ce choix de ne plus me présenter et donc sur lesquelles je ne m'étendrai pas ici - mais encore une fois, tu peux te renseigner personnellement, puisque tu es une camarade...tu connais le local de la section et le secrétaire...

Sur ce , "amitiés militantes", "Anne"

Anonyme a dit…

communiste ne veut pas forcement dire militant
encore un fois "amalgame"
c est toi qui perd des points
et dommage pour ta candidature
a moins que ce soit un choix du parti !!!
qui sait ??

bon vent


anne

Osemy a dit…

"Anne", tu sais quoi???
You've made my day :-))
Je repars de ce blog avec une grande banane entre les 2 roeilles - heureusement que des gens comme toi existent pour me faire sourire!!!
C'est ça, "bon vent".....

Anonyme a dit…

ce que tu ne comprend pas (a mon avis)
c'est le pourquoi de mon questionnement
tu l'a bien dit on ne se connais pas
je ne juge pas la femme , je juge le representant du parti
je prend note de ta non presence dans "ma" circonscription , je ne juge pas les raisons de ça et je dirai meme que je m'en moque
je te souhaite bon vent osemy

anne 47 ans communiste qui croie aussi en dieu ;-)

Mauvaise langue a dit…

Coucou Osemy,

J'ai eu du mal à poster mon commentaire ce matin, alors je recommence, même si le débat semble avoir un peu dérivé depuis...

Soixante millions, c'est peut être un peu beaucoup pour la démocratie directe.

Le parlementarisme n'est pas la panacée, mais il me semble que la démocratie représentative reste en pratique la moins mauvaise solution. Le problème c'est qu'il faut que la représentation soit représentative (pléonasme ?) pour être légitime.

Au nom de la "gouvernabilité", elle ne l'est pas, grâce à un mode de scrutin qui sur-représente les vainqueurs.

L'Assemblée est décrédibilisée et le débat quitte le Palais Bourbon pour descendre dans la rue chaque fois que le sentiment de désespoir et d'impuissance gagne le bon peuple.

De même, l'un de nos principaux contre-pouvoirs sociaux, les syndicats, a perdu toute représentativité (et donc légitimité) faute d'un syndicalisme de masse.

Il faut ramener les gens vers la politique et le syndicalisme car la démocratie ne s'use que si l'on ne s'en sert pas. Peut-être que la résistance à la confiscation du pouvoir par le Sarkozysme tout-puissant sera une opportunité dans ce sens.

Je suis un incurable optimiste, puisque je trouve des raisons d'espérer même dans le pire... ;)

Sad___ a dit…

Je suis d'accord avec tout ceux qui c'est dit de positifs :))

et pareil, ...qu'est ce que c'est que ces anonymes et autre zzz, pas top, mais bon !!!

Personnelement, je ne m'engueule qu'avec les potes aussi, "Louve qui rôde", je te rejoind quand tu dis il faut donner un coup de marteau, mais, ... .

Je crois qu'il ne doit pas exister de lieu sans resistances (c'est pourquoi il est pertinant que tu te présentes sur le XVIèm !), et bien sûr c'est la somme DEs résistances qui constituent une "riposte" !

Pourquoi ce tirer une balle dans le pied (en diminuant le nbr de nos élus possible) alors que nous savons bien que longue sera la route ?

Ok le pouvoir est ailleurs, nous faut-il se transformer en braqueur de banque (rire !)

Vivement l'aprés 17 juin !

Je vous embrasse

remarque :
le vrai souci c'est notre lien avec les socialistes, jusqu'à quand et pourquoi faire ?!
C'est aussi, se préparer à gérer les déceptions d'aprés consultation (merci La Louve de nous y préparer !)!
Stratégie, idéologie, parole libre (et donc fraternité vrai). J vais être d'accord avec Cauis, qui te trouve si fine :))

@Caius a dit…

Attention Sad! tu vas me rejoindre dans l'enfer des langues cul-léchière... ;-)

Ah encore une chose
Osemy, je voulais juste te dire que je partage pas entièrement ton point de vue sur l'incompatibilité entre communisme et religion... mais c'est un autre débat qui n'a pas de lien avec le sujet du jour

Mouton Noir a dit…

Je souscris aux commentaires de Caius. Concernant les rapports entre les élus et le parti, et le rôle des élus... une fois élus : ce sujet est fondamental, c'est un grand chantier qu'il va falloir ouvrir lors du congrès.

La Louve, je te rejoins sur la question des lieux de pouvoir. Là aussi c'est un vrai enjeu : déterminer ce qu'est le pouvoir aujourd'hui, où il s'exerce, par qui...

Finalement le congrès c'est bien loin, il y a tant à faire. En fait nous devons entrer dès aujourd'hui en pré-congrès. C'est un peu ce que l'on fait d'ailleurs, sous différentes formes.

Fraternellement,

Mouton Noir

Anonyme a dit…

Osemy a écrit :
Bonjour Michel
J'aime bien ce que tu as écrit, (d'abord, ouf au moins quelqu'un qui lit ce qui est écrit, et qui ne "fantasme pas" ce qu'il croit avoir lu ;-)) et le rappel sur l'analyse de Politzer est très bienvenu - en effet c'est une vraie question , celle de la qualité et de la quantité...



Bonsoir La Louve,

Permets-moi alors de te renvoyer le compliment pour le blog.
Je sais que tu es une adhérente de fraîche date au PCF, venant du PS, mais à la lecture du bloc-notes j'y vois des choses plus intéressantes que bien des âneries entendues dans divers collectifs "antilibéraux", même pas dignes du plus mauvais socialisme utopique tant décrié par Engels en son temps...

Pour revenir au thème qui nous occupe, il me semble que le funeste "cycle d'Épinay" ouvert par le trio Waldeck-Rochet/Marchais/Mitterrand touche à sa fin avec la perspective, plus que probable, d'une alliance entre le PS et la droite centriste.

Le PCF étant un cadavre électoral, il n'est dès lors plus d'aucune utilité au PS pour conquérir le pouvoir. Les socialistes doivent se trouver un autre allié.
Maintenant qui entre les socialistes et les centristes se fera phagocyter, c'est une question qui ne nous occupe plus (même si je crois que les premiers en seront les victimes).

Cela dit, je trouve cette perspective de fusion très favorable, car le "célibat" retrouvé du PC peut enfin le libérer d'une alliance qui était devenu par trop insupportable et surtout contre-nature.

L'on a une chance inespérée de mettre un point final non seulement à cete parenthèse du "Cycle d'Épinay", mais aussi et surtout, de régler enfin nos comptes avec cette vieille "mythologie" héritée du Front Populaire, en l'espèce l'inoxydable alliance "naturelle" entre le PC et le PS.

Et je pense que c'est le peuple qui règlera cette question : en effet, il y a de fortes chances pour que nous ne fassions laminer aux législatives comme à la présidentielle. Notre représentation ne sera que symbolique, ne nous faisons aucune illusion sur ce point.

Dans le même temps les "refondateurs réformistes" (Braouezec et consorts) seront, eux aussi, "vox populi miltari" éjectés ... et ce ne sera pas une perte, loin s'en faut.

Le PCF n'est plus qu'un terrain nu. À notre charge de d'abord y construire des fondations solides en se réappropriant avec audace le marxisme et le léninisme comme moyens théoriques et d'action novateurs, tournés sans ambiguité vers le socialisme (notre singularité), pour espérer y mettre, un jour, les tuiles sur le toit de la maison communiste.

Fraternellement,

Michel

andré a dit…

ravis de connaitre ton blog
ça sera surement plus facile de parler bellaciao vient de suprimer mon commentaire , c'est bien la preuve que mon point de vue dérange , c'est minable
andré

@Caius a dit…

André
D'un autre côté il ne faudrait pas non plus profiter de la bonté de notre hôtesse pour ne pas avoir un peu de tenu ...
Quand je suis chez quelqu'un, je n'en profite pas pour cracher par terre ;-) (cela étant dit sans vouloir faire de procès d'intention ...)

Osemy a dit…

@ André

Bonjour André - ton message a été modéré (et non censuré) de Bellaciao parce qu'il était extrêmement agressif et presque injurieux, je te le dis moi-même et tu devrais le reconnaître ici - je constate avec plaisir que le ton est différent.

Si je ne modère pas moi même ton message c'est pour profiter de cette occasion pour remettre "les pendules à l'heure", pour toi et pour tout le monde ici, en ce qui concerne Bellaciao (et ce quoi que l'on pense des membres du collectif):

C'est un des forums où la liberté d'expression est la plus respectée, dans la limite de sa "ligne éditoriale" qui comme chacun le sait, est de gauche au sens large, avec une affinité communiste, me semble-t-il, là encore au sens large; je ne crois pas que les autres agissent différemment.

C'est également un formidable vecteur de résistance intellectuelle, sociale et journalistique.

Je trouve incompréhensible que des gens (camarades ou pas, mais se disant de gauche) perdent leur temps à "allumer" ce site, voire les auteurs qui y contribuent, plutôt qu'à y faire publier des contributions qui pourraient enrichir tout le monde et susciter des débats et des remises en question dont la gauche communiste et socialiste a aujourd'hui un besoin vital.

Il ne me semble donc pas envisageable de faire ici de la propagande anti-Bellaciao.

En ce qui me concerne , comme Bellaciao, je ne modère que les messages qui , sur la forme, sont violents, injurieux, déplacés , contiennent des attaques personnelles voire enfreignent la loi.

A cette limite près donc et en accord avec la ligne politique de mon blog, toutes les opinions sont ici respectables et respectées.

Fraternellement donc, et au plaisir de lire des commentaires constructifs et des contributuons originales,

Osémy

andré a dit…

modéré et non censuré
elle est ou la differece ?? mon message n'y est plus
encore une fois vous jouez sur les mots
il a bon dot le moderateur,
justement la force de la gauche c est de pouvoir dialoguer sans etre sous la coupe d une personne qui gere nos pensés
quand a ma remise en cause de mon apartenance a la gauche , je trouve ça vraiment honteux
on ne se connait pas donc stp ne me prete pas des propos qui ne sont pas miens
et en quoi ne pas etre d accord avec toi est un pblm ??
la methode est tres contestable
"vous ne penser pas comme nous ,ous n ete donc pas avec nous " ça te rapel rien ???
a paris vous etes vraiment des gens bizar et de vrais donneure de leçons

andré

Osemy a dit…

@ André:
Attention André, c'est la dernière fois que je fais passer un commentaire de ce style - tu a s repris u n ton très agressif,accusateur, que je n'aime pas.
J'ai profité de ton premier message pour faire un commentaire général; si tu en profites pour voir ça "perso" et dégainer à la moindre occasion, je te le redis calmement et gentiment mais fermement: tu ne feras pas de ce blog un champ de bataille.

Comme l'a dit Caius, on ne profite pas de mon "ouverture d'esprit" pour cracher par terre.

Maintenant, je te le redis aussi, tes contributuons sur le fond sont les bienvenues dans la mesure où elles particpent au débat à gauche et notamment au communisme ou au socialisme, et à la lutte contre les néo conservateurs, les réactionnaires ,les capitalistes etc de tous bords.

A bon entendeur André
Osémy

andré a dit…

bjrs
apres discutions avec des copains coco comme moi et d autres plus ver le centre nous sommes arrivés a cette conclusion hier soir a propos de ton article et de nombreux autres sur bellaciao
et bien entendue ça n engage que nous . Le probleme qui revient tres souvent est le discourt tenue par les maitres penseurs du pc parisiens et le reste des votants c'est incroyable le decalage
je ne pousserait pas le vice et le clicher a dire que seule une prostitué peut comprendre une prostitué mais quand meme
ne faisons pas la meme erreure que ces partis dit de gauche qui nous ballance des phrases du styles "je vous ai compris" mon cul
faite un effort car votre discour dans les campagne ne passe vraiment pas et je peut meme vous dire avec un peut d humour que certain de nos potes coco on besoin d un dico pour comprendre certain articles (moi aussi d ailleur)
c'est assez dure apres de les garder car quand le message n est plus compris le probleme commence
donc pour en revenir a hier oui les legislatives sont primordial pour garder le contact avec la base

andré

et je ne crache pas chez les gens qui m invite , j ai un minimum d elegance

Osemy a dit…

@ André

Bonjour André!
Là tu mets le doigt sur quelque chose qui effectivement ,est un problème.
Je ne vais parler que de moi et de ce que j'écris car je n'ai aucun pouvoir de représentation.
C'est vrai que la plupart de mes articles sont assez "tarabiscotés"; on pourrait même dire que je suis une intello ce qui me ferait ch... mais bon, il ya tjs une forme de vérité dans une critique.
C'est aussi pour ça que le blog, c'est bien- ça permet que des gens viennent te tirer de ta rêverie souvent solitaire pour dire "eh oh, t'es marrante mai on n'a RIEN compris à ce que tu as dit".

Toute communicatio nes tratée, si elle manque sa cible.

Mais je vais te dire une chose, et peut être que tu vas prendre ça pour de la flatterie, mais tu auras tort, je ne suis pas sûre que mes écrits s'adressent aux militants "de base" mais plutôt à ceux ou à celles qui "tiennent" les manettes.
Parce qu'à mon avis, les choses sont bcp plus claires qu'on ne l'imagine pour l'immense majorité des militants et sympathisants cocos, qui savent très bien où se situer et pourquoi, raison pour laquelle ils votent de moins en moins PCF (c'est méchant mais bon).

Je vais tenir compte de cette remarque, sachant que c'est vrai, tu as raison, il y a un parisianisme aussi, même à mon corps défendant.

Au moins, je pense devoir adapter mon discours en fonction des auditoires, c'est la base de la communication.

Toutefois, je ne veux pas non plus sombrer dans la simplification outrancière qui consiste à prendre le prolo pour un abruti (aussi critiquable que "l'intellectualisme") et je me permets aussi fraternellement de te dire que ce n'est pas parce que c'est compliqué qu'il faut baisser les bras devant le texte.
Il y a des efforts qu'il faut fournir.

Et enfin, oui tu as raison aussi, et c'est ce qu'ont dit bcp de gens ici au final: les légismatives sont primordiales à divers titres et notamment pour garder le contact avec la base... si le député fait correctement son travail.

A bientôt
Osémy

Osemy a dit…

@ andré: juste par curiosité, enfin, peux tu me dire où tu es en France?
Fraternellement

andré a dit…

je suis d eure et loir
a coté de chartre pourquoi ?

andré

Osemy a dit…

Par simple curiosité voilà tout, puisque tu me dis ne pas être parisien!
Bonne fin de journée

andré a dit…

je suis content d avoir eu l occasion de discuter avec toi calmement et si ca peut te faire prendre conscience du travail a faire c'est bien et je ne fait pas d anti parisianisme de base , chaque personne a sont histoire c'est tout
a te lire bientot

andré

Osemy a dit…

@ andré
pas de souci, je prends les critiques comme telles, y compris celles qui ne me brossent pas dans le sens du poil - à partir du moment où la façon de dire les choses ets correcte, ça construit.
Même si parfois mon ton peut sembler péremptoire, je ne me prends pas pour quelqu'un de parfait qui détiendrait LA vérité (qui selon moi, n'existe pas d'ailleurs).
Sur ce, André, bonne fin de journée

Mauvaise langue a dit…

Très chère Osemy,

Tu n'es plus candidate dans le XVIe ou tu n'es plus candidate du tout ?

Bises.

NOSE DE CHAMPAGNE a dit…

NI PILORI, NI POULE AU RIZ...

C’est bien de se poser des questions. C’est bien aussi de s’apporter des réponses, de débattre. Mais encore faut-il s’entendre et ne pas triturer et déformer ce que disent les uns et les autres. Qui a dit que "SEULE" LA PRÉSENCE DE DÉPUTÉS À L’ASSEMBLÉE PERMETTRAIT UNE DÉFENSE EFFICACE..." ? On comprend qu’il soit nécessaire de "désacraliser le sujet". Mais face à qui ?

Évidemment si l’on admet que cela a été dit, ainsi et dans cet esprit, on ne peut déboucher que sur la critique de /et la lutte contre "LE PARLEMENTARISME À TOUT PRIX". On ne peut que s’accorder sur la nécessité de "NE PAS ACCORDER UNE IMPORTANCE DÉMESURÉE À LA QUESTION DU PARLEMENTARISME"... J’ajouterai qu’il est même nécessaire de ne pas accorder une importance démesurée à "la question" de l’antiparlementarisme... sous peine de regarder passer les trains longtemps. Il semble évident que la réalité du pouvoir ne soit pas concentrée dans le Parlement. Déjà Montesquieu ne concevait pas le pouvoir sous la simple forme exécutive et il appelait à une nécessaire séparation des pouvoirs (alors 3). C’est assez dire que "LA RÉALITÉ" du pouvoir n’est pas ailleurs, mais elle est AUSSI ailleurs. C’est pourquoi "nous communistes" nous en tirons les bonnes conclusions et nous disons qu’il faut AUSSI se saisir des leviers qui existent au Parlement, depuis le tout début de notre histoire, dès les premiers temps de l’Internationale Communiste".

Avoir des députés et avoir un groupe ce n’est pas pareil. Un député est un représentant qui dispose de bien peu de "pouvoir" s’il n’est pas adossé à un groupe. Comment pourrait-il poser des questions au gouvernement ? Comment pourrait-il déposer une/des proposition/s de Loi ? La nécessité d’un groupe est une chose qui s’est renforcée avec la confiscation sous la 5° République de prérogatives de plus en plus nombreuses du législatif au profit de l’exécutif. Alors, poser un débat de jésuites sur la question du nombre ou celle du groupe n’a que peu d’importance face à la nécessité. Avoir le plus de députés possible débouche sur le FAIT que plus que 19 çà fait un groupe à partir de 20. Et il n’est pour cela pas besoin de compromission(s). À quoi sert-il d’instiller le doute, la suspiscion de compromission lorsqu’il s’agit simplement pour nous de dire ce que nous faisons et de faire ce que nous disons, de respecter nos engagements, fussions nous les seuls à les respecter ?

Que l’Assemblée soit devenue, d’une certaine manière "UNE CHAMBRE D’ENREGISTREMENT DES INTÉRÊTS CAPITALISTES", voilà bien une découverte qui a été faite depuis belle lurette ! Mais peut-on la réduire à cela ? Je conseillerai à La Louve de lire ou relire "Le Chemin de l’honneur" de Florimond BONTE, dans lequel il raconte le début de la résistance communiste lorsque le 30 novembre 1939, en dépit de l’interdiction du Parti, il intervient à l’Assemblée Nationale pour dénoncer la déchéance des députés communistes sous la houlette du Président du Conseil Édouard Herriot. Réduire le rôle du député et celui du groupe dans cette dissolution à une simple chambre d’enregistrement c’est balayer d’un revers de main le bilan extrêment précieux de la XII° législature (2002-2007) effectué dans "LA LETTRE DES DÉPUTÉS COMMUNISTES ET RÉPUBLICAINS" du Printemps 2007 et rappelé dans l’HUMA du 14 mai sous la plume de Sébastien Crépel. On y montre la différence de sérieux, d’engagement pour la transformation sociale, d’apport "productif" d’un groupe de 22 députés par rapport à celui des 150 députés socialistes. On montre dans le même numéro de L’HUMA, sous la plume de mon camarade Jean-Paul PIÉROT (ex-Rémois) ce que serait une chambre bleue "introuvable".

Lorsque tu écris, La Louve, à propos "DES REPRÉSENTANTS DE PARTIS QUI N’ONT PAS D’ÉLUS OU À PEINE À L’ASSEMBLÉE", de qui parles-tu ? Car Verts, radicaux, républicains, conservateurs ou communistes, etc. aucun député (hormis les "Non-Inscrits" au nombre de 11) n’est situé en dehors d’un groupe dans l’Assemblée sortante (577 députés) et les 4 groupes existants sont l’UMP (364), l’UDF (30), le PS (150) et le PCF (22)... Tu écris "LE VRAI POUVOIR" C’EST AILLEURS ET AUTREMENT QU’IL S’EXERCE..." Gramsci et Althusser ont déjà montré la complexité des appareils qui concourent à l’exercice du pouvoir. La cause est donc bien entendue. Mais si c’est pour nous montrer le Parlement Européen que tu nous confies "je me concentrerai plus volontiers sur les élections européennes", je me permetrs de te poser à mon tour cette question iconoclaste : quel est le pouvoir d’un député européen ? Et à l’instar d’une candidate qui vient de faire connaître sa "disponibilité" pour les prochaines élections présidentielles de 2012, ne crois-tu pas qu’il est un peu tôt pour envisager les élections européennes ? Cela dit sans vouloir en rien dévaloriser cette question.

Nous affrontons les batailles les unes après les autres, au rythme particulier de ce printemps 2007. Mais il faudra effectivement prendre le temps de reposer à plat toutes les questions qui forment la trame du travail politique d’un parti révolutionnaire comme le nôtre. Prenons bien garde de ne pas sousestimer les batailles en cours.

NOSE DE CHAMPAGNE.

Merci NOSE pour cette belle participation et ta lecture, attentive et critique. Il y a beaucoup à en dire et j’essaierai de te répondre bientôt. Me permets tu d’insérer ton commentaire sur mon blog ?

PAS DE PROBLEME !

Fraternellement,

NOSE

http://www.bellaciao.org/fr/article.php3?id_article=48320